Rechercher

Deri demande à Baharav-Miara de révoquer la citoyenneté de 2 terroristes condamnés

Le ministre de l'Intérieur a affirmé que les frères Younis, qui devraient être prochainement libérés, ont profité de leur statut d'Israéliens pour perpétrer l'attentat de 1980

Le leader du parti Shas, le député Aryeh Deri, lors d'un vote à la Knesset, à Jérusalem, le 28 décembre 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Le leader du parti Shas, le député Aryeh Deri, lors d'un vote à la Knesset, à Jérusalem, le 28 décembre 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Le ministre de l’Intérieur, Aryeh Deri, a demandé mardi à la Procureure générale de révoquer la citoyenneté de deux terroristes qui ont tué un soldat il y a plusieurs dizaines d’années.

Les frères Maher et Karim Younis, originaires de la ville arabe de Aara dans le centre d’Israël, ont assassiné le soldat de première classe, Avraham Bromberg, en 1980. Ils devraient être libérés de prison dans les prochains jours après avoir purgé 40 ans.

Deri, chef du parti ultra-orthodoxe le Shas, a appris leur libération prévue à sa prise de fonctions, a-t-il écrit dans une lettre adressée à la Procureure générale, Gali Baharav-Miara.

« Il est impensable que ces personnes continuent de détenir la citoyenneté israélienne », a-t-il déclaré, selon la Douzième chaîne. « La révocation de leur citoyenneté enverra un message important en ce qui concerne ceux qui sont devenus des icônes pour avoir commis des actes terroristes et criminels. »

Deri a affirmé que les deux personnes avaient utilisé leur citoyenneté pour procéder à leurs actions meurtrières, justifiant ainsi sa requête.

Lors de l’attaque, les assaillants ont surpris Bromberg alors qu’il revenait de sa base militaire, située sur le plateau du Golan. Ils l’ont maîtrisé, lui ont tiré une balle dans la tête et ont volé son arme. Ils l’ont laissé sur le bord d’une route, d’où il a été retrouvé et transporté à l’hôpital, mais il est décédé peu après.

Les défenseurs des terroristes palestiniens condamnés, y compris l’Autorité palestinienne (AP), ont fait pression pour leur libération.

En début de semaine, Karim Younis, membre du mouvement laïc du Fatah du dirigeant de l’AP, Mahmoud Abbas, a déclaré dans un communiqué que son « âme reste avec ceux qui tiennent les braises de la lutte palestinienne », a rapporté la Douzième chaîne.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.