Israël en guerre - Jour 287

Rechercher

Des milliers de manifestants anti-RN de nouveau dans les rues de France

À Lyon, Toulouse, Lille, Gignac, et Alençon, ont réuni au total plus de 11 700 personnes contre l'extrême droite, selon une source policière

Des manifestants défilant lors d'un rassemblement contre l'extrême droite après les résultats des élections européennes, à Toulouse, le 13 juin 2024. (Crédit : Ed Jones/AFP)
Des manifestants défilant lors d'un rassemblement contre l'extrême droite après les résultats des élections européennes, à Toulouse, le 13 juin 2024. (Crédit : Ed Jones/AFP)

De nouvelles manifestations contre l’extrême droite mercredi soir dans plusieurs villes, dont Lille, Toulouse ou Lyon, ont réuni au total plus de 11 700 personnes, dont beaucoup de jeunes, selon une source policière.

« Tout le monde déteste Bardella », scandait la foule dans le centre de Lyon, où près de 4 500 personnes ont manifesté contre le Rassemblement national (RN), selon la préfecture.

« Il faut vraiment mobiliser tous les abstentionnistes », déclare Thomas Brun, 25 ans, qui se dit enclin à s’engager davantage politiquement – avec le mouvement d’extrême-gauche radicale anti-Israël, La France Insoumise (LFI) – après le score du RN dimanche aux élections européennes.

« Je suis venue dans l’optique de montrer aux jeunes que leur avis compte », assure de son côté Zoé, 18 ans, qui a voté pour la première fois dimanche.

Selon la préfecture, des manifestants ont fracturé deux portes d’un commissariat et vidé un extincteur à l’intérieur.

À Toulouse, plusieurs centaines de personnes sont descendues dans la rue, alors que la préfecture avait interdit toute manifestation.

Des manifestants échappant aux gaz lacrymogènes lancés par la police lors d’un rassemblement contre l’extrême droite à la suite des résultats des élections européennes, à Toulouse, le 13 juin 2024. (Crédit : Ed Jones/AFP)

« RN = SouFrance », « Le Front populaire contre Hitler », « À bas le R-Haine » ou « La France Pétain plomb », pouvait-on lire sur des pancartes.

« Il est important de montrer qu’on n’est pas d’accord avec l’extrême droite et que la jeunesse ne se désintéresse pas de la politique », explique Ninon, 21 ans.

La préfecture avait interdit cette manifestation non déclarée, estimant notamment que l’impossibilité d’identifier les organisateurs ne permettait pas « d’éviter la participation d’éléments susceptibles de la perturber ».

« Je n’avais jamais vu ça ici »

« C’est nul que ça soit interdit, mais je ne veux pas prendre de risque avec les policiers », affirme Insal, 19 ans, avant de s’écarter de la foule.

Plus tard dans la soirée, après avoir sommé les derniers manifestants de se disperser, les policiers ont tiré des gaz lacrymogènes, alors que des feux de poubelle étaient allumés, ont constaté une journaliste et un photographe de l’AFP.

À Lille, quelque 700 manifestants anti-RN, dont beaucoup de jeunes, ont rejoint le cortège hebdomadaire des sans-papiers, scandant entre autres « Bardella casse-toi, l’Assemblée n’est pas à toi ! ».

Jef et Caroline, respectivement 48 et 40 ans, prévoient de manifester à nouveau samedi. « S’il faut venir tous les jours, on le fera », précise Caroline qui a manifesté pour la première fois en 2002 contre la présence de Jean-Marie Le Pen au deuxième tour de l’élection présidentielle.

Des membres de l’Union des étudiants juifs de France protestent contre les partis d’extrême gauche La France insousmise (LFI) et d’extrême droite Rassemblement national (RN), devant le siège d’Europe-Ecologie-Les Verts, avant une réunion entre les différentes forces de gauche, à Paris, le 10 juin 2024. (Crédit : Dimitar Dilkoff/AFP)

« Tout ne peut pas reposer sur la jeunesse. C’est important de ne pas considérer que parce qu’on a notre confort du quotidien, on a mieux à faire », ajoute-t-elle.

À Gignac, une commune de l’Hérault de près de 6 000 habitants où le RN est arrivé en tête avec 38 % des voix, un rassemblement contre l’extrême droite a réuni quelque 200 personnes.

« Je n’avais jamais vu ça ici », s’étonne la boulangère, curieuse de voir autant d’agitation sur la place de l’Esplanade.

Brandissant une pancarte estampillée « Absurdistan », Olivier Lehmann, marionnettiste de profession, est venu chercher « des informations pour savoir comment parler aux électeurs du RN et leur faire comprendre que Bardella est un produit marketing ».

À Alençon, dans l’Orne, la manifestation a réuni une centaine de personnes.

« On est un peu tous du même avis dans notre bande de potes au lycée », soutient Charlotte, 17 ans, précisant : « On est tous unis contre l’extrême droite. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.