Des Gazaouis brûlent des pneus et déclenchent des explosifs à la frontière
Rechercher

Des Gazaouis brûlent des pneus et déclenchent des explosifs à la frontière

Les « unités de chaos nocturne » promettent de poursuivre les manifestations jusqu'à jeudi au moins. Selon le Hamas, 18 personnes ont été blessées

Des émeutiers palestiniens brûlent des pneus après une manifestation le long de la frontière entre la bande de Gaza et Israël, à l'est de la ville de Gaza, le 28 août 2021. (Crédit : MAHMUD HAMS / AFP)
Des émeutiers palestiniens brûlent des pneus après une manifestation le long de la frontière entre la bande de Gaza et Israël, à l'est de la ville de Gaza, le 28 août 2021. (Crédit : MAHMUD HAMS / AFP)

Pour la deuxième nuit consécutive, des centaines d’émeutiers palestiniens se sont rassemblés dimanche à la frontière entre la bande de Gaza et Israël, brûlant des pneus et lançant des engins explosifs vers la clôture.

L’armée israélienne, qui a déployé des troupes supplémentaires le long de la frontière, a riposté avec des tirs réels en plus d’armes anti-émeutes moins meurtrières, comme des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes.

Dix-huit Palestiniens auraient été blessés lors de la manifestation, dont un modérément par balles. Les autres ont été légèrement blessés par l’inhalation de gaz lacrymogène, selon le ministère de la Santé dirigé par le Hamas dans la bande de Gaza.

Les « unités de chaos nocturne » à l’origine des émeutes frontalières, ne sont pas officiellement liées au Hamas, bien que leurs activités ne puissent avoir lieu sans l’approbation du groupe terroriste qui dirige la Bande.

Les groupes, qui sont affiliés à diverses factions terroristes, ont déclaré que les émeutes nocturnes à la frontière se poursuivront au moins jusqu’à jeudi, à partir de 20 heures environ. chaque soir.

Un groupe lié au Front démocratique pour la libération de la Palestine (FDLP) a déclaré dimanche que les violences frontalières « se poursuivront et s’intensifieront jusqu’à ce que l’occupation cesse son agression et lève son siège sur notre peuple. »

Dans le passé, les Gazaouis impliqués dans de telles activités, ont brûlé des pneus, lancé des engins explosifs et simulé de faux bruits d’alerte à la roquette dans le but de semer la confusion parmi les résidents israéliens vivant près de la frontière et de harceler les soldats gardant la frontière.

Au cours des manifestations de samedi, 11 Palestiniens ont été blessés par des tirs à balles réelles et d’autres mesures de contrôle des émeutes utilisées par Tsahal lors des affrontements, selon le ministère de la Santé dirigé par le Hamas.

https://jwp.io/s/CjiNnBcm

En réponse aux émeutes de samedi, ainsi qu’à deux incendies déclenchés dans le sud d’Israël par des ballons transportant des engins incendiaires lancés depuis Gaza, Tsahal a frappé dans la nuit de samedi à dimanche un complexe militaire du Hamas utilisé pour l’entraînement et la production d’armes, et l’ouverture d’un « tunnel terroriste ».

Les affrontements ont eu lieu malgré le fait qu’Israël ait assoupli jeudi certaines de ses restrictions au commerce et à la circulation, autorisant des marchandises et du matériel supplémentaires à entrer à Gaza. Il a également permis à 1 000 autres hommes d’affaires de Gaza de quitter le point de passage d’Erez avec Israël pour se rendre en Cisjordanie.

Gaza a connu d’autres émeutes à la frontière la semaine dernière – un grand rassemblement violent samedi dernier et un second, relativement plus calme, mercredi.

Samedi, le ministère de la Santé de Gaza dirigé par le Hamas a annoncé qu’un garçon de 13 ans grièvement blessé lors des affrontements de samedi dernier avec des soldats israéliens, avait succombé à ses blessures.

Abu Nil aurait été abattu par les forces israéliennes lors de la violente manifestation qui a vu des centaines d’émeutiers palestiniens s’approcher de la clôture, jeter des pierres et brûler des pneus. Les troupes israéliennes ont riposté avec des gaz lacrymogènes, des balles en caoutchouc et des balles réelles.

Outre Abu Nil, un autre Palestinien et un policier israélien ont été grièvement blessés lors des affrontements. L’autre Palestinien, Osama Dueij, est décédé jeudi. Le Hamas a revendiqué Dueij comme membre de sa branche armée.

Le policier israélien, Barel Shmueli, 21 ans, est toujours dans un état critique à l’hôpital Soroka de Beer Sheva. Shmueli a reçu une balle à bout portant, lorsqu’un Palestinien s’est approché d’une fente dans une barrière où Shmueli était stationné et a tiré sur lui avec un pistolet. Dimanche, l’état de Shmueli s’est encore détérioré selon sa famille.

Israël et l’Égypte ont fait un blocus de Gaza depuis plus d’une décennie, affirmant que les restrictions sont nécessaires pour empêcher le Hamas de s’armer et devenir une menace encore plus grande.

Depuis l’affrontement de 11 jours en mai, entre Israël et le Hamas, Israël a imposé des restrictions encore plus strictes sur les marchandises entrant et sortant de la Bande. Il a également bloqué l’entrée des subventions qataries à Gaza. Les deux parties mènent toujours des négociations indirectes pour parvenir à de nouveaux accords.

Mais les responsables israéliens ont affirmé qu’il n’y aurait pas de reconstruction significative de Gaza – qui a subi de lourds dommages lors de la récente escalade – sans un accord d’échange de prisonniers entre les deux parties. Le Hamas détient actuellement en captivité deux civils israéliens, Avera Mengistu et Hisham al-Sayed, ainsi que les dépouilles de deux soldats israéliens, Hadar Goldin et Oron Shaul.

Les dernières semaines ont vu certains progrès dans les pourparlers. Plus tôt ce mois-ci, Israël, le Qatar et les Nations unies ont convenu d’un nouveau mécanisme de transfert d’argent qatari à Gaza. Israël a également réduit certaines restrictions, permettant à du ciment, des voitures et des ordinateurs d’entrer et à environ 1 250 hommes d’affaires de Gaza de partir.

Cependant, un accord plus complet de cessez-le-feu entre les deux parties, n’a pas encore été concrétisé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...