Rechercher

Des dizaines de véhicules vandalisés à Jaljulia dans un crime de haine présumé

Des vandales non-identifiés ont crevé les pneus d'une trentaine de voitures et des messages anti-arabes ont été écrit en hébreu ; la police a ouvert une enquête

Un bus recouvert de graffitis haineux à Jaljulia, le 8 mars 2022. (Crédit : Ali Arar)
Un bus recouvert de graffitis haineux à Jaljulia, le 8 mars 2022. (Crédit : Ali Arar)

La police a ouvert une enquête sur un crime de haine présumé après la découverte de dizaines de véhicules vandalisés à Jaljulia, une ville arabe du centre du pays.

Les pneus d’une trentaine de voitures ont été crevés, dans la nuit de mardi à mercredi, par des attaquants qui n’ont pas été identifiés. Des messages haineux en hébreu ont par ailleurs été écrits à la bombe sur les carrosseries.

Un message écrit sur le côté d’un bus disait : « Faites gaffe, les Arabes, ma sœur est intouchable ».

Un incident similaire avait eu lieu en 2019 à Jaljulia et à Kafr Qasim le mois dernier.

« Ce qui s’est passé est très grave et il est impossible de laisser passer quelque chose comme ça », a commenté Muhammad Turkman, un résident de Jaljulia, auprès du site Ynet. « Combien de temps encore ces racistes vont-ils pouvoir continuer à faire ce genre de choses sans être sanctionnés ? Demain, ils pourront peut-être faire pire, faire quelque chose de plus grave qui tournera à la catastrophe ».

Le vandalisme anti-arabe commis par les extrémistes juifs est devenu tristement banal en Cisjordanie mais il est plus rare en Israël.

Les incidents de vandalisme contre les Palestiniens et contre les forces de sécurité sont appelés communément des attaques de type « prix à payer », leurs auteurs affirmant agir en représailles contre des violences palestiniennes ou contre des politiques gouvernementales considérées comme hostiles au mouvement pro-implantation.

Les arrestations, dans ce type d’affaires, sont très rares et les groupes de défense des droits de l’Homme déplorent des condamnations plus rares encore, la majorité des accusations étant généralement abandonnées.

Tag Meir, un groupe israélien qui lutte contre la haine et le racisme parmi les Israéliens, a fait savoir qu’il « condamne cet acte terroriste juif à Jaljulia dans les mots les plus forts. Ce qui commence avec des actes de vandalisme à l’encontre de 30 véhicules continue avec la destruction d’oliviers et de lieux de culte, et se termine par la mort d’une famille pendant son sommeil dans l’incendie de son habitation » – une référence à un incendie volontaire qui, en 2015, avait tué les trois membres de la famille Dawabsha qui vivait dans le village palestinien de Duma.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...