Des Israéliens solidaires du Palestinien qui vendait des bretzels sans permis
Rechercher

Des Israéliens solidaires du Palestinien qui vendait des bretzels sans permis

Plusieurs Israéliens ont acheté des bretzels à un vendeur palestinien dans la Vieille Ville de Jérusalem, dont la charrette a été confisquée pour défaut de permis d'exploitation

Jacob Magid est le correspondant implantations du Times of Israël

Les fameuses brioches (kaek) vendues dans la Vieille Ville, à base de safran, de dattes (Crédit: Pierre-Simon Assouline)
Les fameuses brioches (kaek) vendues dans la Vieille Ville, à base de safran, de dattes (Crédit: Pierre-Simon Assouline)

En signe de solidarité, des dizaines d’Israéliens ont acheté des bretzels à un vendeur palestinien dans la Vieille Ville de Jérusalem, dont le chariot de produits alimentaires a été confisqué lundi parce qu’il vendait de la nourriture sans autorisation et pendant un jour de jeûne juif.

Lundi soir, le conseiller municipal de la droite dure de Jérusalem Aryeh King s’est vanté sur Facebook de son récent succès dans la « judaïsation » de la capitale, après avoir dénoncé Sabah à la municipalité pour défaut de permis d’exploitation de sa charrette.

M. King a protesté contre le fait que Sabah vendait de la nourriture à Tisha BeAv, un jour de jeûne juif.

Peu de temps après que King a déposé sa plainte, la police s’est rendue sur les lieux où se trouvait la charrette de Sabah et l’a confisquée. M. King a publié une photo des bretzels renversés sur le sol, indiquant aux résidents locaux qu’ils « ont un représentant qui s’inquiète du caractère juif de Jérusalem ».

L’organisation anti-raciste Tag Meir a critiqué King et la municipalité pour son application sélective des autorisations de commerce. L’organisme a fait remarquer que le groupe d’extrême droite Lahava exploite un étal au centre-ville de Jérusalem sans permis depuis des années et que la municipalité ne l’a jamais fermé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...