Des explosifs lancés sur des soldats israéliens lors d’affrontements à Gaza
Rechercher

Des explosifs lancés sur des soldats israéliens lors d’affrontements à Gaza

10 Palestiniens ont été touchés par des tirs israéliens, selon la radio israélienne

Des Palestiniens lancent des pierres en direction des forces israéliennes lors d'affrontements à la frontière entre Israël et la bande de Gaza, à l'est de la ville de Gaza, le 28 septembre 2018. (Photo AFP / Said Khatib)
Des Palestiniens lancent des pierres en direction des forces israéliennes lors d'affrontements à la frontière entre Israël et la bande de Gaza, à l'est de la ville de Gaza, le 28 septembre 2018. (Photo AFP / Said Khatib)

Des centaines de Palestiniens ont pris part à des affrontements le long de la frontière entre Israël et Gaza dimanche soir. Ils ont lancé des engins explosifs sur les soldats israéliens et ont tenté de franchir la barrière de sécurité.

Aucun membre des forces de sécurité israéliennes n’a été blessé pendant ces manifestations violentes. 10 Palestiniens ont été touchés par des tirs israéliens, selon la radio israélienne.

Un porte-parole de l’armée a déclaré que les soldats utilisent des méthodes de dispersion anti-émeute et ne procèdent à des tirs réels que conformément à la réglementation de Tsahal.

De leur côté, les émeutiers palestiniens ont brûlé des pneus et lancé des grenades, des engins explosifs de fortune, des pétards et des pierres sur les forces de sécurité. Des dizaines d’explosifs ont été lancés sur les troupes israéliennes, d’après la chaîne de télévision israélienne Channel 10.

Selon la chaîne, les émeutiers ont essayé de viser les troupes israéliennes qui tentaient de combler les brèches à la frontière. Des explosions violentes auraient été entendues dans le sud du pays, près de la bande de Gaza, à cause de tirs d’explosifs.

Plus tôt dans la journée de dimanche, des pompiers ont tenté d’éteindre deux incendies près de Gaza provoqués par des engins incendiaires aéroportés lancés depuis l’enclave palestinienne, a déclaré un porte-parole des services de secours israéliens.

La police a déclaré que les pompiers ont également localisé et neutralisé un ballon capable de déclencher un incendie sur l’autoroute 35, ballon qui n’a pas causé de dommage.

Ces derniers incidents ont eu lieu après le lancement de plus de 100 bombes et grenades improvisées sur les troupes israéliennes lors d’affrontements vendredi à la frontière de Gaza, selon l’armée israélienne. Tsahal a diffusé des images des manifestations violentes, qui, selon elle, ont été les plus graves depuis deux mois; des images qui montraient des tentatives d’infraction et de sabotage de la barrière de sécurité.

Samedi à Gaza, des funérailles ont été organisées pour les sept Palestiniens tués lors des violences de la veille, dont deux adolescents.

Des dizaines de milliers de Palestiniens ont manifesté le long de la barrière de sécurité. Ils ont lancé des grenades, des bombes, des pierres et des pneus enflammés lors d’affrontements avec les soldats de Tsahal, qui ont riposté avec des gaz lacrymogènes, des tirs et des frappes aériennes.

Cette manifestation a été l’une des plus importantes et des plus violentes de ces dernières semaines et fait suite à l’échec des négociations indirectes sur un cessez-le-feu avec Israël. Dans ce contexte, le Hamas a aussi averti à plusieurs reprises Israël de sa volonté de se préparer à un nouveau conflit.

Sept personnes ont été tuées, dont un garçon âgé de 12 ans et un autre âgé de 14 ans. Au moins 210 Palestiniens ont été blessés au total, dont un garçon de 11 ans qui reste dans un état grave, selon le ministère de la santé dirigé par le groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza. L’institution a précisé que 90 personnes parmi les blessés ont été touchées par des tirs réels.

Le ministère a identifié trois des personnes qui ont perdu la vie : Nasser Mosabih, 12 ans, Mohammed al-Houm, 14 ans, et Iyad Al-Shaar, 18 ans. Il auraient été abattus par des tirs israéliens. Les quatre autres Palestiniens tués avaient autour de vingt ans.

Image d’émeutes sur la frontière avec Gaza, le 28 septembre 2018 (Autorisation :Armée israélienne)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...