Des handicapés continuent de réclamer une hausse de leurs allocations
Rechercher

Des handicapés continuent de réclamer une hausse de leurs allocations

Des centaines de militants ont bloqué la circulation sur l'autoroute d'Ayalon et au carrefour situé à proximité des tours Azrieli, causant des embouteillages importants

Des douzaines de militants à proximité du carrefour Azrieli de Tel Aviv, le 28 août 2018 (Capture d'écran : Ynet news)
Des douzaines de militants à proximité du carrefour Azrieli de Tel Aviv, le 28 août 2018 (Capture d'écran : Ynet news)

Des douzaines de manifestants handicapés et de militants ont bloqué mardi les artères majeures de Tel Aviv dans le cadre d’une campagne pour une réévaluation à la hausse de leurs allocations et de leurs retraites, pour les plus âgés d’entre eux.

Les protestataires demandent à ce que le gouvernement aligne les allocations versées aux handicapés sur le salaire minimum, qui s’élève à
5 300 shekels. La Knesset avait fait passer, au mois de février dernier, les allocations mensuelles à la somme de 3 700 shekels.

« Le ministre des Finances [Moshe] Kahlon a fait une promesse mais il n’a pas tenu sa parole », a déclaré Yonatan Tadmor, l’un des organisateurs de la manifestation.

« L’allocation pour les handicapés la plus élevée est de 3 200 shekels pour quelqu’un qui est handicapé à 100 %. C’est très éloigné du salaire minimum. Chaque année, 70 personnes en situation de handicap se suicident parce qu’elles ne veulent pas être un fardeau pour leur famille et qu’elles n’ont aucune capacité à répondre elles-mêmes à leurs besoins ».

« L’Etat d’Israël… continue à laisser les handicapés en situation de pauvreté et d’abandon », a commenté Ayal Cohen, leader du groupe de protestation.

Une artère majeure qui traverse la ville a été bloquée à proximité des tours Azrieli et du siège du ministère de la Défense par des douzaines de manifestants qui ont scandé « Honte » et brandi des panneaux défavorables au gouvernement. La voie a été rouverte par la police une heure plus tard.

Le trafic vers le sud a également été arrêté sur plusieurs kilomètres pendant une demi-heure en début de matinée mardi pendant les heures de pointe, après qu’une centaine d’activistes ont bloqué la route.

Même si la police a pu faire partir les manifestants, la circulation n’a repris que lentement, entraînant de gros retards.

Au début du mois, les personnes en situation de handicap et leurs soutiens avaient bloqué le trafic à l’aéroport Ben Gurion et menacé de perturbations continues si leurs revendications devaient rester lettre morte.

Ce mouvement de protestation est survenu plusieurs mois après que le gouvernement a conclu un accord stipulant la hausse des allocations en faveur des handicapés, mettant un terme à des mois entiers de manifestations quasiment quotidiennes sur les autoroutes et aux carrefours qui avaient mis la circulation routière dans l’impasse et fait faire des cauchemars aux usagers dans tout le pays.

Un groupe qui avait fait scission avec la plus grande organisation de défense des droits des handicapés dans le pays, l’année dernière, avait pourtant choisi de continuer à manifester, disant que l’augmentation des allocations négociée avec le ministère des Finances n’était pas suffisante.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...