Des juifs orthodoxes de New York et les protestations pour George Floyd
Rechercher

Des juifs orthodoxes de New York et les protestations pour George Floyd

Critiquer les dérives de la police tout en la soutenant de manière plus générale est la fine ligne que les Juifs orthodoxes franchissent aujourd'hui dans une ville en ébullition

Des membres de la communauté juive orthodoxe regardent les manifestants traverser le quartier de Brooklyn le 3 juin 2020, lors d'une manifestation "Breonna Taylor and Black Lives Matter" à New York, après la mort récente de George Floyd, immobilisé par la police de Minneapolis. (Photo par Angela Weiss / AFP via Getty Images/ via JTA)
Des membres de la communauté juive orthodoxe regardent les manifestants traverser le quartier de Brooklyn le 3 juin 2020, lors d'une manifestation "Breonna Taylor and Black Lives Matter" à New York, après la mort récente de George Floyd, immobilisé par la police de Minneapolis. (Photo par Angela Weiss / AFP via Getty Images/ via JTA)

JTA – Dimanche soir, Richard Altabe a marché bras dessus bras dessous avec deux politiciens noirs pour protester contre la brutalité policière lors d’une manifestation à Far Rockaway.

Le lendemain matin, des juifs orthodoxes du même quartier de New York se sont présentés au commissariat de police local pour déposer des pâtisseries pour les officiers – 101 viennoiseries danoises pour le 101e commissariat.

Le directeur de l’école primaire Hebrew Academy de Long Beach, Altabe, ne voit pas de contradiction entre les juifs orthodoxes qui participent à une marche contre la mauvaise conduite de la police et leur geste de bonne volonté sucré le lendemain matin.

« Nous voulions qu’ils sachent que même si nous soutenons les protestations, nous soutenons également la police et nous sommes reconnaissants devant la police et le travail qu’elle accomplit », a déclaré M. Altabe.

Des manifestants s’agenouillent sur Flatbush Avenue devant des policiers de New York lors d’un rassemblement de solidarité en faveur de George Floyd, le 4 juin 2020, dans le quartier de Brooklyn à New York. (AP Photo/Frank Franklin II)

Ces deux attitudes – s’opposer à la mauvaise conduite de la police tout en la soutenant plus généralement – sont emblématiques de la ligne de démarcation que les Juifs orthodoxes ont franchie en réponse aux protestations massives déclenchées par l’assassinat de George Floyd aux mains de policiers blancs de Minneapolis.

« De nombreux juifs orthodoxes ont eu des interactions négatives avec la police et en ont vu d’autres qui ont, et certainement comprennent et sont favorables à l’idée de la responsabilité et de la réforme de la police », a déclaré David Greenfield, un ancien conseiller municipal de New York qui dirige maintenant le Met Council, une association juive à but non lucratif au service des New-Yorkais dans le besoin. « En même temps, cependant, ils soutiennent généralement la police de New York parce qu’ils sont généralement préoccupés par la sécurité publique et les pillages ».

Les communautés juives orthodoxes sont à la fois plus conservatrices politiquement et plus repliées sur elles-mêmes que les communautés juives non orthodoxes d’Amérique. Cette dynamique s’est manifestée cette semaine par le flot de déclarations d’organisations juives pesant sur les protestations et les conditions sociales qu’elles visent à bouleverser. Si certaines organisations ont réagi rapidement en décrivant en détail les changements de politique proposés et en s’engageant à y travailler, les organisations orthodoxes ont été plus lentes à intervenir, plus vagues dans leurs visions et ont tenu à condamner la violence qui a éclaté lors de certaines des manifestations.

Il est essentiel que ‘le grave danger posé par le racisme systémique soit dûment pris en compte une fois pour toutes’

Dans une déclaration faite hier, le National Council of Young Israel, un groupe de coordination des synagogues orthodoxes, a déclaré que l’assassinat de Floyd montrait que « le racisme est malheureusement toujours bien vivant dans notre pays » et qu’il est essentiel que « le grave danger posé par le racisme systémique soit dûment traité une fois pour toutes ». Mais la déclaration a également souligné que la plupart des agents de la force publique sont des « héros » qui risquent leur vie pour protéger les citoyens ordinaires, quelle que soit la couleur de leur peau.

« Ces honorables officiers ne devraient pas être attaqués ou ternis par la mauvaise conduite des autres ; cependant, il est essentiel qu’un effort soit entrepris pour écarter tout officier de police qui fait preuve d’un certain degré de préjugés raciaux et ethniques », a déclaré le groupe.

L’Ortodox Union et le Rabbinical Council of America, les deux principales organisations nationales représentant le judaïsme orthodoxe moderne, ont tous deux condamné le meurtre de Floyd et exprimé leur soutien aux protestations pacifiques contre le racisme tout en condamnant les violences et les pillages. Agudath Israël, qui représente les communautés orthodoxes haredi, a fait à peu près la même chose, bien que la déclaration d’Agudath n’ait pas utilisé le mot « racisme ».

