Israël en guerre - Jour 226

Rechercher

Des groupes se préparent à lutter contre l’offre de l’EAPC pour acheminer plus de pétrole

La société Europe Asia Pipeline Company ferait pression sur les ministères et le Bureau du Premier ministre pour qu'ils doublent leur quota de pétrole

Sue Surkes est la journaliste spécialisée dans l'environnement du Times of Israel.

Un pétrolier a accosté au port de la Europe-Asia Pipeline Company à Eilat du 28 au 30 mai 2023. (Autorisation : Zalul)
Un pétrolier a accosté au port de la Europe-Asia Pipeline Company à Eilat du 28 au 30 mai 2023. (Autorisation : Zalul)

Des groupes de défense de l’environnement et de la santé publique ont réactivé un quartier général d’urgence lundi pour faire campagne contre la possibilité d’une décision gouvernementale visant à augmenter la quantité de pétrole qu’une compagnie d’oléoducs appartenant à l’État peut acheminer en Israël.

Cette initiative intervient alors que des informations indiquent que le nombre de pétroliers accostant au port de la société Europe Asia Pipeline Company (EAPC) dans la ville d’Eilat, dans le sud d’Israël, a augmenté au point que le plafond de deux millions de tonnes fixé pour la quantité de brut pouvant être acheminée est sur le point d’être atteint, et pourrait même avoir été dépassé.

L’EAPC ferait pression sur les ministères et le Bureau du Premier ministre pour que son quota soit porté à cinq millions de tonnes.

L’entreprise affirme souvent que son activité est essentielle pour la sécurité énergétique d’Israël, même si la majeure partie du brut qu’elle importe quitte Israël pour d’autres pays.

Dans ce contexte, Yossi Shelley, l’actuel directeur du Bureau du Premier ministre, devait rencontrer le Conseil de sécurité nationale au début du mois pour discuter de l’opportunité de relever le plafond.

Yossi Shelley. (Crédit : Twitter)

Mais la réunion a été retardée en raison d’une opération militaire israélienne dans la ville de Jénine, en Cisjordanie, et n’a pas été reprogrammée.

L’EAPC, dont les activités sont classées secret-défense en raison de ses liens antérieurs avec l’Iran du Shah, exploite un réseau d’oléoducs terrestres créé à l’origine pour acheminer le pétrole du Golfe d’Eilat, sur la mer Rouge, à Ashkelon, sur la Méditerranée, d’où il pouvait être chargé sur des navires-citernes à destination des marchés européens. Ces oléoducs s’étendent jusqu’à Haïfa, au nord.

En octobre 2020, un mois seulement après qu’Israël, les Émirats arabes unis et Bahreïn ont signé des accords de normalisation, l’EAPC a annoncé un accord avec la société israélo-émiratie MED-RED Land Bridge Ltd, pour transporter le pétrole du Golfe via Eilat jusqu’à Ashkelon.

Cet accord a suscité une opposition massive en Israël, notamment en raison des craintes qu’une catastrophe écologique ne décime les récifs coralliens renommés d’Israël et n’anéantisse l’économie touristique et maritime d’Eilat.

L’EAPC a déjà été impliqué dans plusieurs cas de dommages environnementaux. En 2014, il a provoqué la plus grande catastrophe environnementale de l’histoire d’Israël lorsque l’un de ses oléoducs s’est rompu, déversant quelque 1,3 million de gallons de pétrole brut dans la réserve naturelle d’Evrona, dans le sud du pays.

Vue aérienne du terminal pétrolier de l’EAPC (Eilat-Ashkelon Pipeline Company) au port d’Eilat, sur la mer Rouge, le 9 février 2021. (Crédit : MENAHEM KAHANA / AFP)

Des groupes écologistes tels que Zalul ont veillé à photographier et à collecter des données sur tous les pétroliers qui ont accosté à Eilat.

En combinant ces photographies avec les données ouvertes du site Web MarineTraffic et des documents de la Knesset, le quotidien Haaretz a rapporté le 13 juillet (en hébreu) que le nombre de pétroliers faisant le plein de pétrole dans le port de la mer Rouge (pour être expédiés en Asie, en l’occurrence) était passé de cinq en 2020 à dix en 2021 et à onze en 2022, pour s’établir à sept rien que pour le premier semestre de cette année.

« Chaque pétrolier peut contenir environ 300 000 tonnes », a déclaré Mor Gilboa, directeur-général de Zalul. « Nous pensons que l’EAPC a dépassé les deux millions de tonnes. Le huitième camion-citerne les dépassera certainement.

Dans une série d’articles publiés entre mars et juillet, le site d’investigation Shakuf a rapporté que depuis le début de la guerre entre la Russie et l’Ukraine en février 2022, au moins 29 navires ont quitté six ports russes pour transporter du pétrole, du charbon et des produits chimiques vers des ports de Haïfa, dans le nord d’Israël (près des raffineries de pétrole de Bazan), et vers Ashkelon, où se trouve le port de l’EAPC. Le charbon a été acheminé à Hadera, sur la côte centrale, où se trouve la centrale électrique Orot Rabin.

