Israël en guerre - Jour 190

Rechercher

Des milliers d’habitations dans les implantations seront avancées fin juin

Israël a averti les États-Unis de ce projet, qui vise peut-être à apaiser les partenaires politiques de Netanyahu après le report du plan de construction envisagé dans la zone E1

Illustration : Des maisons dans l'implantation de Kiryat Arba, en Cisjordanie, le 10 mai 2023. (Crédit : Wisam Hashlamounn/Flash90)
Illustration : Des maisons dans l'implantation de Kiryat Arba, en Cisjordanie, le 10 mai 2023. (Crédit : Wisam Hashlamounn/Flash90)

Israël a informé les États-Unis que le pays avait l’intention d’annoncer la construction de « milliers » de nouvelles habitations dans les implantations à la fin du mois, a déclaré lundi un responsable israélien.

L’officiel, qui a confirmé des informations qui avaient été initialement diffusées sur le site Axios, a indiqué au Times of Israel qu’il était difficile de dire si ces plans seraient tous approuvées dans le cadre des réunions consécutives de la Sous-commission de haute planification au sein du ministère de la Défense, comme c’est traditionnellement le cas, ou si ces réunions seraient réparties sur plusieurs semaines.

Il a toutefois précisé que les habitations qui seront approuvées « seront de l’ordre de quelques milliers ».

Selon Axios, qui a fait savoir que le nombre de logements avancés serait d’environ 4 000, l’administration Biden a demandé à Jérusalem de ne pas faire cette annonce, ou tout du moins de revoir ses chiffres à la baisse.

Un porte-parole du Conseil de sécurité nationale, à la Maison Blanche, a noté que Washington « a établi clairement que le développement des implantations est un obstacle à la paix et un obstacle à la mise en place de la solution à deux États ».

Israël n’a pas fait de commentaire officiel.

Ce projet survient alors que le Premier ministre Benjamin Netanyahu a reporté son plan très controversé de construction dans la Zone E1 de la Cisjordanie, cédant aux pressions exercées par les Américains. Ce nouveau programme portant sur de milliers de logements semble entrer dans le cadre d’une initiative visant à apaiser les partenaires de coalition de Netanyahu.

Des résidents d’implantations israéliens et des activistes de droite participant à une marche dans la zone connue sous le nom de E1 près de l’implantation israélienne de Maale Adumim en Cisjordanie pour protester contre la décision du Premier ministre Benjamin Netanyahu de bloquer la construction dans cette zone, le 13 février 2014. (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)

Israël avait fait part de sa décision portant sur le report de son plan dans la Zone E1 jeudi dernier suite à un entretien téléphonique entre Netanyahu et le secrétaire d’État Antony Blinken.

Les responsables américains avaient confié que cela faisait des semaines que l’administration Biden œuvrait à faire retirer le programme envisagé dans la Zone E1 de l’ordre du jour.

Tandis que ce plan spécifique ne figurait pas dans les comptes-rendus israélien et américain qui avaient été émis après l’entretien téléphonique entre les deux hauts-responsables, jeudi, le département d’État avait déclaré que Blinken avait évoqué « la nécessité de respecter les engagements pris lors des rencontres régionales qui ont eu lieu à Aqaba, en Jordanie, et à Sharm El Sheikh, en Égypte, notamment en évitant de prendre des mesures portant atteinte aux perspectives de mise en place de la solution à deux États. »

Ces dernières semaines, les Palestiniens avaient accusé Israël d’avoir violé les promesses qui avaient été faites fin février, avec notamment un gel de quatre mois des réunions consacrées au développement de nouvelles habitations dans les implantations et un gel de six mois de la légalisation d’éventuels avant-postes.

Israël, de son côté, affirme avoir respecté les engagements pris – le pays a toutefois donné le feu vert à des constructions situées à Jérusalem-Est et il a illégalement transféré une yeshiva implantée dans le nord de la Cisjordanie, un transfert qui pourrait ouvrir la voie à la légalisation de l’avant-poste de Homesh.

Le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, à gauche, serrant la main du Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d’une conférence de presse, à Jérusalem, le 30 janvier 2023. (Crédit : Ronaldo Schemidt/POOL/AFP)

Le moratoire de quatre mois sur l’avancée des plans de construction de nouvelles habitations dans les implantations expirera fin juin, quand l’instance responsable des constructions en Cisjordanie au sein du ministère de la Défense se réunira à nouveau.

Les États-Unis cherchent à organiser une troisième rencontre rassemblant des officiels israéliens, palestiniens, égyptiens et jordaniens de manière à prolonger les engagements pris par les deux parties, qui avaient promis de ne pas prendre de mesure unilatérale nuisant à l’éventuelle mise en place d’une solution à deux États – mais aucune date n’a encore été fixée.

La volonté de coopération de l’Égypte et de la Jordanie s’est dissipée dans un contexte de frustration face à l’avancée de plans de construction d’habitations israéliennes en Cisjordanie depuis les sommets d’Aqaba et de Sharm el-Sheikh, selon un éminent diplomate arabe.

Les approbations de nouveaux logements, à la fin du mois de juin, pourraient nuire aux efforts visant à organiser un deuxième forum ministériel du Neguev. Le Maroc devait accueillir ce rassemblement au mois de mars, mais le pays n’avait finalement arrêté aucune date alors que les tensions entre Israéliens et Palestiniens s’aggravaient et que le nouveau gouvernement israélien de la ligne dure a entraîné un malaise certain à Rabat. Un officiel israélien a indiqué dans la matinée de lundi que le sommet aurait probablement lieu à la mi-juillet.

Ce sera la deuxième fois que la Sous-commission de haute planification fera avancer de nouveaux projets de logement dans les implantations depuis l’arrivée au pouvoir du gouvernement de droite, d’extrême-droite et religieux en Israël, à la mi-décembre. Au mois de février, elle avait donné le feu vert à la construction de 10 000 habitations en Cisjordanie – jamais un nombre aussi important n’avait été approuvé en une seule rencontre. Elle avait également fait avancer la légalisation de neuf avant-postes en Cisjordanie, suscitant l’indignation à l’international et une déclaration conjointe de condamnation du Conseil de sécurité de l’ONU.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.