Israël en guerre - Jour 263

Rechercher

Déçus par son soutien à Israël, des électeurs musulmans se détournent de Biden

Hadia Barre déplore aussi la position du parti démocrate très favorable, selon elle, au droit des transsexuels

Des femmes se rassemblent pour prier au centre islamique Dar Al Hijrah à Falls Church, en Virginie, le 31 octobre 2023. (Crédit : Stefani Reynolds / AFP)
Des femmes se rassemblent pour prier au centre islamique Dar Al Hijrah à Falls Church, en Virginie, le 31 octobre 2023. (Crédit : Stefani Reynolds / AFP)

Linda Shawish n’y va pas par quatre chemins pour qualifier le soutien de Joe Biden à Israël. Cette coiffeuse américano-palestinienne pense que les démocrates « soutiennent un génocide ».

Elle a voté démocrate mais ne le fera « absolument pas » à la présidentielle en 2024. « Et si Trump est le candidat républicain, je ne voterais probablement pas du tout », confie cette femme de 45 ans à l’AFP devant Halalco, un magasin musulman populaire de Falls Church, en Virginie (est).

A un an de l’élection, le soutien des Américains arabes et musulmans envers Joe Biden menace de s’effondrer en raison de sa politique au Moyen-Orient, ce qui pourrait faire basculer certains Etats.

Certains de ces électeurs interrogés par l’AFP considèrent que les Etats-Unis ne font pas suffisamment pression sur leur allié israélien pour limiter le nombre de morts parmi la population civile dans la bande de Gaza.

« Quelque chose s’est profondément brisé dans le cœur de nombreux démocrates américains musulmans et arabes », observe Waleed Shahid, ancien porte-parole du sénateur juif Bernie Sanders.

« Pour eux, le président ne traite pas les vies palestiniennes et israéliennes à égalité », dit à l’AFP le militant démocrate.

Avec 4,5 millions de musulmans, la communauté ne représente que 1,3 % de la population américaine, selon un recensement religieux américain non officiel.

Mais l’élection présidentielle se fera « à quelques centaines de milliers de voix près dans une poignée d’Etats », fait remarquer Waleed Shahid.

La perte du vote musulman dans le Michigan, la Virginie, la Géorgie ou l’Arizona, quatre Etats qu’il a remportés en 2020, pourrait ainsi coûter cher à Joe Biden l’an prochain.

Pour Hadia Barre, les musulmans étaient déjà « marginalisés » depuis le 11 septembre 2001 et ce soutien à Israël ne fera que « les isoler et les éloigner davantage ».

Électrice démocrate depuis 30 ans, cette Américaine d’origine somalienne avait déjà été échaudée par la position du parti très favorable au droit des transsexuels.

« Je ne voterai ni démocrate ni républicain », assure cette femme de 52 ans.

A Dar Al-Hijrah, une des principales mosquées du nord de la Virginie, l’imam Naeem Baig affirme que la communauté avait placé de grands espoirs en Joe Biden après le mandat douloureux de Donald Trump, qui avait restreint les voyages aux Etats-Unis depuis plusieurs pays musulmans.

« Sur les questions de justice raciale et économique, on sent que les démocrates ont beaucoup plus à offrir », dit-il à l’AFP.

Selon un sondage du Conseil des relations américano-islamiques, 69 % des musulmans ont voté pour Joe Biden en 2020, contre seulement 17 % pour Donald Trump.

Mais les images de Gaza ont provoqué une forme de traumatisme chez les fidèles, selon Naeem Baig. « Pour l’instant, je ne voterai pas pour le président Biden », assure-t-il.

Né dans un camp de réfugiés de Gaza, Khalid Mekki raconte que des membres de sa propre famille restent injoignables, en raison de coupures des communications par Israël.

« Nous aimons les Etats-Unis, c’est notre pays », confie cet homme d’affaires de 52 ans qui dirige un restaurant à Falls Church. Mais « on ne peut pas avoir du sang sur les mains, pas en mon nom », dit-il.

La déception de certains de ces électeurs a été accentuée par d’autres réactions de Joe Biden.

Le président a mis cinq jours pour appeler la famille d’un enfant américano-palestinien mortellement poignardé à Chicago. Il a aussi publiquement remis en question le bilan des morts fourni par le ministère de la Santé du groupe terroriste palestinien du Hamas.

Les bilans des morts publiés par le ministère de la Santé, dirigé par le Hamas, ne peuvent être vérifiés de manière indépendante et incluent à la fois des civils et des membres du Hamas tués à Gaza, y compris à la suite de tirs de roquettes ratés par le groupe terroriste lui-même. Israël affirme avoir tué quelque 1 500 terroristes du Hamas à l’intérieur du pays le 7 octobre et après cette date.

Ces derniers jours, la Maison Blanche a adouci son discours en promettant de lancer une stratégie contre l’islamophobie et Joe Biden a montré plus d’empathie vis-à-vis du sort des Palestiniens.

« Les actes parlent plus que les mots », estime Mahdi Bray, un afro-américain musulman de 72 ans, dont la solidarité avec les Palestiniens est le fruit de sa propre expérience de la ségrégation dans le sud des Etats-Unis.

Mais Joe Biden pourrait retrouver grâce à ses yeux, dit-il, s’il exigeait un cessez-le-feu à Gaza, comme une bonne partie de la communauté internationale.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.