Rechercher

Des centaines de manifestants rassemblés suite à mort de la reporter d’Al Jazeera

Trois Palestiniens ont été arrêtés lors d'affrontements avec la police à Jérusalem-Est ; des rassemblements pacifiques ont eu lieu à Haïfa et Nazareth

Des manifestants palestiniens dans le quartier de Beit Hanina à Jérusalem-Est se heurtent à la police lors d'une manifestation condamnant la mort de la journaliste d'Al Jazeera Shireen, le 11 mai 2022. (Crédit: Jamal Awad/Flash90)
Des manifestants palestiniens dans le quartier de Beit Hanina à Jérusalem-Est se heurtent à la police lors d'une manifestation condamnant la mort de la journaliste d'Al Jazeera Shireen, le 11 mai 2022. (Crédit: Jamal Awad/Flash90)

Des centaines de Palestiniens et d’Arabes israéliens ont protesté mercredi contre la mort de la correspondante d’Al Jazeera Shireen Abu Akleh. Des rassemblements ont été organisés à Jérusalem-Est, Haïfa et Nazareth.. L’une des manifestations a mal tourné dans la capitale.

À Jérusalem-Est, des personnes se sont rassemblées au domicile d’Abu Akleh, dans le quartier palestinien de Beit Hanina, pour lui rendre hommage.

La police israélienne est arrivée sur les lieux apparemment suite à un signalement d’incitation à la violence après que des drapeaux palestiniens ont été brandis par les personnes en deuil et suite aux déclarations scandées par la foule.

« La police a constaté des émeutes et des cris d’incitation ; elle s’est entretenue avec les propriétaires afin de s’assurer que la loi et l’ordre sont respectés », a déclaré la police dans un communiqué.

Mais, peu après, des affrontements entre manifestants et policiers ont été signalés. Des émeutiers ont jeté des pierres, bloqué la circulation et se sont heurtés à la police sur la route 20 qui relie le quartier palestinien au quartier juif voisin de Pisgat Zeev.

Dans une vidéo téléchargée sur les réseaux sociaux, on voit un individu attacher un drapeau palestinien à une voiture de police.

Une autre vidéo montre deux femmes israéliennes en train d’enlever des drapeaux israéliens accrochés à leur voiture alors qu’elles se trouvent dans un embouteillage près du lieu des émeutes, craignant apparemment d’être attaquées par des émeutiers.

Trois suspects ont été arrêtés, a déclaré la police, notant que les émeutes étaient sous contrôle mais qu’elles pourraient à nouveau éclater dans la nuit.

Environ 200 manifestants arabes israéliens se sont rassemblés dans le quartier de Neve Shaanan à Haïfa, portant des drapeaux palestiniens et chantant : « Par l’esprit, par le sang, nous rachèterons Shireen ! ».

Les manifestants ont bloqué le boulevard Ben Gurion dans la ville, qui abrite une population mixte juive et arabe.

« Israël cherche à nous faire taire en guise d’objectif stratégique », a déclaré un manifestant à Haaretz.

« Pourquoi voyons-nous des fusillades, des violences et des arrestations lors des manifestations ? Ceci a pour but de nous faire taire et de dissuader les gens d’exercer leur droit à la liberté d’expression », a-t-il ajouté.

L’ancien législateur arabe israélien Issam Makhoul a pris la parole lors de l’événement, qualifiant la mort d’Abu Akleh de « frappe ciblée » et de « crime de guerre », qui selon lui est le « résultat de la frustration causée par l’échec de la politique d’occupation ».

« Ceux qui pensent que la solution viendra en appliquant plus de force, échoueront tant sur le plan de la sécurité que sur le plan politique et conduiront à plus de souffrance pour les deux peuples », a-t-il dit.

Des dizaines de personnes ont protesté contre la mort d’Abu Akleh dans la ville de Nazareth, à majorité arabe, dans le nord du pays, brandissant des drapeaux palestiniens et scandant des slogans tels que : « Le message de Shireen Abu Akleh ne mourra pas avec elle ».

Aucun incident violent ni affrontement avec la police n’a été signalé à Haïfa et à Nazareth.

Akleh, 51 ans, a reçu une balle dans la tête mercredi matin lors d’affrontements entre les troupes israéliennes et des tireurs palestiniens alors qu’elle couvrait une opération de l’armée israélienne dans la ville de Jénine, en Cisjordanie.

Shireen Abu Akleh en reportage en Cisjordanie pour Al Jazeera dans un clip non daté (Crédit: capture d’écran Al Jazeera).

Le ministère de la santé de l’Autorité palestinienne et des témoins palestiniens, dont d’autres journalistes, ont déclaré que les troupes israéliennes étaient responsables des coups de feu qui ont tué Abu Akleh.

Le gouvernement israélien a déclaré que des Palestiniens armés pourraient avoir tiré le coup de feu fatal.

Aaron Boxerman a contribué à cet article. 

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...