Des collaborateurs de Bennett vont rencontrer l’équipe de Biden à Washington
Rechercher

Des collaborateurs de Bennett vont rencontrer l’équipe de Biden à Washington

Eyal Hulata et Shimrit Meir rencontreront le conseiller à la Sécurité nationale américain et le coordinateur du Conseil national de sécurité pour le Moyen-Orient

Le Premier ministre Naftali Bennett (à gauche) et le président américain Joe Biden. (Montage : AP/ Flash90)
Le Premier ministre Naftali Bennett (à gauche) et le président américain Joe Biden. (Montage : AP/ Flash90)

Les principaux collaborateurs du Premier ministre Naftali Bennett s’envoleront pour Washington la semaine prochaine pour rencontrer leurs homologues américains en amont de la visite du Premier ministre à Washington, a confirmé un responsable du bureau du Premier ministre au Times of Israël lundi.

Le président du Conseil national de sécurité israélien, Eyal Hulata, et la conseillère diplomatique de Bennett, Shimrit Meir, rencontreront le conseiller à la Sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, et le coordinateur du Conseil national de sécurité pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, Brett McGurk, a déclaré le fonctionnaire, corroborant un communiqué antérieur d’Axios.

Ce voyage marquera la première rencontre en personne entre les conseillers des dirigeants des deux pays. Jusqu’à présent, les contacts ont eu lieu de manière virtuelle. Le secrétaire d’État adjoint américain aux Affaires israéliennes et palestiniennes, Hady Amr, s’est rendu dans la région au début du mois, mais il n’aurait rencontré que plusieurs ministres et non Bennett.

Le mois dernier, le président américain Joe Biden a invité Bennett à se rendre à la Maison Blanche. L’offre a été relayée au président de l’époque, Reuven Rivlin, lors d’une visite, ce dernier ayant déclaré que Biden souhaitait que sa première rencontre avec Bennett ait lieu « dès que possible ». Mais le Premier ministre aura du mal à quitter le pays avant le début des vacances d’été de la Knesset, le 8 août, étant donné la faible majorité de la coalition au Parlement (61-59). Prendre l’avion en août compliquerait toutefois les réunions au Capitole, car le Congrès américain sera également en vacances ce mois-là.

Un responsable du parti Yamina de Bennett a déclaré que le Premier ministre souhaitait également que le prochain ambassadeur d’Israël aux États-Unis soit déjà en poste à Washington à son arrivée, bien que le cabinet du Premier ministre soit toujours à la recherche de candidats pour ce poste. Dans l’intervalle, Gilad Erdan est resté en poste en tant qu’envoyé. Erdan doit rester aux États-Unis pour continuer à exercer son second poste d’ambassadeur auprès de l’ONU.

S’il n’est pas en mesure de se rendre à Washington en août et que la visite est reportée à septembre, Bennett pourrait essayer d’élargir son itinéraire pour inclure un arrêt à New York pour s’adresser à l’Assemblée générale des Nations unies, a déclaré le responsable de Yamina, reconnaissant que le Premier ministre devra également travailler autour d’un calendrier serré de la Maison Blanche.

Eyal Hulata. (Autorisation)

La semaine dernière, un responsable israélien a confirmé que l’administration Biden avait accepté de reporter le projet de réouverture du consulat américain à Jérusalem pour les Palestiniens jusqu’à ce que le nouveau gouvernement israélien ait adopté un budget, début novembre.

Les États-Unis se méfient des actions qui pourraient déstabiliser la coalition naissante de Bennett et provoquer le retour de l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu, a déclaré le responsable sous couvert d’anonymat.

Le consulat, qui desservait principalement la population palestinienne de Jérusalem-Est et de la Cisjordanie, a été officiellement fermé en 2019 par l’ancien président américain Donald Trump dans le cadre du transfert de l’ambassade à Jérusalem par l’administration. Une grande partie du personnel de la mission de la rue Agron a conservé les mêmes emplois au même endroit, mais sous une unité des affaires palestiniennes nouvellement nommée, formée sous l’égide plus large des relations américaines avec Israël, considérée comme une dégradation de facto des liens avec les Palestiniens – ce que Biden tient à inverser.

Le gouvernement de Bennett a demandé ce délai, expliquant que les membres de l’opposition utiliseraient la réouverture d’une mission de facto auprès des Palestiniens à Jérusalem pour semer la zizanie dans la coalition encore fragile, a déclaré le fonctionnaire.

Le nouveau gouvernement, composé d’un ensemble de partis issus de l’ensemble de l’échiquier politique, doit encore se mettre d’accord sur l’adoption d’un budget avant de pouvoir être considéré comme suffisamment stable pour résister aux critiques de l’opposition. Il dispose de 145 jours à compter de sa prestation de serment pour le faire, faute de quoi des élections seront convoquées.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...