Un manifestant est arrêté sur la Cinquième Avenue par des officiers du NYPD lors d’une marche, le 4 juin 2020, dans le quartier de Manhattan à New York. (AP Photo/John Minchillo)

« Comme tous les Américains honnêtes, nous sommes horrifiés par le meurtre insensé et impitoyable de George Floyd, et nous nous joignons en solidarité avec l’effusion de douleur, de colère et de dépit exprimée par les citoyens responsables qui protestent pacifiquement », a déclaré le groupe. « Nous sommes également très attristés par les scènes effrayantes de spectateurs innocents et de propriétaires de magasins assiégés, menacés par la violence et le chaos, et confrontés à la perspective de la perte de leurs moyens de subsistance et d’un avenir incertain ».

Les différences entre les réponses des groupes orthodoxes et celles de leurs homologues réformés et Conservative peuvent s’expliquer, au moins en partie, par la politique. Contrairement à la plupart des Juifs américains, qui ont tendance à voter pour les Démocrates, les Juifs orthodoxes penchent de plus en plus vers les Républicains ces dernières années. Selon la dernière étude du Pew Center sur les Juifs américains, 57 % des Juifs orthodoxes sont républicains ou ont un penchant républicain, contre seulement 22 % de l’ensemble des Juifs américains.

Plusieurs politiciens orthodoxes de New York ont fait des déclarations dans le même sens, soutenant des protestations pacifiques et condamnant la mort de George Floyd sans critiquer directement la police. Mais certains ont également passé plusieurs jours à se demander pourquoi les manifestants ont été autorisés à se rassembler en masse alors que les rassemblements religieux sont toujours restreints en raison de la pandémie de coronavirus.

Simcha Eichenstein, membre du Parlement de New York. (Autorisation)

Le 2 juin, Simcha Eichenstein, un député représentant deux quartiers fortement orthodoxes de Brooklyn, et Kalman Yeger, un conseiller municipal de New York, ont envoyé une lettre au gouverneur Andrew Cuomo, déclarant que les protestations sont la preuve que le temps du confinement était révolu.

« Les protestataires se rassemblent, peut-être bien intentionnés, mais sûrement sans se soucier des normes de distanciation sociale. Cela a malheureusement aussi fait apparaître des émeutiers qui détruisent ce qui reste de notre économie, détruisant l’œuvre de nos concitoyens new-yorkais », ont-ils écrit. « Le confinement n’est peut-être pas officiellement terminé, mais les appels à des marches pacifiques de masse sans aucune considération pour la distanciation sociale ont rendu ridicule un confinement continu à ce stade ».

Eichenstein a également tweeté sa colère face aux différentes règles concernant les manifestations et les rassemblements religieux.

« Bien sûr, les manifestants ont le droit, en vertu du premier amendement, de marcher contre le racisme, qui doit être affronté de front dans ce pays, mais le même premier amendement garantit aux personnes religieuses le droit de pratiquer leur foi », a-t-il écrit en réponse à une déclaration du maire lors d’une conférence de presse.

Le 4 juin, les priorités d’Eichenstein ont changé. Il a placé sur la fenêtre de son bureau de Borough Park une pancarte portant les mots que George Floyd avait répétés avant sa mort, « Je ne peux pas respirer », en gros caractères. Il a également exprimé son affliction et sa solidarité avec la communauté noire dans une vidéo jeudi. « En tant que juif orthodoxe hassidique, mon message est le suivant : nous, le peuple juif orthodoxe, sommes solidaires avec vous, nous devons éliminer la haine partout où elle existe », a déclaré M. Eichenstein.

Le caucus juif du conseil municipal, présidé par le conseiller municipal orthodoxe Chaim Deutsch, a publié lundi une déclaration exprimant sa solidarité avec la communauté noire, mais sans mentionner la police. Et dans une lettre aux électeurs jeudi, le sénateur d’État Simcha Felder a qualifié la mort de George Floyd d’“acte de mal absolu”, disant qu’il serait « inadmissible » d’ignorer le message envoyé par la communauté noire sur la discrimination continue.

Mais Felder a également condamné les pillages et les violences contre les policiers.

« Alors, protestons contre ce que nous voyons qui est faux et inspirons le changement sans vilipender chaque membre de la police de New York – ce sont aussi des êtres humains. N’échangeons pas un mal contre un autre », a-t-il écrit.

Devorah Halberstam, une activiste contre l’antisémitisme à Crown Heights qui parle fréquemment aux nouvelles recrues de la police dans le cadre de leur formation, a indiqué que les déclarations de cette semaine reflètent les priorités de la communauté orthodoxe.

« Je pense que la plupart des gens pensent que les gens ont le droit de protester », a déclaré Mme Halberstam. « Cependant, les gens sont tout simplement préoccupés par la sécurité et tout le monde veut être sûr que leurs magasins sont en sécurité, que leurs communautés sont en sécurité ».

Devorah Halberstam a rendu hommage à Raymond Kelly, l’ancien commissaire de la police de New York, lors d’un dîner de gala auJewish Children’s Museum en mai 2013. (Crédit photo : Jewish Children’s Museum/ JTA)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...