Rechercher

Des docteurs anti-vaccins ont conseillé à Hai Shoulian de ne pas se faire soigner – TV

Un document interne du ministère de la Santé enquêtant sur la mort du militant révèle que les principaux médecins opposés au vaccin COVID étaient en contact étroit avec lui à l'hôpital

Hai Shoulian. (Crédit : capture d'écran : Facebook)
Hai Shoulian. (Crédit : capture d'écran : Facebook)

Un farouche opposant aux vaccins contre le coronavirus, décédé en septembre de la maladie COVID-19, a reçu des médecins, le conseil de ne pas prendre le traitement qui lui sauverait la vie, selon un reportage télévisé diffusé dimanche.

Hai Shoulian, 57 ans, qui est resté farouchement opposé aux vaccins jusqu’à sa mort, était en contact avec plusieurs médecins alors qu’il était hospitalisé avec un cas grave de COVID-19, a rapporté la Douzième chaîne.

Selon un document interne du ministère de la Santé, il a été conseillé à Shoulian de recevoir un traitement différent de celui prescrit par les médecins de l’hôpital où il était soigné.

Le document, qui résume une enquête menée par le Comité du ministère pour la Prévention de la publicité mensongère sur les produits de santé, indique que les conseils des médecins ont pu nuire à Shoulian et contribuer à l’aggravation de son état.

Les médecins, qui auraient connu Shoulian, lui ont également conseillé de ne pas se faire vacciner, selon le réseau.

« Ces médecins font partie des leaders du mouvement anti-vaccination… et maintenant, cela s’est accéléré – ils sont intervenus activement et en temps réel dans les soins d’un patient qui a écouté leurs conseils et n’a pas été vacciné », peut-on lire dans le document, selon la Douzième chaîne.

« Il est possible que ces actions aient même causé un préjudice allant jusqu’au décès du patient, qui s’est fié à leurs conseils », écrit la commission.

Les conseils donnés à Shoulian comprenaient des exercices de respiration, l’inhalation de vapeur de thé et la prise de vitamines, tout en refusant un traitement hospitalier.

La Douzième chaîne a nommé certains des médecins comme Avshalom Carmel, Michal Haran et Arieh Avni, ce dernier s’étant vu retirer sa licence médicale après avoir falsifié des certificats de vaccination contre le virus.

Dans un message publié sur Facebook peu avant sa mort, qui comprenait une photo de lui branché à un concentrateur d’oxygène, Shoulian
déclarait : « La situation est des plus critiques. Je suis incapable de parler ou de répondre aux gens. Je n’ai pas d’oxygène et je suis incapable de me stabiliser. »

M. Shoulian a déclaré qu’il pensait que, « avec l’aide de Dieu », il se rétablirait d’ici deux à trois semaines et s’est insurgé contre le système de laissez-passer vert du gouvernement, qui limite l’accès à de nombreux lieux et événements aux personnes vaccinées, ayant récupéré du COVID ou présentant un résultat négatif au test du coronavirus.

חברים יקרים. מצבי קריטי ביותר.אני במצב קשה מאוד בבית חולים וולפסון שבחולון מחלקת קורונה.לא מסוגל לדבר ולהגיב…

Posted by Hai Shoulian on Saturday, September 11, 2021

« Cela n’a rien à voir avec le coronavirus. Cela n’a rien à voir avec les vaccins. Cela a à voir avec la coercition », a-t-il déclaré.

Dans une vidéo, Shoulian a affirmé que la police avait tenté de l’empoisonner après son arrestation lors d’une récente manifestation contre le laissez-passer vert .

« Je vous le dis, c’est une tentative pour m’anéantir et si quelque chose m’arrive, sachez que c’est exactement ce qui s’est passé », a-t-il déclaré.

Après sa mort, d’autres opposants aux vaccins contre le coronavirus ont fait des affirmations similaires infondées sur sa mort, de nombreux utilisateurs de Facebook ayant écrit sur son dernier message qu’il avait été assassiné.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...