Des membres du Meretz discutent avec Gantz du « virage à droite » sur la sécurité
Rechercher

Des membres du Meretz discutent avec Gantz du « virage à droite » sur la sécurité

Le ministre de la Défense a répondu aux préoccupations sur les avant-postes et sur l'emploi de technologies informatiques israéliennes contre des dissidents à l'étranger

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le ministre de la Défense Benny Gantz, à droite, et le ministre de la Santé Nitzan Horowitz visitent une tente de dépistage du Covid-19 pour les passagers entrants à l'aéroport international Ben Gurion près de Tel Aviv, le 12 juillet 2021. (Crédit : Flash90)
Le ministre de la Défense Benny Gantz, à droite, et le ministre de la Santé Nitzan Horowitz visitent une tente de dépistage du Covid-19 pour les passagers entrants à l'aéroport international Ben Gurion près de Tel Aviv, le 12 juillet 2021. (Crédit : Flash90)

Les membres du parti de gauche Meretz ont rencontré le ministre de la Défense Benny Gantz jeudi pour aborder ce que les membres du parti ont décrit comme un virage à droite dans les politiques de sécurité d’Israël sous le gouvernement actuel.

Selon une déclaration commune publiée à l’issue de la réunion, les membres du Meretz ont fait part de leurs préoccupations concernant les politiques israéliennes relatives au conflit avec les Palestiniens en général, ainsi que des questions spécifiques concernant la violence des résidents d’implantations israéliens à l’encontre des Palestiniens, l’expansion des implantations en Cisjordanie et le récent accord du gouvernement avec les résidents d’un avant-poste construit illégalement, Evyatar, consistant à quitter pacifiquement leurs maisons en échange d’éventuels permis rétroactifs ultérieurs.

« Le ministre de la Santé (et leader du Meretz) Nitzan Horovitz a souligné que le Meretz avait toujours mené le combat pour la paix et une résolution juste du conflit israélo-palestinien et qu’il continuerait à le faire. Même sous ce gouvernement, la question reste au sommet de la liste des priorités du parti Meretz : ne pas tolérer d’actions unilatérales qui aggraveraient le conflit ou rendraient plus difficile pour Israël de parvenir à un accord à l’avenir », selon le communiqué.

En outre, les membres du Meretz ont pressé Gantz, dont le ministère supervise les exportations de défense, sur les derniers rapports concernant la façon dont les logiciels de la société israélienne de cybersurveillance NSO Group auraient été utilisés par des pays étrangers pour traquer des dissidents politiques, des dirigeants mondiaux et des journalistes.

« En réponse aux questions des membres du parti Meretz, le ministre de la Défense a souligné que l’establishment de la défense étudiait actuellement la question et… n’autorisait les licences de cyber-exportation que pour des besoins de sécurité ou de prévention du crime », indique le communiqué conjoint.

« Le ministre de la Défense a noté qu’il avait tenu des réunions avec un panel spécialement formé au sein du ministère de la Défense lorsqu’il est entré en fonction et a souligné l’importance de préserver les droits de l’homme dans le cadre des ventes d’armes », a précisé le communiqué.

Le ministère a refusé de discuter de la manière dont il déterminait ce qui constitue le terrorisme et le crime, car dans certains pays, ces termes peuvent être utilisés pour décrire ce qui serait autrement considéré comme une dissidence politique légitime.

En ce qui concerne la politique d’Israël à l’égard des Palestiniens et de la Cisjordanie, Gantz a déclaré aux membres du Meretz que son point de vue était fondé sur la préservation de la sécurité nationale « tout en faisant progresser la paix et les processus diplomatiques qui la permettent ».

Des Palestiniens protestent contre l’avant-poste d’Evyatar dans le village de Beita, près de la ville de Naplouse en Cisjordanie, le 27 juin 2021. (Crédit : Nasser Ishtayeh/Flash90)

Le ministre de la Défense a également déclaré être favorable au renforcement des liens d’Israël avec l’Autorité palestinienne, qui ont été notablement relégués au second plan sous l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Sur la question de la violence entre résidents d’implantations et Palestiniens, Gantz a déclaré qu’il s’opposait à de tels incidents et que l’armée consacrait des ressources au maintien de « l’ordre public entre les deux parties ».

Il a également défendu sa décision de soutenir un compromis concernant l’avant-poste d’Evyatar au début du mois, dans le cadre duquel les résidents de l’avant-poste – construit sans l’autorisation du gouvernement et probablement sur des terres palestiniennes privées – ont quitté la zone de leur plein gré. En échange, le gouvernement laisse les bâtiments intacts, le temps de déterminer le statut du terrain et de permettre aux résidents de revenir s’il s’avère que l’avant-poste a été établi sur des terres publiques.

« Le ministre de la Défense a déclaré que l’accord créait un précédent selon lequel il n’y aurait pas d’implantations illégales, tout en préservant l’unité de la nation et de la coalition et en prévenant la violence », indique le communiqué. Gantz a également déclaré aux membres du Meretz que l’armée enquêtait sur l’établissement illégal initial de l’avant-poste.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...