Des dents de requin découvertes sur un site de l’époque de Salomon à Jérusalem
Rechercher

Des dents de requin découvertes sur un site de l’époque de Salomon à Jérusalem

Selon les chercheurs, les 29 dents proviennent d'animaux qui vivaient aux côtés des dinosaures et pourraient avoir fait partie d'une collection

Une dent fossilisée de Squalicorax trouvée lors d'une fouille archéologique dans la Cité de David à Jérusalem. (Crédit : Omri Lernau)
Une dent fossilisée de Squalicorax trouvée lors d'une fouille archéologique dans la Cité de David à Jérusalem. (Crédit : Omri Lernau)

Des archéologues ont découvert une mystérieuse cachette de dents de requin fossilisées de 80 millions d’années sur un site vieux de 2 900 ans dans la Cité de David à Jérusalem.

Selon les résultats publiés dans la revue à comité de lecture Frontiers in Ecology and Evolution, les 29 dents proviennent d’animaux ayant vécu au Crétacé supérieur, à l’époque où les dinosaures parcouraient encore la planète.

Les chercheurs ont utilisé des techniques de datation par les isotopes du strontium et de l’oxygène, ainsi que la diffraction des rayons X et l’analyse des éléments traces pour établir l’âge et l’origine des dents.

L’équipe qui a daté les dents ignore comment elles sont arrivées à Jérusalem, mais il est clair qu’elles ont été transportées et qu’elles faisaient peut-être partie d’une collection.

Le site où elles ont été trouvées, une maison creusée appelée « Rock Cut Pool », dans laquelle on a trouvé des os de poisson et d’autres choses, date de l’époque du roi Salomon.

« Ces objets avaient probablement de la valeur pour quelqu’un, mais nous ne savons pas pourquoi », a déclaré le chercheur principal Thomas Tuetken, de l’université de Mayence en Allemagne, qui a présenté ses travaux cette semaine à la conférence Goldschmidt.

« Elles n’ont pas simplement été extraites par les intempéries du substrat rocheux du site, mais ont probablement été transportées de loin, peut-être du Néguev, à au moins 80 kilomètres de là, où l’on trouve des fossiles similaires », a-t-il ajouté.

Les dents de requin identifiées provenaient de plusieurs espèces, notamment du groupe disparu du Crétacé supérieur Squalicorax.

Un requin Squalicorax. (Crédit : Dmitry Bogdanov / Wikipedia)

« Nous avons d’abord supposé que les dents de requin étaient des restes de nourriture déversée il y a près de 3 000 ans, mais lorsque nous avons soumis un article pour publication, l’un des examinateurs a fait remarquer que l’une des dents ne pouvait provenir que d’un requin du Crétacé supérieur, éteint depuis au moins 66 millions d’années. Cela nous a renvoyé aux échantillons, où la mesure de la matière organique, de la composition élémentaire et de la cristallinité des dents a confirmé que toutes les dents de requin étaient effectivement des fossiles », a expliqué Tuetken.

Il a ajouté que la datation isotopique « a confirmé que les 29 dents de requin trouvées dans la Cité de David étaient des fossiles du Crétacé supérieur – contemporains des dinosaures ».

En plus de découvrir des os de poisson et des échantillons de poterie dans le bassin creusé dans la pierre de la Cité de David, les archéologues ont trouvé des centaines de bulles utilisées pour sceller les lettres et les paquets confidentiels, ainsi que les dents de requin.

Depuis les premières découvertes de l’année dernière, l’équipe a trouvé d’autres fossiles de dents de requin ailleurs en Israël, sur les sites de Maresha et de Mikneh, a déclaré Tuetken, ajoutant qu’il était probable qu’ils aient été déterrés et déplacés de leur emplacement d’origine.

« Notre hypothèse de travail est que les dents ont été rassemblées par des collectionneurs, mais rien ne nous permet de le confirmer », a-t-il dit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...