Des balles trouvées sur les lieux d’une fusillade présumée en Cisjordanie
Rechercher

Des balles trouvées sur les lieux d’une fusillade présumée en Cisjordanie

L'armée recherche les auteurs alors que les tensions restent fortes dans un secteur où 3 Israéliens sont morts la semaine dernière

Les soldats israéliens opèrent en Cisjordanie (Crédit : Unité du porte-parole de l'armée)
Les soldats israéliens opèrent en Cisjordanie (Crédit : Unité du porte-parole de l'armée)

Des balles ont été retrouvées par les forces de sécurité à proximité d’un arrêt de bus situé aux abords de l’implantation d’Ofra, en Cisjordanie, mercredi matin, ont fait savoir les militaire vingt-quatre heures après une fusillade présumée.

Les soldats recherchent encore les auteurs de l’attaque à l’arme à feu, qui ont pris pour cible l’arrêt de bus jeudi soir. Ils seraient originaires du village palestinien d’Ein Yabrud. Il n’y a pas de blessés à déplorer.

L’incident est survenu alors que les tensions sont élevées suite à deux fusillades qui ont eu lieu la semaine dernière dans le secteur et qui ont fait trois morts du côté israélien – deux militaires et un bébé – et dans un contexte général de recrudescence des violences en Cisjordanie.

Les soldats ont répliqué aux tirs, a noté l’armée.

La chaîne Hadashot a fait savoir qu’il y avait plusieurs personnes présentes à l’arrêt de bus à ce moment-là. Un témoin oculaire a expliqué que dès que les coups de feu avaient éclaté, les civils se sont mis au sol, se réfugiant derrière les soldats.

L’armée israélienne a également annoncé vendredi qu’elle avait cartographié les habitations des suspects qui seraient à l’origine des fusillades survenues la semaine dernière aux abords d’Ofra et à l’avant-poste voisin de Givat Assaf pour préparer leur démolition.

Plusieurs Israéliens ont été blessés à Ofra, le 9 décembre, notamment une femme enceinte de sept mois, dont l’enfant – né en urgence et par césarienne après l’attentat – n’a pas survécu.

Deux soldats israéliens sont morts et un autre a été grièvement blessé dans l’attentat de Givat Assaf.

Un responsable israélien de la Défense a fait savoir jeudi que le Palestinien soupçonné d’avoir commis l’attentat terroriste de Givat Assaf serait Asem Barghouti, frère de Salih Barghouti, soupçonné d’être l’auteur de la fusillade à proximité d’Ofra.

Salih a été tué par balles, le 12 décembre, dans un village situé près de Ramallah alors qu’il attaquait les forces de sécurité israéliennes pour tenter d’échapper à une arrestation, a rapporté le service de sécurité du Shin Bet.

Les agresseurs de la fusillade de Givat Assaf sont encore en fuite.

De plus, les soldats de l’armée israélienne ont ouvert le feu sur une voiture palestinienne qui avait forcé un barrage routier en Cisjordanie dans la soirée de jeudi, tuant l’un de ses passagers.

Le véhicule ne s’est pas arrêté au check-point « Focus », ont indiqué les militaires dans un communiqué. Les soldats présents sur ce poste ont ouvert le feu, tuant l’un des passagers de la voiture et blessant l’autre.

Le ministère de la Santé palestinien a confirmé la mort d’un homme. Selon les médias palestiniens, il s’appellerait Qassem Abassi, âgé de 17 ans et il serait originaire du quartier de Silwan, à Jérusalem-Est.

L’armée a annoncé avoir ouvert une enquête après les deux incidents et avoir établi des barrages routiers dans le secteur.

Au-delà du check-point, il y a une route utilisée par les Palestiniens qui relie al-Bireh et Ramallah au sud et les habitants d’implantation de Beit El au nord pour rejoindre la Route 60. Le carrefour d’Ofra est situé plus loin, le long de la même route.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...