Rechercher

Des chercheurs israéliens évoquent une nouvelle vague internationale de COVID

Omicron n'a pas anéanti le variant précédent ; Delta est super résistant et pourrait réapparaître en force, selon une étude fondée sur une surveillance de pointe des eaux usées

Des membres d'une famille rendent visite à l'un d'entre eux au service du coronavirus de l’hôpital Ziv, dans la ville de Safed, au nord d’Israël, le 15 février 2022. (Crédit: David Cohen/Flash90)
Des membres d'une famille rendent visite à l'un d'entre eux au service du coronavirus de l’hôpital Ziv, dans la ville de Safed, au nord d’Israël, le 15 février 2022. (Crédit: David Cohen/Flash90)

Le risque d’une nouvelle vague internationale de COVID cet été est réel, le variant Delta étant sur le point de faire son retour, selon une nouvelle étude israélienne.

L’étude, évaluée par des pairs est basée sur une surveillance israélienne de pointe des eaux usées, révèle non seulement la prévalence des cas de coronavirus, mais aussi leur variant.

Elle a montré que même au plus fort de la vague Omicron, le variant précédent- Delta – n’a pas été éliminé, alors qu’on s’attendait à ce qu’il le soit sur la base de la dynamique des vagues précédentes.

Après avoir suivi les tendances des deux variants, les chercheurs ont conclu qu’Omicron et ses sous-variants sont susceptibles de disparaître prochainement, mais que Delta a fait preuve d’une telle résilience qu’il pourrait bien réapparaître.

« Nos résultats soulignent que la pandémie n’est pas terminée et suggèrent que, tôt ou tard, il y aura une autre vague, potentiellement cet été ou à la fin de l’été », a déclaré au Times of Israel le professeur Ariel Kushmaro, qui dirige le laboratoire des eaux usées de l’université Ben-Gurion du Néguev qui a mené les recherches.

Un père, sous la supervision d’un agent de santé, prélève des échantillons par écouvillonnage sur son fils au centre de dépistage du coronavirus de Meuhedet à Jérusalem, le 18 janvier 2022. (Crédit: Olivier Fitoussi/Flash90)

Il a déclaré que cette crainte s’étend bien au-delà d’Israël et a indiqué qu’au niveau international, Delta représente toujours une menace plus importante que ce qui est suggéré. Delta pourrait réapparaître sous sa forme actuelle ou se propager sous la forme d’un nouveau sous-variant, a-t-il prévenu.

Certains experts du COVID affirment que l’étude fournit une base de données suffisamment solide justifiant l’avertissement qu’ils lancent depuis des semaines.

« La pandémie n’est pas terminée, et cet excellent travail de recherche fournit des résultats clairs qui le soulignent et nous aident à comprendre la situation », a déclaré au Times of Israel le Dr Yariv Wine, immunologue à l’université de Tel Aviv, qui n’a pas participé aux recherches de Ben-Gurion.

Kushmaro a déclaré que la résilience de Delta a surpris son équipe. « Par le passé, nous avons constaté que lorsqu’un variant apparaît, les autres disparaissent ; mais cela ne semble pas s’être produit avec Delta, qui semble avoir une certaine capacité de survie », a-t-il déclaré.

Image d’illustration : des techniciens prélèvent des échantillons d’eaux usées en Israël dans le cadre des efforts de surveillance du COVID. (Crédit: MENAHEM KAHANA/AFP)

« Dans cette étude, nous avons constaté que même lorsque Omicron était à son plus haut niveau dans les eaux usées, Delta circulait toujours », a-t-il ajouté. « Les modèles que nous observons indiquent qu’Omicron est en voie de disparition, mais que Delta a survécu et est pole position pour réapparaître. »

Kushmaro et ses collègues, dont le Dr Karin Yaniv, ont écrit que, selon leur modèle d’analyse, Delta devrait continuer à circuler en grande partie sans être détectée – ce qu’ils appellent la circulation cryptique – jusqu’à ce qu’elle provoque une nouvelle vague. Ils ont publié leurs conclusions dans la revue Science of the Total Environment.

« Selon le modèle développé, on peut s’attendre à ce que les niveaux d’Omicron diminuent jusqu’à être éliminés, tandis que le variant Delta maintiendra sa circulation cryptique », ont-ils écrit. « Si cela se réalise, la circulation cryptique mentionnée peut entraîner la réémergence d’une vague de morbidité Delta ou la génération possible d’un nouveau variant menaçant. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...