Rechercher

Des centaines de néo-nazis manifestent en Suède

Les membres du Mouvement de résistance nordique ont été autorisés à participer aux défilés du 1er mai de Falun

Les membres du Mouvement de résistance nordique à Borlänge, en Suède, le 1er mai 2016. (Crédit : capture d'écran YouTube)
Les membres du Mouvement de résistance nordique à Borlänge, en Suède, le 1er mai 2016. (Crédit : capture d'écran YouTube)

Plusieurs centaines de membres d’un groupe néo-nazi ont marché lundi dans une ville suédoise pour le 1er mai, irritant habitants et politiciens.

Les membres du Mouvement de résistance nordique (MRN) ont marché dans la ville de Falun. Ils étaient l’un des nombreux groupes à marquer la fête du travail, ont indiqué les médias suédois.

Des contre-manifestants les attendaient à plusieurs points de leur trajet, et la police sécurisait l’évènement.

Le ministre de la Défense, Peter Hultqvist, a attaqué l’association, et selon le site internet thelocal.se, a déclaré que le MRN représente des « crimes contre l’humanité ».

« C’est un jour important pour notre société et la résistance contre les nazis, a dit Hultqvist. L’on peut se demander s’il est juste que le 1er mai doive être organisé avec une présence policière pour que la population se sente en sécurité. »

Karl-Eric Pettersson, membre du parti social démocrate, a déclaré que c’est « horrible et [qu’] il s’agit d’une menace pour notre démocratie qu’un parti qui ne se batte pas en faveur des droits égaux pour tous ait l’opportunité d’être vu en ce jour, conçu pour le mouvement travailliste. Mais notre parade sera plus grande que jamais. »

Le MRN, fondé en 1997, promeut une doctrine ouvertement raciste et antisémite. Les services de sécurité suédois ont décrit le MRN comme un groupe suprématiste blanc, avec une hiérarchie stricte et des influences militaires.

Plusieurs de ses membres ont été jugés coupables de crimes violents, dont des homicides, des agressions et des tentatives de meurtre.

Des agences ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...