Rechercher

Des fonds publics alloués pour enregistrer des témoignages de survivants de la Shoah

3,5 millions de shekels seront consacrés à des témoignages vidéo, qui seront numérisés et utilisés sur les réseaux sociaux et dans les écoles pour les jeunes générations

Illustration : Témoignages de survivants de la Shoah dans le cadre d'une exposition au Musée du patrimoine juif intitulée " New Dimensions in Testimony ", à New York, le 15 septembre 2017. (Crédit : AP Photo/Bebeto Matthews)
Illustration : Témoignages de survivants de la Shoah dans le cadre d'une exposition au Musée du patrimoine juif intitulée " New Dimensions in Testimony ", à New York, le 15 septembre 2017. (Crédit : AP Photo/Bebeto Matthews)

Le gouvernement intérimaire d’Israël a approuvé dimanche l’allocation de 3,5 millions de shekels à l’enregistrement de témoignages vidéo de survivants de la Shoah pour les générations futures.

Le financement servira à créer des enregistrements de survivants d’Israël et du reste du monde.

Cette campagne est considérée comme une mesure importante pour préserver la mémoire de la Shoah, compte tenu de la diminution du nombre de survivants et de leur âge avancé.

Cet effort est également considéré comme une contre-mesure à la négation de la Shoah dans le monde.

Le matériel recueilli sera numérisé puis utilisé en ligne, principalement sur les réseaux sociaux, afin de rendre l’enseignement de la Shoah plus accessible aux jeunes générations, selon une déclaration du gouvernement.

Les témoignages seront également intégrés au système éducatif en Israël et dans les autres pays participants.

Des Israéliens regardant le témoignage d’un survivant de la Shoah lors d’une réunion dans le cadre du projet ‘Zikaron Basalon’, à la veille de la journée de commémoration de la Shoah, au Moshav Kidmat Tzvi, le 7 avril 2021. (Crédit : Michael Giladi/Flash90)

« Notre gouvernement a mené de multiples efforts en faveur des survivants de la Shoah et pour continuer à préserver la mémoire de la Shoah pour les générations futures », a déclaré le Premier ministre sortant, Yair Lapid.

« Je suis ému et fier qu’aujourd’hui nous ayons adopté cette importante décision de documenter les histoires des survivants de la Shoah d’Israël et du monde entier – une décision qui marquera les générations à venir. »

Il a remercié la ministre de l’Égalité sociale, Meirav Cohen, « pour son travail intensif sur cette décision… pour le bien-être des survivants de la Shoah ».

« Je suis fière d’être membre d’un gouvernement qui a approuvé une décision aussi importante », a déclaré Cohen.

« L’âge moyen des survivants est de 86 ans. De ce fait, il ne nous reste que quelques années pour améliorer la qualité de vie des survivants et pour rassembler le plus de preuves possible afin de les immortaliser au profit des générations futures », a-t-elle ajouté.

La ministre de l’Égalité sociale, Meirav Cohen, participant à une réunion, à la Knesset, le 21 juin 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Diverses études de ces dernières années ont indiqué que la conscience de la Shoah s’amenuisait parmi les jeunes générations.

Une enquête publiée en 2020 par la Claims Conference, qui vient en aide aux survivants de la Shoah, a révélé que 63 % des jeunes Américains et 60 % des New-Yorkais ne savaient pas que six millions de Juifs avaient été assassinés lors du génocide nazi. À New York, 58 % étaient incapables de nommer un seul camp de concentration, 19 % pensaient que les Juifs avaient provoqué la Shoah et 43 % ne savaient pas ce qu’était Auschwitz.

Les experts de l’enseignement ont répété, à plusieurs reprises, que de nouvelles méthodes d’enseignement seront nécessaires pour atteindre les jeunes générations et garder le souvenir de la Shoah vivant au fur et à mesure que les années passent et que les témoignages de première main sont plus difficiles à obtenir.

Tobias Siegal et Luke Tress ont contribué à cet article. 

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...