Du pétrole répandu dans le désert dans la réserve naturelle d’Evrona, le 7 décembre 2014. (Crédit : Porte-parole du ministère de la protection environnementale/Roi Talbi)

Les navires ont atteint Israël via le détroit du Bosphore et les Dardanelles en Turquie.

Selon Shakuf, le pétrole destiné principalement à la Chine a été chargé sur des pétroliers dans le port EAPC d’Eilat, après avoir été apparemment acheminé par pipeline depuis Ashkelon.

Le journaliste d’investigation Dror Gurney a déclaré que le nombre de navires pétroliers accostant en Israël pourrait être plus élevé, étant donné les preuves (en hébreu) suggérant que certains navires avaient éteint leur système d’identification automatique en mer Rouge, arrivant à Eilat sans être détectés par les autorités israéliennes, mais identifiés et photographiés par des militants écologistes.

En ce qui concerne une éventuelle violation des sanctions, les ministères des Affaires étrangères et de l’Énergie ont déclaré à Shakuf que le gouvernement israélien avait clairement fait savoir qu’Israël ne deviendrait pas une « voie de contournement » des sanctions américaines à l’encontre de la Russie. L’ambassade des États-Unis a déclaré au site qu’elle « travaillait en étroite collaboration » avec Israël sur les sanctions contre la Russie et qu’elle continuerait à le faire.

Un lézard couvert de pétrole le 16 décembre 2014, trois semaines après l’énorme fuite de pétrole dans le désert d’Arava au sud d’Israël. (Crédit photo : Roy Talbi / Ministère israélien de la protection de l’environnement)

La société EAPC est gérée par le ministère des Finances, mais c’est l’Autorité maritime du ministère des Transports qui supervise les terminaux.

Le ministère de l’Environnement est chargé de délivrer un permis pour les matières toxiques.

En septembre 2021, après que l’EAPC eut présenté ce que le ministère considérait comme des études de risques environnementaux insuffisantes, le ministère a indiqué à la société qu’il n’était pas prêt à prendre des risques supplémentaires et qu’il limitait la quantité de pétrole pouvant être acheminée chaque année à deux millions de tonnes et le nombre de navires-citernes à six par an.

L’entreprise a contesté cette décision et a perdu en justice après que le gouvernement (précédent) a déclaré qu’il n’y aurait pas d’interférence avec la politique du ministère de l’Environnement en ce qui concerne l’ajout de risques. (L’EAPC a remporté une victoire en janvier lorsqu’il a accepté, par l’intermédiaire d’un autre tribunal, de continuer à respecter la limite de deux millions de tonnes de pétrole si le ministère abandonnait la restriction sur le nombre de pétroliers pouvant accoster).

Des militants écologistes s’opposant à l’arrivée d’un pétrolier, à Eilat, le 26 décembre 2022. (Crédit : SPNI)

Mais elle a continué à faire pression sur le gouvernement pour qu’il relève le plafond de la quantité de pétrole afin de respecter l’accord conclu avec les Émirats arabes unis.

Le ministère de l’Environnement a déclaré lundi que sa politique n’avait pas changé. Il a ajouté que l’EAPC n’avait pas dépassé les conditions de son permis de transport de matières toxiques pour le moment.

Un porte-parole du ministre de l’Énergie, Israël Katz, a renvoyé le Times of Israel au ministère de l’Énergie, qui a déclaré : « Le transport de pétrole brut à Eilat est soumis aux décisions commerciales de l’EAPC supervisées par le ministère des Finances, ainsi qu’aux règles réglementaires de déchargement et de chargement établies par le ministère de l’Environnement. Nous sommes convaincus que l’équilibre entre ces intérêts importants permettra de résoudre rapidement cette question ».

Le ministère des Finances, dirigé par l’extrémiste Bezalel Smotrich, a pour sa part déclaré qu’il ne ferait aucun commentaire.

Le pétrolier KITSOS photographié par Zalul à Eilat où il a accosté du 28 au 30 mai 2023. Selon le site de journalisme d’investigation Shakuf, ce navire a éteint son système de positionnement au large de Charm el-Cheikh dans le Sinaï, alors que son réservoir était vide. Le navire est réapparu sur la carte quatre jours plus tard, avec du pétrole à bord, au large d’Orjada en Égypte, en sortant de la mer Rouge. Shakuf n’a pu trouver aucune trace de son amarrage à Eilat, mais des militants écologistes l’ont photographié là-bas. (Avec l’aimable autorisation de Zalul)

« Sans faire référence aux données présentées dans l’article, l’EAPC est une entreprise publique, supervisée et contrôlée, dont l’activité est essentielle à l’économie énergétique israélienne et à son fonctionnement continu… Le pétrole déchargé dans les ports de l’EAPC est principalement utilisé par l’industrie énergétique israélienne », a déclaré l’EAPC.

La politique du « risque supplémentaire zéro » a été introduite par l’ancienne ministre de l’Environnement, Tamar Zandberg, « sans examen professionnel raisonnable et approfondi », et porterait atteinte à la sécurité énergétique du pays.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.