Israël en guerre - Jour 61

Rechercher

Des enseignants qui ont ouvert un groupe WhatsApp raciste ne seront pas limogés

Le ministère indique que les professeurs ont exprimé des remords après leurs messages dans lesquels ils se moquaient des élèves de la communauté éthiopienne lors d'un voyage scolaire

Des lycéens israéliens arrivant dans un lycée d'Ashdod, le 29 novembre 2020. (Crédit : Flash90)
Des lycéens israéliens arrivant dans un lycée d'Ashdod, le 29 novembre 2020. (Crédit : Flash90)

Des enseignants qui ont tenu des propos racistes et désobligeants à l’égard d’élèves noirs dans une discussion sur WhatsApp ne seront pas démis de leurs fonctions cette année, a déclaré mercredi le ministère de de l’Education.

Les enseignants d’un lycée de la ville de Netivot, dans le sud du pays, ont reçu des réprimandes non spécifiées après avoir exprimé des remords pour les commentaires formulés dans la discussion de groupe.

Le ministère a déclaré que l’aptitude des enseignants à exercer leurs fonctions dans l’école serait réexaminée avant la prochaine année scolaire.

Il a été découvert au début du mois que les enseignants, qui accompagnaient un voyage scolaire annuel, avaient ouvert un groupe de discussion appelé « Excursion des noires » dans lequel ils faisaient des blagues – et des commentaires racistes – sur le fait de chaperonner des élèves d’origine éthiopienne.

La députée du parti HaMahane HaMamlahti Pnina Tamano-Shata, ancienne ministre de l’Intégration et elle-même d’origine éthiopienne, a déclaré que le ministère avait remué le couteau dans la plaie en laissant les enseignants en poste.

« La décision du ministère de l’Education est humiliante et donne le feu vert au racisme », a-t-elle déclaré. Elle a ajouté que les enseignants « doivent être radiés de l’éducation en se voyant retirer leur autorisation d’enseigner ».

La ministre de l’Immigration et de l’Absorption Pnina Tamano-Shata Pnina Tamano-Shata à la Knesset, à Jérusalem, le 15 novembre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

L’administrateur de la région sud du ministère, Ram Zahavi, a déclaré que les enseignants avaient été convoqués pour « des clarifications fondamentales et complètes, ainsi qu’une audience [disciplinaire], et en fin de compte, nous avons utilisé les outils disciplinaires dont nous disposons ».

Il a ajouté qu’il avait « insisté auprès des enseignants sur le fait que les commentaires préjudiciables ou racistes n’avaient pas leur place dans la société israélienne et en particulier dans le système éducatif, et qu’il nous incombait de donner un exemple personnel ».

Le groupe WhatsApp a été découvert au cours du voyage lorsqu’une élève a vu par hasard une enseignant faire défiler des messages dans le groupe « Excursion des noires ».

L’élève a pris des photos du téléphone sur lequel on pouvait voir des commentaires désobligeants et les a publiées en ligne, alertant l’école et le ministère de l’Education.

« Il est tout simplement triste, en tant que membre de la communauté [éthiopienne], de voir jusqu’où vous êtes tombés aujourd’hui », a écrit une élève dans un message adressé aux enseignants, qui a également été publié en ligne avec les photos de leur discussion sur WhatsApp.

« Au lieu d’être nos enseignants, de servir de modèles et de nous permettre de nous sentir le plus en sécurité possible, vous avez fait le contraire… Je vois ces photos et je ne crois pas qu’elles viennent de nos enseignants. Vous êtes tout simplement gênants. Nous avons honte que vous soyez nos enseignants et que vous enseigniez à la génération future. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.