Des militants d’extrême droite blessent deux agents de la police des frontières
Rechercher

Des militants d’extrême droite blessent deux agents de la police des frontières

Un émeutier a été arrêté après que des "jeunes des collines" ont tenté de reconstruire sa maison à Kumi Ori près d'Yitzhar et mené des actes violents contre les policiers

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Des activistes d'extrême droite s'opposent à la police des Frontières à l'avant-poste de Kumi Ori situé à proximité d'Yitzhar en Cisjordanie le 10 juillet 2020. (Police des frontières)
Des activistes d'extrême droite s'opposent à la police des Frontières à l'avant-poste de Kumi Ori situé à proximité d'Yitzhar en Cisjordanie le 10 juillet 2020. (Police des frontières)

Deux agents de la police des frontières ont été légèrement blessés lors d’affrontements avec un groupe ultra-nationaliste dans un avant-poste sous tension dans le nord de la Cisjordanie, tôt ce vendredi matin.

L’un des émeutiers israéliens a été arrêté pour avoir aspergé les soldats avec du spray au poivre.

Environ 30 adolescents israéliens sont arrivés à l’avant-poste de Kumi Ori à proximité immédiate de l’implantation d’Yitzhar avant l’aube vendredi afin de reconstruire une habitation détruite par les forces de sécurité en avril dernier, a déclaré la police des frontières.

Des officiers ont été déployés sur place pour faire respecter l’ordre de longue date de zone militaire fermée. Les émeutiers ont tenté d’empêcher la police des frontières d’atteindre l’avant-poste, formant un barrage routier improvisé avec des pneus brûlés, et lançant des objets aux soldats, ont déclaré les forces de sécurité.

Un policier de la police des frontières a été blessé lors d’affrontements avec des activistes d’extrême droite à l’avant-poste de Kumi Ori à proximité d’Yitzhar en Cisjordanie, le 10 juillet 2020. (Police des frontières)

Quand des officiers sont arrivés à la cabane en bois reconstruite par les activistes d’extrême-droite, ils ont été confrontés à davantage de violence, recevant notamment des coups de poing et du spray de poivre, a indiqué la police des frontières. Deux officiers ont reçu des blessures légères et ont été évacués afin de recevoir un traitement médical.

Après avoir maîtrisé les émeutiers, la police a détruit la construction et a placé l’un des activistes en garde à vue. Le suspect est Neria Zarog, un résident de Kumi Ori dont le groupe d’extrémistes essayait de reconstruire l’habitation.

Un porte-parole de l’implantation d’Yitzhar, identifiée depuis longtemps comme un lieu de tensions, a déclaré dans un communiqué que la police des frontières avait eu recours à un usage excessif de la force contre les jeunes et que certains des officiers arrivés sur place étaient en habits civils, sans masques et sans s’identifier eux-mêmes. Il a également dénoncé les jets de pierres sur les forces de sécurité.

Zarog est une personnalité bien connue des forces de sécurité. Il a inspiré des attaques contre des Palestiniens et des forces israéliennes, selon un responsable de la sécurité qui s’était entretenu avec le Times of Israël l’année dernière.

Il a reconstruit sa maison presque immédiatement après qu’elle a été rasée pour absence de permis en janvier. Il a été arrêté quand elle a de nouveau été rasée en avril.

Une zone militaire fermée a été mise en place à Kumi Ori en octobre dernier à la suite d’une série d’attaques violentes contre les Palestiniens et les forces de sécurité perpétrées par plusieurs jeunes d’implantations originaires de la zone.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...