Des classes de Shavouot pour rapprocher les voisins laïcs et religieux
Rechercher

Des classes de Shavouot pour rapprocher les voisins laïcs et religieux

Dans une maison de Modiin, des généraux israéliens discuteront des obligations éthiques d’Israël vis-à-vis de la guerre civile syrienne

Eli Ben-Meir, à gauche, serre la main d'Itai Brun, à droite, alors que Ben-Meir prend la direction de la brigade de recherche de l'armée israélienne, avec le directeur du renseignement militaire israélien, le général Herzi Halevi, au centre, le 4 janvier 2015. (Crédit : unité des porte-paroles de l'armée israélienne)
Eli Ben-Meir, à gauche, serre la main d'Itai Brun, à droite, alors que Ben-Meir prend la direction de la brigade de recherche de l'armée israélienne, avec le directeur du renseignement militaire israélien, le général Herzi Halevi, au centre, le 4 janvier 2015. (Crédit : unité des porte-paroles de l'armée israélienne)

Une association rabbinique israélienne qui cherche à rapprocher les laïcs et les religieux organise pour Shavouot des programmes d’études dans tout le pays.

L’Organisation rabbinique Tzohar, qui a déjà organisé des programmes dans des centres communautaires et des bâtiments publics pour encourager les laïcs à participer, a ouvert un programme de « devoir à la maison », dans lequel des dizaines de rabbins et de bénévoles de Tzohar ouvriront leurs maisons et inviteront leurs voisins à étudier ensemble.

Chaque famille choisira le sujet qui sera discuté.

L’une des ces maisons est celle du général de brigade Eli Ben-Meir, chef des renseignements de l’armée, qui a invité ses voisins de Modiin à discuter avec le général de division Gadi Shamni de la politique d’Israël concernant la guerre civile en Syrie, notamment sur des questions comme ‘devons-nous intervenir ?’ et ‘Israël se comporte-t-il éthiquement ?’.

Le rabbin David Stav, le président de Tzohar, ouvrira aussi sa maison de Shoham à la communauté, où il abordera le sujet du judaïsme et de la société israélienne.

Tzohar coordonne des programmes pour les fêtes depuis plus de 10 ans, dans le but de rendre les traditions des fêtes juives accessibles à tous les Juifs d’Israël, dans un climat non coercitif.

Des évènements sont organisés dans des kibboutzim, des moshavim et des centres culturels dans tout Israël pour Yom Kippur, Pourim et Shavouot.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...