Des femmes sans abri vivent à l’aéroport Ben-Gurion
Rechercher

Des femmes sans abri vivent à l’aéroport Ben-Gurion

Au moins une pourrait avoir temporairement échoué dans le terminal, et deux autres y sont depuis des mois, selon la Deuxième chaîne

Une femme sans abri marche dans l'aéroport Ben Gurion, dans un reportage sur ce phénomène diffusé sur la Deuxième chaîne le 15 mai 2016. (Crédit : capture d'écran Deuxième chaîne)
Une femme sans abri marche dans l'aéroport Ben Gurion, dans un reportage sur ce phénomène diffusé sur la Deuxième chaîne le 15 mai 2016. (Crédit : capture d'écran Deuxième chaîne)

Au mois trois femmes sans domicile fixe vivraient dans l’aéroport Ben-Gurion. Le personnel est informé de la situation et aide souvent ces femmes.

Selon un reportage de la Deuxième chaîne diffusé dimanche, les femmes mangent, se douchent et dorment au terminal des arrivées de l’aéroport. Une de ces femmes a atterri il y a peu en Israël et n’a jamais quitté l’aéroport.

Les employés du terminal les connaissent et les aident même souvent en leur donnant de la nourriture ou d’autres produits de nécessité, selon le reportage.

« Je vais dans un refuge [de sans-abris] », a déclaré l’une des femmes en anglais, en poussant un caddie avec une valise, et ressemblant à une voyageuse.

Identifiée comme Yelena, elle a ensuite parlé en russe, disant à la Deuxième chaîne qu’elle avait l’habitude de vivre dans un refuge proche de la gare routière centrale de Tel Aviv, et est ensuite venue à l’aéroport, où elle vit depuis six mois.

Une autre femme, non identifiée, a déclaré qu’elle vivait dans le terminal depuis deux mois.

S’exprimant aussi en russe, elle a dit à la Deuxième chaine qu’elle se promenait dans le terminal pendant la journée, poussant son caddie, et qu’elle avait de l’aide du personnel pour avoir de la nourriture.

Les deux femmes semblaient âgées et un travailleur social sur place a essayé de les aider, selon le reportage.

Le gérant de l’aéroport, Ori Dikovsky, a déclaré à la chaîne qu’au-delà des deux femmes russophones, il y avait parfois des étrangers qui « restent coincés » à l’aéroport pour un manque de fonds, ou un problème avec leur billet, ou pour une autre raison.

« Il y a quelqu’un comme ça en ce moment, qui affirme qu’elle a été trompée sur l’heure de son vol, et l’a donc manqué », a déclaré Dikovsky.

La femme, nommée Larissa, a déclaré être à l’aéroport depuis quatre jours.

Toutes les femmes vues dans le reportage avaient le visage flouté pour éviter d’être reconnues.

Selon la Deuxième chaîne, le personnel de sécurité n’a ni ordre, ni intérêt à évacuer les femmes tant qu’elles ne sont pas une menace pour l’ordre public ou ne deviennent pas une nuisance.

« Je pense que cela arrive partout dans le monde », a déclaré Dikovsky, faisant référence au célèbre film de 2004, « Terminal » avec Tom Hanks, au sujet d’un homme qui est piégé dans l’aéroport John Fitzgerald Kennedy de New York quand son pays d’origine s’effondre en pleine révolution.

Le film a été inspiré par l’histoire de Mehran Karimi Nasseri, un Iranien qui avait passé 18 ans à l’aéroport Charles de Gaulle de Paris.

Dikovsky a dit que vivre à l’aéroport peut être assez confortable, tout du moins comme solution temporaire.

« D’abord, vous ne pouvez pas vraiment vous perdre ici », a-t-il dit.

« De plus, vous voyez d’autres personnes, c’est intéressant. Ensuite, la température est confortable, il y a toujours de la climatisation, donc ils se sentent à la maison », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...