Des médecins saoudiens parviennent à séparer un bébé d’un jumeau parasite
Rechercher

Des médecins saoudiens parviennent à séparer un bébé d’un jumeau parasite

Vingt-cinq membres du personnel médical comprenant des médecins, techniciens et infirmiers ont participé à cette opération qui a duré 7h45

Drapeau de l'Arabie saoudite (Crédit : Wikimedia commons)
Drapeau de l'Arabie saoudite (Crédit : Wikimedia commons)

Une équipe de médecins en Arabie saoudite a séparé un bébé yéménite d’un jumeau parasite, ont indiqué les autorités, marquant sa 50e intervention réussie sur des jumeaux conjoints.

Aïcha Ahmad Saïd est née complètement développée mais avec une zone pelvienne élargie et une paire supplémentaire de membres inférieurs, a indiqué le quotidien saoudien de langue anglaise Arab News.

Vingt-cinq membres du personnel médical comprenant des médecins, techniciens et infirmiers ont participé à cette opération qui a duré 7h45, selon le centre étatique King Salman Humanitarian Aid and Relief Center.

« L’opération s’est très bien passée (…). La coordination au sein de l’équipe était excellente », a indiqué au journal Arab News le Dr. Abdallah al-Rabeeah, chef de l’équipe.

« Le bébé est réveillé et ouvre les yeux (…), il a même réagi au contact de sa mère dès sa sortie de la salle d’opération. Nous sommes heureux, nous célébrons le 50e succès et nous continuerons à aider ceux qui en ont besoin », a ajouté le médecin.

Le jumeau parasite, connu aussi sous le nom de foetus in foetu, est une anomalie de grossesse gémellaire parfois décelée avant la naissance par échographie. Mais elle passe parfois inaperçue et l’enfant grandit avec le foetus parasite de son jumeau. Une fois découvert, une intervention chirurgicale est nécessaire pour le retirer.

L’agence de presse officielle saoudienne SPA a indiqué que Aïcha était originaire de la province d’Al-Mahra, au Yémen en guerre et en proie à une grave crise humanitaire, où une coalition militaire menée par l’Arabie saoudite soutient le gouvernement contre les rebelles Houthis appuyés par l’Iran.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...