Des Juifs polonais contestent une interview télévisée d’un prêtre
Rechercher

Des Juifs polonais contestent une interview télévisée d’un prêtre

Les Juifs ont « un système de valeurs complètement différent, un concept différent de la vérité », a déclaré Henryk Zielinski

Une étudiante au camp d'Auschwitz-Birkenau en Pologne le 27 avril 2014. (Yossi Zeliger/Flash 90)
Une étudiante au camp d'Auschwitz-Birkenau en Pologne le 27 avril 2014. (Yossi Zeliger/Flash 90)

Les représentants des Juifs polonais se plaignent auprès de l’organe de surveillance de l’Etat sur les médias à propos de la diffusion d’une interview d’un prêtre par un diffuseur public ayant déclaré que les Juifs ont une compréhension unique du concept de vérité.

Ce sont les mots d’Henryk Zielinski, rédacteur en chef de l’hebdomadaire catholique Idziemy, dans une interview accordée à TVP, selon une plainte déposée lundi par l’Union des communautés juives de Pologne auprès du Conseil national de la radio et de la télévision.

Les Juifs ont « un système de valeurs complètement différent, un concept différent de la vérité », a déclaré Zielinski.

« Pour nous, la vérité correspond aux faits. Pour le Juif, la vérité signifie quelque chose qui se conforme à sa compréhension de ce qui est bénéfique. Si un Juif est religieux, alors la vérité signifie ce que Dieu veut. »

Chez les Juifs non religieux, « la vérité est subjective et doit servir les intérêts d’Israël », a-t-il ajouté.

Zielinski a cité la Haggadah – un texte lu par les Juifs lors du Seder de la Pâque, qui contient l’histoire de l’Exode des Hébreux d’Egypte. « Souvent, ces histoires n’ont rien à voir avec les faits », a noté le prêtre catholique.

L’interviewer, Michał Karnowski, n’a pas contesté les affirmations de Zielinski, selon la plainte.

Les remarques de Zielinski violent les principes du Conseil national de la radio et de la télévision concernant les médias publics, y compris l’interdiction d’idées incitant à la haine ou à la discrimination fondée sur la race, le handicap, le sexe, la religion ou la nationalité, a écrit le syndicat juif dans sa plainte.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...