Des ministres Likud fustigent Gantz pour la mort d’un officier druze en 2000
Rechercher

Des ministres Likud fustigent Gantz pour la mort d’un officier druze en 2000

Après que l'ancien chef de Tsahal a dit aux Druzes qu'il amenderait la loi de l'État-nation, des membres du gouvernement accusent Gantz d'avoir "abandonné" un soldat au front

L'ancien chef d'état-major de Tsahal Benny Gantz avec des membres de la communauté druze et des militants devant son domicile à Rosh Haayin, lors d'une manifestation contre la loi sur l'État-nation, le 14 janvier 2019. (Flash90)
L'ancien chef d'état-major de Tsahal Benny Gantz avec des membres de la communauté druze et des militants devant son domicile à Rosh Haayin, lors d'une manifestation contre la loi sur l'État-nation, le 14 janvier 2019. (Flash90)

Des ministres du Likud se sont joints à la famille d’un officier de la police des frontières druze, qui s’était vidé de son sang en attendant le sauvetage de Tsahal au cours de la première semaine de la Seconde Intifada en octobre 2000, en s’en prenant lundi au chef du parti Hossen LeYisrael, Benny Gantz, l’accusant de sa mort.

Cette polémique fait suite aux propos tenus par Gantz devant des militants druzes protestant contre la loi de l’Etat-nation, qui, d’après eux, les relègue au rang de citoyens de seconde zone alors qu’ils sont membres de Tsahal. L’ancien chef d’état-major de Tsahal et nouvel arrivant en politique leur a déclaré qu’Israël devait travailler au renforcement des liens avec la communauté druze et leur a promis « de faire tout son possible pour corriger la loi ».

Après avoir essuyé les premières critiques de plusieurs députés du Likud, Hossen LeYisrael a qualifié les réactions d’“hystériques” et a dit des membres du parti au pouvoir : « ils ont tiré dans le dos nos frères Druze, nous allons guérir [la blessure] ».

Faisant suite à la réponse de Hossen LeYisrael, Mahdi Yousef, le frère de l’officier décédé Madhat Yousef, a fustigé Gantz, l’accusant d’être un commandant qui « abandonne sur le terrain un soldat blessé ».

Madhat Yousef était un officier de la police des frontières tué par un tireur d’élite palestinien alors qu’il défendait le Tombeau de Joseph à Naplouse lors du déclenchement de la Seconde Intifada, en octobre 2000. Gantz commandait les forces armées israéliennes en Cisjordanie à l’époque.

« Gantz se moque des Druzes », a affirmé Mahdi Yousef dans une interview accordée au quotidien pro-Likud Israel Hayom. « Quelqu’un capable d’abandonner un seul soldat pourrait un jour négliger le pays entier. Il ne se soucie pas du pays, seulement de ses intérêts ».

Deux ministres du Likud ont adopté une position similaire, accusant Gantz d’avoir abandonné son soldat.

Le ministre des Communications, Ayoub Kara, assiste à une conférence de presse dans la ville de Safed, dans le nord du pays, le 10 juillet 2018. (David Cohen / Flash90)

Le ministre de la Sécurité publique Gilad Erdan s’es montré virulent sur Twitter : « lorsque des terroristes palestiniens ont tiré sur le soldat Madhat Yousef de la police des frontières, le commandant de la Division de Judée et Samarie, Benny Gantz, était l’un des commandants qui lui a tourné le dos et n’a certainement pas fait « tout ce qu’il pouvait » pour lui sauver la vie. La déclaration de Gantz est honteuse ! »

Le plus ancien membre druze du Likud, le ministre des Communications Ayoub Kara, a fait une déclaration similaire.

« Honorable M. Gantz », a-t-il écrit dans un tweet lundi, « les ombres entourant l’abandon de Madhat Yousef, que sa mémoire soit bénie, et la responsabilité de l’effondrement et de l’humiliation de l’Armée [chrétienne libanaise alliée d’Israël] du Sud Liban ne peut être effacée par un faux baiser, une attaque populiste et scandaleuse sur la loi de l’État nation ».

Kara a ajouté : « Comme [les dirigeants du Likud] l’ont promis aux chefs de la communauté druze, nous continuerons à faire progresser la mise en œuvre » de mesures économiques bénéfiques aux villes et villages druzes.

Madhat Yousef. (Autorisation)

Madhat Yousef avait été abattu à 16 heures le 1er octobre 2000, avant de se vider de son sang pendant les quatre heures qui ont suivi, tandis que les commandants de Tsahal ont refusé de lancer une opération de sauvetage, comptant plutôt sur les promesses répétées du Service palestinien de sécurité préventive de mener à bien le sauvetage.

 

L’échec du sauvetage de Yousef – son corps avait finalement été évacué du terrain par les forces palestiniennes à 21 h 30 et remis à Tsahal – suscita de nombreuses critiques au cours des années suivantes. Une enquête menée par l’armée israélienne après l’incident avait conclu que les commandants sur le terrain avaient agi correctement, conformément aux ordres. Mais cette expérience avait néanmoins contribué, quelques mois après, à la décision de Tsahal de mettre fin à la politique consistant à compter sur la coopération palestinienne en matière de sécurité.

Benny Gantz était l’un des commandants en charge. Alors général de brigade, il commandait les forces de Cisjordanie depuis un poste de commandement situé à moins d’un kilomètre du Tombeau de Joseph lors de l’incident.

Au fil des ans, la famille Yousef a ouvertement critiqué l’ensemble de la structure de commandement israélienne en charge lors de l’incident. Les membres de la famille et les amis de Yousef ont publiquement exhorté les électeurs du Parti travailliste à rejeter Ehud Barak à l’occasion des primaires du parti en 2007. Celui-ci était en effet Premier ministre au moment de la mort de Yousef.

Le parti Hossen LeYisrael de Gantz a refusé de répondre aux critiques, lundi.

Les reproches des ministres du Likud semblent s’inscrire dans le cadre de la campagne du parti visant à entacher l’image de Gantz, considéré comme l’un des seuls challengers possibles du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Selon le quotidien Yedioth Ahronoth, de hauts responsables du Likud et des chargés de campagne ont commencé à constituer un « dossier Gantz », destiné à révéler des histoires embarrassantes sur ses 38 années de carrière militaire. Le dossier, et l’offensive anti-Gantz prévue par le Likud en fin de campagne, tentera également d’imputer à l’ancien chef de l’armée l’échec présumé de l’opération Barrière Protectrice de 2014 contre le Hamas, alors même que Netanyahu officiait alors comme Premier ministre.

Des soldats de Tsahal surveillent l’arrivée des fidèles juifs sur le lieu saint du Tombeau de Joseph, dans la ville de Naplouse, au nord de la Cisjordanie, le 26 septembre 2018. (Armée israélienne)

Les attaques lancées contre Gantz lundi ont conduit certains membres de la communauté druze à prendre sa défense.

L’ancien officier de Tsahal, Anwar Saar, a déclaré à la chaîne publique Kan que Gantz « a préparé toute l’armée [en Cisjordanie] pour empêcher un incident au Tombeau de Joseph. Mais il a reçu l’ordre très clair de la classe politique de ne pas y entrer ».

Le membre druze le plus ancien du Parti travailliste, le député Salah Saad, a également salué les propos de Gantz sur la loi de l’État-nation.

« Benny Gantz a fait preuve de courage dans sa déclaration et a montré un soutien sans réserve aux Druzes et à ceux qui veulent l’égalité dans l’état d’Israël. Il a sans aucun doute toute sa place dans le Parti travailliste, et j’espère qu’il nous rejoindra bientôt. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...