Des croix gammées découvertes dans une université canadienne
Rechercher

Des croix gammées découvertes dans une université canadienne

Les graffitis ont été découverts dans plusieurs sites de l'université de Toronto ; un salut nazi aurait également été effectué par un étudiant

Des croix gammées sur un mur. Illustration. (Crédit : Flash90)
Des croix gammées sur un mur. Illustration. (Crédit : Flash90)

Des croix gammées ont été découvertes dans sept sites, sur et près du campus de la plus grande université du Canada, dans ce qui semblent être deux actes antisémites séparés.

Les trois premières croix près du campus de l’Université de Toronto en centre-ville, ont été découvertes le mois dernier. La semaine dernière, juste avant Yom Kippour, deux autres ont été repérées sur un mur. Deux jours plus tard, une dernière était découverte sur un trottoir, près du bâtiment d’anthropologie.

Des graffitis similaires ont également été trouvés sur les escaliers du bâtiment de minage, et sur une route près du campus.

Un porte-parole de l’université de Toronto a déclaré au journal The Canadian Jewish News que l’université avait fait le nécessaire le plus rapidement possible pour enlever les graffitis.

Rob Nagus, directeur de Hillel à l’université, a dit que son organisation appréciait la rapidité de la condamnation par l’université de ces actes, ainsi que la suppression des graffitis.

Vue aérienne de Toronto, au Canada. (Wikimedia Commons)
Vue aérienne de Toronto, au Canada. (Wikimedia Commons)

Nagus a ensuite affirmé au Canadian Jewish News que les actes de vandalisme les plus anciens n’étaient pas reliés à ceux découverts plus tard.

Le Centre pour les affaires israéliennes et juives s’est dit « profondément alarmé » par ces actes de vandalisme, qui apparaissent comme « des actes de haine délibérés plutôt que des graffitis inconsidérés ».

De plus, l’organisation B’nai Brith Canada a déclaré être en possession de vidéos « dérangeantes » d’un manifestant non-identifié, faisant le salut nazi devant le hall Sidney Smith de l’université, le 11 octobre.

Le salut au bras levé a été réalisé en marge d’une manifestation pour la liberté d’expression, en soutien au professeur de psychologie Jordan Peterson, qui a été récemment critiqué pour son refus de laisser ses étudiants transgenres choisir les pronoms par lesquels ils souhaitent être désignés.

« La prolifération de symboles nazis dans l’une des universités canadiennes les plus respectées est choquante et outrageante », a déclaré Michael Mostyn, directeur de B’nai Brith Canda.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...