Des Arabes votent pour contrer la droite mais craignent une faible participation
Rechercher

Des Arabes votent pour contrer la droite mais craignent une faible participation

Un partisan du candidat Ahmad Tibi inquiet de "l'indifférence" des sondages, les premiers chiffres indiquent que les Arabes israéliens sont moins nombreux à voter qu'en 2015

Bureau de vote à Iksal, une ville arabe près de Nazareth, le 9 avril 2019. (Adam Rasgon/Times of Israel)
Bureau de vote à Iksal, une ville arabe près de Nazareth, le 9 avril 2019. (Adam Rasgon/Times of Israel)

NAZARETH – Les résidents arabes d’Umm al-Fahm, une grande ville du centre d’Israël, se sont retrouvés mardi matin dans une petite école primaire pour voter aux élections nationales du pays, alors qu’on s’attendait à ce que la participation électorale dans la communauté arabe israélienne soit nettement plus faible que lors des dernières élections en 2015.

Quarante-cinq minutes après l’ouverture des isoloirs à Umm al-Fahm à 8 heures du matin, seuls six électeurs se sont présentés pour voter à l’école primaire Ibn Khaldoun, au centre de la ville. La ville compte quelque 55 000 habitants.

Khaled Mahajne, 62 ans, un restaurateur qui a déclaré avoir voté pour l’une des deux listes à majorité arabe – à savoir Hadash-Taal ou Raam-Balad – a déclaré que de nombreux Arabes israéliens estimaient que leur vote n’avait aucune valeur. Hadash-Taal est l’alliance d’un parti socialiste (Hadash) qui met l’accent sur la coopération judéo-arabe avec une faction exclusivement arabe (Taal) ; Raam-Balad est une coalition d’un parti islamiste (Raam) avec une faction nationaliste (Balad).

« Les gens en ont marre de la situation. Le gouvernement a adopté la loi sur l’État-nation et les représentants arabes à la Knesset n’ont rien pu faire à ce sujet », a-t-il déclaré, debout devant l’isoloir. « Certains se demandent désormais si leur vote fait une différence. »

Affiche de la campagne Hadash-Taal à Umm al-Fahm, le 9 avril 2019. (Adam Rasgon/Times of Israel)

La loi, que la Knesset a votée par 62 voix contre 55 le 19 juillet, a statué qu’Israël était « le foyer national du peuple juif », a reconnu les fêtes et journées de commémoration juives, et a déclaré l’hébreu langue nationale unique de l’État.

La législation ne fait aucune référence à l’égalité de tous les citoyens israéliens, à l’instar de celle qui figure dans la Déclaration d’indépendance d’Israël, qui s’engage à ce que l’État naissant « assure l’égalité complète des droits sociaux et politiques à tous ses habitants sans distinction de religion, race ou sexe ».

Selon Hadash-Taal, le taux de participation électorale à 14h30 était de 15 %, légèrement inférieur à celui des années précédentes et bien inférieur à la moyenne nationale. Mais la porte-parole Kamila Tayoon a déclaré que le parti était optimiste.

« Nous pensons qu’un grand nombre de personnes voteront en fin d’après-midi », a-t-elle déclaré lors d’un appel téléphonique.

L’Abraham Fund Initiatives, une organisation non gouvernementale qui suit les questions politiques et sociales dans les communautés arabes, a déclaré qu’un récent sondage qu’elle a réalisé indiquait que 51,2 % de la population arabe se rendrait aux urnes mardi prochain. En 2015, 63,7 % des Arabes ont voté.

En revanche, une enquête de la Brookings Institution a suggéré un taux de participation électorale arabe nettement plus élevé. Lorsque ses enquêteurs ont demandé à un groupe de 713 Arabes israéliens s’ils avaient l’intention de voter, 73,5 % ont répondu oui.

Mahajne, a affirmé que les Arabes ayant choisi de ne pas voter aux élections commettaient une erreur.

« Je comprends les inquiétudes, mais nous devons garder espoir et nous rendre compte qu’une représentation accrue à la Knesset peut conduire au changement », a-t-il dit, ajoutant qu’il soutiendrait les partis à majorité arabe à rejoindre une coalition gouvernementale « parce que cela augmentera notre capacité à influencer les politiques ».

