Des généraux des renseignements égyptiens en visite à Gaza
Rechercher

Des généraux des renseignements égyptiens en visite à Gaza

Khaled Fawzi, chef des renseignements du Caire, devrait se rendre à Ramallah puis à Gaza, au jour de l’arrivée du Premier ministre de l’AP dans la bande

Dov Lieber est le correspondant aux Affaires arabes du Times of Israël

Un mirador de l'armée égyptienne à la frontière avec la bande de Gaza, à Rafah, en juillet 2013. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)
Un mirador de l'armée égyptienne à la frontière avec la bande de Gaza, à Rafah, en juillet 2013. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)

Une délégation de cadres des renseignements égyptiens se sont rendus dimanche dans la bande de Gaza afin de faciliter l’accord de réconciliation entre les factions palestiniennes rivales du Hamas et du Fatah.

Khaled Fawzi, le chef des renseignements égyptiens, devrait se rendre cette semaine à Ramallah et dans la bande de Gaza.

Sa visite annoncée coïncide avec l’arrivée dans la bande de Gaza lundi d’une importante délégation de l’Autorité palestinienne (AP), contrôlée par le Fatah, dirigée par le Premier ministre de l’AP, Rami Hamdallah.

Fawzi a joué un rôle crucial dans l’organisation des négociations d’unité palestinienne en accueillant des discussions au Caire en septembre.

L'ambassadeur d'Egypte en Israël, Hazem Khairat, pendant la Conférence de Herzliya, le 17 juin 2016. (Crédit : capture d'écran)
L’ambassadeur d’Egypte en Israël, Hazem Khairat, pendant la Conférence de Herzliya, le 17 juin 2016. (Crédit : capture d’écran)

La délégation égyptienne qui est arrivée dimanche comprend notamment l’ambassadeur d’Egypte en Israël, Hazem Khairat, ainsi que les généraux des renseignements égyptiens Hammam Abu Zeid et Sameh Kamel, selon un communiqué de l’Autorité des affaires civiles palestiniennes publié par l’agence de presse palestinienne Safa.

Le Hamas a déclaré dans un communiqué officiel que la délégation faisait partie des « efforts [égyptiens] pour promouvoir la réconciliation palestinienne. »

Le Hamas a publié des images de la rencontre entre Khairat et les deux généraux égyptiens avec les dirigeants du groupe terroriste Ismail Haniyeh et Yahya Sinwar, dans la bande de Gaza.

Le média palestinien al-Raya a annoncé samedi que Fawzi, le chef des renseignements égyptiens, devait arriver lundi dans la bande de Gaza.

Selon l’agence de presse officielle palestinienne Wafa, le chef du Hamas Ismaïl Haniyeh a appelé Mahmoud Abbas dimanche soir pour discuter de la visite de lundi. L’agence n’a pas donné d’autre détails.

L’AP contrôle la Cisjordanie tandis que le Hamas a violemment saisi le contrôle de la bande en 2007.

Dimanche, le site d’information israélien Ynet a indiqué que Fawzi devrait d’abord rencontrer le président de l’AP, Mahmoud Abbas, à Ramallah mardi, et se rendre ensuite dans la bande de Gaza.

Contrairement à ces informations, un responsable du bureau d’Abbas a indiqué au Times of Israël qu’une rencontre entre le chef de l’AP et Fawzi n’avait pas encore été prévue, et qu’il n’était « pas sûr » que les deux hommes se rencontrent.

Hamdallah et sa délégation se rendent à Gaza pour commencer le processus de réinstallation de l’AP comme gouvernant de l’enclave palestinienne.

Rami Hamdallah, Premier ministre de l'Autorité palestinienne, en visite à Beit Hanoun, dans le nord de la bande de Gaza, le 9 octobre 2014. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)
Rami Hamdallah, Premier ministre de l’Autorité palestinienne, en visite à Beit Hanoun, dans le nord de la bande de Gaza, le 9 octobre 2014. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)

Depuis qu’il a saisi le contrôle de Gaza en 2007, le Hamas, qui cherche l’élimination d’Israël, a combattu trois guerres contre l’Etat juif. La bande de Gaza est sous blocus égyptien et israélien, qui a pour objectif d’empêcher le Hamas d’importer des armes, et souffre de ruptures d’approvisionnement en eau et en électricité, d’une situation économique désastreuse et d’un taux de chômage de plus de 40 %.

Le Hamas et son rival, le Fatah, ont tous deux indiqué leur optimisme face à la dernière initiative d’unité, qui, espèrent-ils, devraient aller bien plus loin que les échecs du passé.

Mais l’une des questions cruciales qui devra être résolue reste la possibilité que le Hamas accepte de remettre l’appareil de sécurité gazaoui et soit prêt à partager le pouvoir avec l’AP.

Jeudi, le Hamas a affirmé qu’il n’était pas prêt à aborder le sujet du démantèlement de sa branche militaire pour faciliter la création d’un gouvernement d’unité.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...