Des centaines de milliers d’enfants retournent à l’école
Rechercher

Des centaines de milliers d’enfants retournent à l’école

Après deux mois, les établissements rouvrent leurs portes - mais la taille des classes et des problèmes d'indemnisation impliquent que des milliers d'élèves resteront à la traîne

Les enfants retournent dans les maternelles de Jérusalem, ici dans celle de Gan Hayot, à Jérusalem, le 10 mai 2020 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Les enfants retournent dans les maternelles de Jérusalem, ici dans celle de Gan Hayot, à Jérusalem, le 10 mai 2020 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Ce sont des centaines de milliers d’enfants âgés de zéro à six ans qui vont être de nouveau accueillis, dès dimanche, dans les crèches et maternelles publiques et privées après presque deux mois passés auprès de leurs parents, chez eux, à cause de la pandémie de coronavirus.

Les limites imposées par les directives gouvernementales, la taille des classes et la confusion entraînée par les procédures qui définissent la réouverture des crèches, maternelles et jardins d’enfants publics ou privés impliquent que des centaines de milliers de petits élèves resteront encore chez eux au moins pendant encore quelques jours.

Le nombre de nouvelles infections au COVID-19, au sein de l’Etat juif, s’est réduit à seulement quelques-unes par jour. Les classes de CP, CE1 et CE2 ont déjà repris.

Dès dimanche, les enfants, dans les maternelles publiques, seront accueillis dans des classes de 18 élèves maximum. La majorité d’entre eux ne viendront à l’école que trois fois par semaine de manière à ce que les consigne sanitaires puissent être respectées – autrement dit, environ
250 000 petites filles et petits garçons resteront chez eux pendant la première moitié de la semaine.

Les journées de présence sont définies sur la base d’une rotation, de nombreux parents ne travaillant pas le vendredi.

Les groupes de 18 élèves seront divisés en groupes de neuf enfants maximum et qui seront séparés de manière stricte. Les parents ne sont pas autorisés à entrer dans les locaux des jardins d’enfants. Les enfants seront accueillis aux portes par le personnel et emmenés à l’intérieur de l’établissement.

Le ministère de l’Education a expliqué que la présence à l’école n’était pas obligatoire.

Des employés nettoient une salle de la crèche d’Emunah, dans la ville de Modiin, le 7 mai 2020 (Crédit : Yossi Zeliger/Flash90)

Certaines crèches privées ont décidé de reporter leur ouverture en raison des directives sanitaires gouvernementales trop difficiles à mettre en oeuvre, selon elles. D’autres ont définitivement baissé le rideau après des semaines d’inactivité.

Ce sont presque 1 000 crèches privées qui n’ouvriront pas dimanche suite à, semble-t-il, des désaccords portant sur le cadre des indemnisations qui leur ont été proposées par le Trésor et le ministère du Travail. Ces établissements, à eux tous, accueillent habituellement des dizaines de milliers de petits Israéliens.

Environ 40 000 tout-petits, inscrits dans des écoles publiques, resteront aussi chez eux dans un avenir proche, les salles de classe étant limitées à 17 élèves sans système de rotation et avec une priorité qui est accordée à ceux qui en ont le plus besoin, sur la base d’un système prédéfini.

Des enfants portent des masques à Tel Aviv, le 24 mars 2020 (Crédit : AP Photo/Oded Balilty)

La fête de Lag B’Omer, mardi, a aussi compliqué la réouverture, alors que la journée est officiellement définie comme journée de congé pour les jardins d’enfants et pour les écoles, ce qui obligera potentiellement certains parents qui tentent de reprendre une activité professionnelle après deux mois de confinement à poser une journée d’absence à leur travail.

Certaines municipalités, comme Jérusalem, Givatayim, Herzliya et Raanana, ont fait savoir que leurs écoles maternelles resteraient ouvertes et que les salaires des employés seraient assurés par la mairie, a indiqué la Treizième chaîne.

Les enfants israéliens portant des masques partent à l’école au Moshav Yashresh, le 3 mai 2020 (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

Les parents ont poussé pour une reprise rapide des programmes extra-scolaires depuis le jardin d’enfants jusqu’au CE1. Un accord passé entre le Trésor, les conseils locaux et le ministère de l’Education a été conclu vendredi pour financer ces programmes – dont la reprise ne devrait néanmoins pas intervenir lors des prochains jours.

Les écoles avaient figuré parmi les premières institutions à fermer leurs portes à la mi-mars, une initiative qui avait été rapidement suivie par des mesures plus strictes qui avaient pratiquement arrêté l’économie du pays et obligé de nombreux Israéliens à ne plus quitter leurs habitations, une tentative visant à prévenir une vaste propagation de l’épidémie de COVID-19.

Le directeur-général du ministère de l’Education a indiqué samedi que les élèves de CM1 à la 6e retourneraient en classe dans une semaine et que l’ensemble des élèves israéliens devraient reprendre les cours d’ici trois semaines si l’ouverture des jardins d’enfants, dimanche, est réussie et si le taux d’infection au COVID-19 ne connaît pas une nouvelle hausse.

« Nous avançons pas à pas. Cette semaine, les écoles élémentaires, les Première et Terminale, les établissements pour personnes à besoins particuliers ou des élèves appartenant à une catégorie à risque ont ouvert. Nous ouvrirons les maternelles et les programmes extra-scolaires. Et immédiatement après, s’il n’y a pas de problème, nous passerons aux élèves du CM1 à la Seconde, puis nous évaluerons la situation pour les vacances d’été », a commenté Shmuel Abuav devant les caméras de la Treizième chaîne.

Shmuel Abuav du ministère de l’Education s’exprime lors de la 16è conférence annuelle de Jérusalem du groupe « Besheva », le 11 février 2019 (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

Les CP-CE1-CE2 et Première-Terminale sont retournés à l’école la semaine dernière avec de plus petites classes et des procédures sanitaires préventives strictes.

Au fur et à mesure que les classes de tout niveau reprendront – sous réserve de l’accord du gouvernement – il faudra probablement mettre en place plus de rotations des élèves au sein des établissements, l’espace manquant pour que ces derniers puissent respecter les directives de distanciation sociale.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a expliqué s’attendre à ce que tous les élèves retournent à l’école d’ici à la fin du mois tandis que les universités et les établissements d’enseignement supérieurs devraient rouvrir le 14 juin, quand toutes les restrictions seront levées et si le chiffre des Israéliens atteints par le coronavirus reste faible.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...