Aucun parti à majorité arabe n’a jamais rejoint une coalition gouvernementale. Mais une récente enquête de la Brookings Institution a révélé que 73 % des Arabes israéliens soutiendraient l’entrée des factions arabes dans l’une d’elles, si l’occasion se présentait.

Ahmad Darawshe, asistant d’Ahmad Tibi, le candidat de Hadash-Taal, dans la ville arabe d’Iksal, au nord du pays, le 9 avril 2019. (Crédit : Adam Rasgon/Times of Israel)

Ni le Likud ni Kakhol lavan, les deux partis en lice pour diriger le prochain gouvernement, n’ont exprimé leur intérêt à former une coalition avec des partis à majorité arabe. Le Likud a même suggéré qu’une coalition qui inclurait des partis à majorité arabe sous une forme ou une autre manquerait de légitimité.

A une vingtaine de kilomètres au nord d’Umm al-Fahm, à Iksal, une autre ville arabe, les électeurs se sont lentement dirigés vers l’école Razi, adjacente à une rue de magasins et de restaurants. Oussama Masalha, un électeur, a déclaré qu’il s’attendait à ce que la plupart des électeurs arrivent dans l’après-midi et le soir.

Ahmad Darawshe, un assistant de 29 ans du candidat de Hadash-Taal, le député Ahmad Tibi, a également exprimé sa préoccupation au sujet d’une possible faible participation arabe.

« Aujourd’hui, nous sommes confrontés à l’indifférence à l’égard des élections dans la communauté arabe », a-t-il dit à l’extérieur de l’école. « La situation est inquiétante, mais les militants du parti font tout leur possible pour encourager les gens à voter. »

Fayez Ishtawi, 45 ans, rédacteur en chef du site d’information arabe Kul al-Arab, a déclaré qu’il avait voté pour l’une des deux listes à majorité arabe et que l’éclatement de la Liste arabe unie a également convaincu certains Arabes de renoncer à voter.

« Il y a une réelle déception parmi de nombreux citoyens arabes du fait que la Liste arabe unie n’est pas restée unie », a-t-il dit.

Centre-ville de Nazareth, le 9 avril 2019. (Adam Rasgon/Times of Israel)

Après plusieurs cycles de négociations en février, la Liste arabe unie, une coalition des quatre principaux partis à majorité arabe, n’est pas parvenue à un accord pour se présenter ensemble aux élections de mardi.

La Liste arabe unie a été constituée en janvier 2015 après que la Knesset a fait passer de 2 à 3,25 % le seuil électoral d’entrée à la Knesset de 120 sièges, faisant craindre que les petits partis ne puissent se présenter seuls pour l’élection. Elle a remporté 13 sièges aux élections de la Knesset en mars 2015, devenant ainsi l’une des factions les plus importantes de l’opposition.

Danny, propriétaire d’une boulangerie à Iksal, a déclaré qu’il n’avait pas l’intention de voter parce que la dissolution de la Liste arabe unie montre que « les partis arabes se soucient plus de leurs propres intérêts que de ceux de notre communauté ».

Vers 11h, dans un bureau de vote près de la vieille ville de Nazareth, un plus grand nombre d’électeurs ont commencé à se rendre aux urnes. Nazareth est l’une des plus grandes villes arabes d’Israël.

Elle avait initialement prévu de boycotter les élections, mais elle a changé d’avis lorsqu’elle s’est rendu compte que le fait de ne pas voter profiterait aux partis de droite.

« Mon fils m’a expliqué que je donnerais pratiquement un vote au Likud », dit-elle. « Alors j’ai changé d’avis et j’ai décidé de m’assurer que je n’aide pas la droite. »

Un faible taux de participation des électeurs arabes pourrait être très bénéfique pour le Likud du Premier ministre Benjamin Netanyahu et d’autres partis de droite. Cela pourrait permettre aux factions de droite de franchir le seuil d’entrée à la Knesset, ce qui ne serait pas le cas si davantage d’Arabes votaient et augmentaient le taux de participation.

Issa, un résident de Nazareth, a déclaré qu’il avait été convaincu de voter pour contrecarrer les plans de Netanyahu pour un cinquième mandat.

« J’avais initialement prévu de ne pas voter à cette élection parce que je pense que nos parlementaires n’en font pas assez pour nous, mais j’ai maintenant l’intention de le faire », a-t-il dit. « Mes amis et ma famille me pressent de voter parce qu’ils pensent que ne pas voter aidera la droite et je pense qu’ils ont raison. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...