Des Israéliens accusés d’avoir vendu des missiles de croisière à un pays d’Asie
Rechercher

Des Israéliens accusés d’avoir vendu des missiles de croisière à un pays d’Asie

Le Shin Bet a affirmé que les suspects avaient reçu "des fonds considérables" pour avoir exécuté les instructions d’agents liés à la nation asiatique concernée

Photo d'illustration : L'Iran dit avoir testé avec succès le missile de croisière Hoveizeh, le 2 février 2019. (Capture d'écran via Tasnim)
Photo d'illustration : L'Iran dit avoir testé avec succès le missile de croisière Hoveizeh, le 2 février 2019. (Capture d'écran via Tasnim)

Une vingtaine de suspects ont fait l’objet d’une enquête ces derniers mois car ils sont soupçonnés d’avoir développé, fabriqué, testé et vendu illégalement des missiles de croisière à un pays asiatique non nommé, a annoncé le Shin Bet.

L’identité des suspects n’a pas été dévoilée.

L’agence de sécurité a affirmé dans un communiqué que d’anciens employés de l’industrie de la défense étaient impliqués, et que les crimes allégués comprennent des infractions contre la sécurité de l’État, des violations de la loi sur la surveillance des exportations sécuritaires, un blanchiment d’argent et d’autres infractions économiques.

Le Shin Bet a également affirmé que les suspects avaient reçu « des fonds considérables » pour avoir exécuté les instructions d’agents liés à la nation asiatique concernée et avaient tenté de dissimuler les transactions financières.

L’enquête révèle que ces activités ont été menées de façon secrète afin de tenter de cacher la destination finale des missiles.

« Cette affaire souligne les dommages potentiels à la sécurité de l’État inhérents aux transactions illégales effectuées par des citoyens israéliens avec des éléments étrangers. Il y a notamment une crainte que des pays hostiles à Israël puissent s’emparer d’une telle technologie », a indiqué le Shin Bet dans un communiqué.

Les exportations israéliennes de défense sont réglementées conformément à une loi de 2007 qui oblige les entrepreneurs de la défense à déterminer ce à quoi les armes israéliennes seront utilisées, et à prendre en compte l’endroit où elles sont envoyées. La loi est conçue pour empêcher les entreprises de vendre sciemment des armes à des pays qui ont l’intention de les utiliser pour commettre des crimes.

Israël est considéré comme un pays leader dans le domaine de la vente d’armes dans le monde. Les exportations israéliennes de défense se sont élevées à 7,2 milliards de dollars (6,4 milliards d’euros) en 2019, d’après le ministère de la Défense.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...