Rechercher

Des images satellites israéliennes montrent une activité militaire russe en Crimée

La firme ImageSat International parle d'un déploiement militaire "rapide", en préparation possible d'une invasion du sud de l'Ukraine

Une photo satellite fournie par ImageSat international (ISI) montre les forces russes dans la péninsule de Crimée annexée, le 19 février 2022.
Une photo satellite fournie par ImageSat international (ISI) montre les forces russes dans la péninsule de Crimée annexée, le 19 février 2022.

De nouvelles images satellite rendues publiques samedi révèlent que la Russie a amassé des troupes dans la Péninsule de Crimée, un territoire annexé, ces derniers jours.

La firme de renseignement privée israélienne ISI (ImageSat International) fait savoir que certains véhicules militaires sur le terrain – il y a des tanks, des blindés et des lanceurs de roquette – se trouvaient hors des bases de lancement, « se préparant peut-être à un déplacement rapide ».

Ce déploiement en Crimée est survenu au cours des quatre derniers jours, selon l’ISI.

Des images du 15 février montraient ce secteur, situé à proximité de la ville de Novoozerne, complètement vide.

L’ISI a estimé que cette accumulation de forces visait à permettre à la Russie d’envahir le sud de l’Ukraine.

Les États-Unis, qui estiment pour leur part que la Russie a placé plus de 150 000 hommes à proximité des frontières de l’Ukraine, ont observé des mouvements significatifs de troupes depuis mercredi, a annoncé un responsable israélien de la Défense qui s’est exprimé sous couvert d’anonymat.

Une photo satellite fournie par ImageSat international (ISI) montre les forces russes dans la péninsule de Crimée annexée, le 19 février 2022. (Autorisation : ISI)

« Quarante à cinquante pour cent sont en position d’attaque. Ils se sont placés sur les zones tactiques de combat au cours des dernières quarante-huit heures », a dit le responsable aux journalistes.

Ces zones se trouvent à proximité de la frontière, et c’est de là d’où devraient partir initialement les armées lors des attaques.

Le responsable a noté que Moscou avait amassé 125 groupes tactiques de bataillon à proximité de la frontière ukrainienne, contre 60 en temps normal et contre 80 au début du mois de février.

Les Russes n’ont jamais avancé de chiffre concernant les déploiements aux abords de la frontière ukrainienne, sans dire non plus combien de soldats prenaient part aux entraînements militaires en cours avec la Biélorussie voisine.

Une photo satellite fournie par ImageSat international (ISI) montre les forces russes dans la péninsule de Crimée annexée, le 19 février 2022.

Les leaders séparatistes de l’est de l’Ukraine ont ordonné une mobilisation militaire totale samedi. Les leaders occidentaux, pour leur part, ont émis des mises en garde de plus en plus vives concernant la potentielle imminence d’une attaque des Russes.

S’exprimant sur une chaîne de télévision israélienne, Denis Pushilin, chef du gouvernement séparatiste prorusse dans la région ukrainienne de Donetsk, a déclaré qu’il appelait la Russie à l’aide en cas d’escalade.

« Il est très probable que l’Ukraine souhaite initier une confrontation militaire et passer à l’offensive », a dit Pushilin devant les caméras de la chaîne Kan.

« La balle est dans le camp de l’Ukraine et nous n’excluons pas la possibilité de demander l’aide de la Russie dans certaines circonstances – si des civils devaient être tués », a-t-il ajouté.

L’armée ukrainienne a fait savoir que deux de ses soldats étaient morts de tirs rebelles samedi.

Samedi matin, les séparatistes des régions de Luhansk et de Donetsk qui forment le cœur industriel de l’Ukraine, appelé le Donbass, ont indiqué que des milliers de résidents des secteurs contrôlés par les rebelles avaient été évacués vers la Russie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...