Des agents du Hamas arrêtés par l’armée en Cisjordanie
Rechercher

Des agents du Hamas arrêtés par l’armée en Cisjordanie

Un membre du Parlement et 5 personnes recherchées pour "terrorisme populaire" figurent dans la liste des interpellés

Arrestation nocturne par l'armée israélienne en Cisjordanie, le 11 janvier 2017. Illustration. (Crédit : porte-parole de l'armée)
Arrestation nocturne par l'armée israélienne en Cisjordanie, le 11 janvier 2017. Illustration. (Crédit : porte-parole de l'armée)

Les forces de sécurité israéliennes ont arrêté 17 palestiniens en Cisjordanie, dans la nuit de dimanche. Parmi ces 17 personnes, 5 suspects ont été arrêtés pour implication dans du « terrorisme populaire » et pour des attaques contre des citoyens et soldats israéliens.

Treize des interpellés seraient membres du Hamas, et l’un d’eux serait un membre du parlement palestinien.

Le porte-parole de l’armée n’a pas spécifié les charges portées contre les 5 personnes arrêtées.

Le « terrorisme populaire » est un terme générique souvent employé par l’armée pour parler de jets de pierres et de bombes artisanales contre les citoyens israéliens et les forces de sécurité.

L’armée et le Shin Bet – agence de sécurité intérieure- a également confisqué des milliers de shekels, prévus pour des groupes terroristes dans le village de Safa, en Cisjordanie, près de la ville israélienne de Modiin.

Le porte-parole de l’armée n’a pas établi de lien entre l’argent confisqué et les membres du Hamas arrêtés dans le même village.

De plus, les soldats de l’armée et les agents du Shin Bet ont découvert une fabrique d’armes dans le camp de réfugiés palestiniens al-Arroub au nord de Hébron et a confisqué 4 appareils de fabrication d’armes.

L’an dernier, les forces de sécurité israéliennes ont fait fermer 40 ateliers du même genre en Cisjordanie, qui fabriquaient, entre autres les armes utilisées dans la fusillade du marché de Sarona à Tel Aviv, en juin, et qui sont devenues omniprésentes en Cisjordanie durant le cycle de violence qui dure depuis octobre 2015.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...