Rechercher

Des militants « renomment » des rues de Vienne honorant des antisémites

L'Union autrichienne des étudiants juifs a annoncé le remplacement de plaques de rue portant le nom de nazis et de SS par un hommage temporaire aux leaders de la résistance

Yaakov Schwartz est le rédacteur adjoint de la section Le monde juif du Times of Israël

Un activiste place un autocollant en l'honneur de Hannah Senesh sur un panneau de rue portant le nom de Hans Kloepfer, un médecin et écrivain éminent qui a accueilli l'annexion de l'Autriche par Hitler et a rejoint le parti nazi, le 8 novembre 2021, à Vienne. (Courtoisie)
Un activiste place un autocollant en l'honneur de Hannah Senesh sur un panneau de rue portant le nom de Hans Kloepfer, un médecin et écrivain éminent qui a accueilli l'annexion de l'Autriche par Hitler et a rejoint le parti nazi, le 8 novembre 2021, à Vienne. (Courtoisie)

Dans la nuit de lundi à mardi, des militants ont « rebaptisé » 23 rues à Vienne qui, selon eux, honorent des antisémites, d’anciens membres du parti nazi d’Hitler et même des soldats et des officiers des groupes paramilitaires SS et SA connus pour leur participation à la Shoah.

L’initiative a été organisée pour coïncider avec l’anniversaire des pogroms de la Nuit de cristal, les 9 et 10 novembre, et a impliqué environ 20 personnes, a déclaré une source au Times of Israel.

Les militants ont remplacé les plaques actuelles par de nouveaux panneaux rendant hommage à des héros juifs et non juifs qui se sont battus pour sauver des vies juives pendant la Shoah et se sont opposés au régime nazi, tels que Hannah Szenes, agente britannique d’origine hongroise, et Abba Kovner, leader partisan. La moitié des nouveaux panneaux rendaient hommage aux femmes de la résistance.

Un clip vidéo, montrant des personnes sur des échelles plaçant des répliques de plaques de rue sur les plaques existantes, a été publié mardi matin sur la page Twitter de l’Union autrichienne des étudiants juifs, ainsi que des photos « avant et après » d’un certain nombre de plaques de rue renommées individuellement. Aucun groupe n’a revendiqué le changement de nom des panneaux.

« En tant que président de l’Union autrichienne des étudiants juifs, je suis très heureux que ces militants aient pris les choses en main », a déclaré Sashi Turkof, 20 ans, étudiant en sciences de l’éducation à l’Université de Vienne.

« En Autriche, nous avons une culture du souvenir [de la Shoah] qui est officiellement très forte, mais d’un autre côté, il est très difficile pour nous, en tant que minorité, de ne pas nous sentir entendus – c’est pourquoi il est si important de dire que ces signes ne peuvent pas rester comme ça, ils doivent être changés.

Sashi Turkof, présidente de l’Union autrichienne des étudiants juifs. (Courtoisie)

« Nous ne sommes pas d’accord pour partager nos rues avec des nazis et des antisémites », a-t-elle déclaré.

La controverse sur les plaques de rue n’est pas nouvelle. En 2013, le département de la culture de Vienne a commandé un rapport sur 4 300 rues de la ville portant des noms de personnes. La commission, dirigée par l’historien et professeur de l’Université de Vienne Oliver Rathkolb, a constaté que 170 des noms de rue posaient problème, dont 28 honoraient des personnes « qui ont représenté de manière agressive et durable des attitudes antisémites ou d’autres préjugés misanthropes liés à un groupe », ainsi que « des membres actifs du [Parti nazi] ou des membres actifs des SS ou des SA. »

À la suite de ces conclusions, la ville n’a pas renommé les rues mais a placé des panneaux supplémentaires contenant le contexte historique sous les panneaux existants.

On ne sait pas pourquoi les militants ont remplacé 23 panneaux plutôt que les 28 connus.

Mlle Turkof a déclaré que la question des monuments publics aux antisémites a été un « énorme débat, une énorme partie de notre activisme » à l’Union autrichienne des étudiants juifs.

Elle a déclaré qu’il y a une campagne en cours pour enlever une statue et renommer une place dédiée à l’ancien maire de Vienne, Dr. Karl Lueger, qui est connu pour avoir modernisé la ville au début du 20e siècle et pour avoir introduit l’antisémitisme populiste dans la politique autrichienne. Dans son manifeste de 1925 « Mein Kampf », Adolf Hitler a cité Lueger comme une source d’inspiration.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...