Deri: Ovadia Yosef appelait HaBayit HaYehudi le foyer non juif – il avait raison
Rechercher

Deri: Ovadia Yosef appelait HaBayit HaYehudi le foyer non juif – il avait raison

Le leader du Shas suggère que Naftali Bennett n'a jamais eu l'intention de rejoindre un gouvernement de droite et que Liberman est le vrai moteur de la coalition

Le chef du parti Shas, Aryeh Deri, dirige une réunion de la faction Shas à la Knesset à Jérusalem, le 19 avril 2021. (Olivier Fitoussi/Flash90)
Le chef du parti Shas, Aryeh Deri, dirige une réunion de la faction Shas à la Knesset à Jérusalem, le 19 avril 2021. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Le leader du Shas et ministre de l’Intérieur Aryeh Deri a vivement critiqué le Premier ministre désigné, Naftali Bennett, pour avoir rejoint Yair Lapid et Avigdor Liberman dans le cadre du « gouvernement du changement ». Il a suggéré que le leader de Yamina avait été manipulé par les autres formations de la coalition.

Lors d’un entretien accordé lundi soir à la station de radio haredi Radio Kol Hai, Deri a laissé entendre que le nouveau gouvernement était contrôlé par Liberman, d’Yisrael Beytenu, et par Lapid de Yesh Atid, qui cherchent « la meilleure façon de détruire la droite et de sortir les haredim » du gouvernement. Il a affirmé que Liberman et Lapid dirigeaient Bennett et ses décisions, et qu’ils étaient les vrais moteurs, en coulisses, du nouveau gouvernement. Il a aussi prétendu que Liberman dispose d’un « droit de veto » concernant l’entrée des partis haredim dans la coalition.

Deri a ajouté qu’il ne croyait pas les promesses qui ont été faites par Bennett et par d’autres membres du futur gouvernement qu’ils ne toucheront pas aux sujets sensibles en lien avec la religion et avec l’État et notamment à la conversion, au financement des yeshivot et au service militaire obligatoire.

Deri a aussi suggéré que Bennett n’a jamais eu l’intention de former une coalition de droite. « Je ne peux pas entrer dans les détails mais [le Premier ministre Benjamin] Netanyahu a accepté toutes les suggestions qui lui ont été faites par Gideon [Saar], Naftali [Bennett] et [Benny] Gantz. »

Le chef du Shas a estimé que les négociations de coalition « ont toutes été prédéterminées » et que les entretiens ne s’étaient pas déroulés en toute bonne foi. « Dès la première minute, il a été clair que Naftali Bennett et Yamina, dès le lendemain des élections », soutiendraient finalement la formation d’un gouvernement avec Lapid, a indiqué Deri.

(De gauche à droite) : le leader de Yisrael Beytenu Avigdor Liberman, le dirigeant de Yesh Atid Yair Lapid, le chef de Yamina Naftali Bennett, le responsable de Tikva Hadasha Gideon Saar, celui de Benny Gantz, le leader de Raam Mansour Abbas, la présidente du parti Travailliste Merav Michaeli et celui du Meretz, Nitzan Horowitz, lors d’une réunion à Tel Aviv, le 6 juin 2021. (Crédit : Raanan Cohen)

Deri a expliqué que la future coalition, forte de huit partis, était divisée en deux avec, d’un côté, « Bennett, Lapid et Liberman qui veulent vraiment ce gouvernement et les autres, qui ne le désirent pas réellement mais qui craignent d’être attaqués par les médias s’ils torpillent le dit ‘gouvernement du changement’. »

Le dirigeant du Shas a laissé entendre que Bennett n’avait plus « de soutien » derrière lui, les électeurs de Yamina l’abandonnant largement suite à sa décision de s’unir à Yair Lapid et à Abbas.

Deri a par ailleurs confié au journaliste de la station Radio Kol Hai qu’il avait été longtemps troublé par le fait que feu le rabbin Ovadia Yosef, lorsqu’il se référait à la droite nationaliste-religieuse en Israël – qui était alors représentée par le parti de Bennett, HaBayit HaYehudi, le Foyer juif en hébreu – comme au « foyer non-juif ». Aujourd’hui, a continué le ministre de l’Intérieur, « j’ai compris » que les paroles de Yosef étaient une « prophétie » : « On peut voir comment se comporte un individu qui n’a pas une connaissance réelle de la Torah ».

Bennett avait été à la tête de HaBayit HaYehudi de 2012 à 2018 avant de quitter la formation pour former HaYamin HaHadash devenu plus tard Yamina.

Un vote de confiance au nouveau gouvernement aura lieu à la Knesset le 13 juin. Les partis de la nouvelle coalition rassemblent une majorité étroite de 61 sur 120 membres du Parlement. Si elle est confirmée lors du vote, cette alliance improbable de partis de droite, de gauche, du centre et islamiste écarterait Netanyahu du pouvoir qui serait alors remplacé par Bennett.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...