Rechercher

Des chercheurs israéliens ont éliminé des tumeurs cérébrales chez la souris

"Même lorsque nous avons cessé de supprimer les astrocytes, 85 % des souris sont restées en rémission," a déclaré le Dr Lior Mayo de l'université de Tel Aviv

Le professeur Lior Mayo, immunologiste du cerveau de l'université de Tel Aviv. (Crédit : Université de Tel Aviv)
Le professeur Lior Mayo, immunologiste du cerveau de l'université de Tel Aviv. (Crédit : Université de Tel Aviv)

Une étude israélienne a confirmé l’élimination de glioblastomes, les tumeurs cérébrales les plus mortelles, chez les souris en identifiant et en détruisant leur « source d’énergie ».

Les scientifiques de l’université de Tel Aviv à l’origine de cette recherche travaillent maintenant à l’identification de médicaments permettant de reproduire cet effet chez l’homme. Ils espèrent trouver un médicament existant susceptible de fonctionner, puis le réaffecter, ce qui, selon eux, pourrait se faire d’ici deux ans, si tout se passe bien.

La méthode consiste essentiellement à « affamer » les tumeurs cérébrales en supprimant leur source d’énergie, a déclaré le Dr Lior Mayo, immunologiste du cerveau et auteur principal de l’étude.

Il a déclaré au Times of Israel que d’ordinaire, les scientifiques essaient d’attaquer les tumeurs directement, par chimiothérapie par exemple. « Au lieu de cela, nous avons décidé de nous demander si nous pouvions changer quelque chose dans l’environnement de la tumeur qui pourrait lui nuire », a-t-il expliqué.

Les astrocytes sont des cellules gliales en forme d’étoiles dont la fonction est de fournir les nutriments nécessaires et de réguler l’environnement chimique. Les glioblastome font passer les astrocytes environnants dans un état d’activité inhabituel. Le Dr Mayo, et ses étudiants en doctorat Adi Tessler et Rita Perelroizen, ont voulu savoir ce que font les astrocytes en relation avec la tumeur.

Grâce à une modification génétique, il a pu produire des souris avec des glioblastomes, puis retirer tous les astrocytes autour de la tumeur. « Nous avons constaté que lorsque nous faisions cela, les tumeurs disparaissaient et restaient éloignées aussi longtemps que nous réprimions les astrocytes », a-t-il déclaré.

« Même lorsque nous avons cessé de supprimer les astrocytes, 85 % des souris sont restées en rémission. En revanche, dans le groupe témoin, dans lequel tous les astrocytes sont restés, toutes les souris sont mortes. »

Un glioblastome, en blanc, entouré d’astrocytes, en bleu. (Crédit : Dr Lior Mayo/Université de Tel Aviv)

Dans l’étude, publiée dans la revue Brain, les scientifiques suggèrent « que le ciblage de la signalisation immuno-métabolique des astrocytes pourrait être utile pour traiter cette tumeur cérébrale extrêmement mortelle ».

La recherche a conclu que les astrocytes aident les tumeurs de deux manières. Premièrement, ils détournent les cellules immunitaires, qui protègent normalement l’organisme, pour aider les tumeurs. Les astrocytes y parviennent en sécrétant des protéines qui modifient le comportement des tumeurs.

Rita Perelroizen, doctorante, travaillant dans le laboratoire du Dr Lior Mayo à l’université de Tel Aviv. (Crédit : Université de Tel Aviv)

Deuxièmement, les astrocytes transforment le cholestérol de l’organisme en une source d’énergie pour les tumeurs. On savait déjà que les tumeurs cérébrales recevaient de l’énergie provenant du cholestérol, mais on ne savait pas exactement comment ni où cela se produisait.

Mayo a déclaré qu’ils ont découvert que « les astrocytes fournissent l’énergie nécessaire à la croissance de la tumeur, en sécrétant du cholestérol. Ils synthétisent le cholestérol en énergie et l’envoient aux cellules tumorales, qui l’utilisent ensuite comme source d’énergie ».

Il a déclaré que son laboratoire se concentre désormais sur la tentative de transformer cette percée en un traitement adapté aux humains. « Nous sommes optimistes », a-t-il déclaré.

« Si nous pouvons réorienter un médicament existant, comme nous l’espérons, cela pourrait prendre environ deux ans, mais si un nouveau médicament est nécessaire, cela prendra plus de temps. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...