Des objets funéraires vieux de 4 500 ans découverts par un électricien
Rechercher

Des objets funéraires vieux de 4 500 ans découverts par un électricien

Ahmad Nassar Yassin, un résident d'Araba, dans le nord d'Israël, a découvert les vestiges d'une implantation cananéenne jusqu'alors inconnue en se rendant à son travail

Amanda Borschel-Dan édite la rubrique « Le Monde Juif »

Ahmed Nassar Yassin avec les artéfacts vieux de 4500 ans qu'il a découverts dans une grotte funéraire près d'Araba, dans le nord d'Israël (Crédit : Nir Distelfeld/Autorité israélienne des antiquités)
Ahmed Nassar Yassin avec les artéfacts vieux de 4500 ans qu'il a découverts dans une grotte funéraire près d'Araba, dans le nord d'Israël (Crédit : Nir Distelfeld/Autorité israélienne des antiquités)

Un centre d’implantation datant de l’ère cananéenne et jusqu’à présent inconnu a été récemment découvert par hasard par un électricien curieux qui se rendait à son travail.

Une lame de poignard en bronze vieille de 4 500 ans ainsi qu’un lot de récipients en poterie intacts ont été découverts par Ahmad Nassar Yassin, qui habite le village d’Araba, dans le nord d’Israël. Il explique avoir noté quelque chose qui sortait de l’ordinaire alors qu’il se rendait chez un client.

« Quand j’ai remarqué ce quelque chose d’inhabituel sur la crête montagneuse, près du chemin de terre, je me suis arrêté pour regarder. Au moment où j’ai touché le gros rocher, il s’est écroulé et, devant moi, des récipients qui avaient l’air anciens sont apparus », relate-t-il.

Inquiet des dégâts subis par ces artefacts en raison de cette exposition imprévue, il a ramené les objets chez lui et immédiatement fait part de ses découvertes à l’Autorité israélienne des antiquités.

Peu après, Nir Distelfeld, inspecteur de prévention des vols au sein de l’organe, les a pris, réalisant qu’ils venaient d’une grotte funéraire. Ahmad Nassar Yassin, pour sa part, a reçu une attestation de bon citoyen.

Selon un communiqué de presse émis par l’Autorité israélienne des antiquités, il y a, parmi les objets, des jarres vieilles de 4 500 ans et des vases de cérémonie, ainsi que la lame de poignard en bronze, qui aurait été attachée à une poignée de bois. Typiques de l’époque de leur fabrication, les artefacts – qui contenaient le plus probablement des offrandes de type alimentaire – accompagnaient l’occupant du tombeau sur son chemin vers l’au-delà.

Des objets vieux de 4 500 ans découverts dans un tombeau creusé dans une grotte à Araba, dans le nord d’Israël (Crédit : Nir Distelfeld/Autorité israélienne des antiquités)

Lors d’un entretien accordé mercredi au Times of Israel, Nir Distelfeld a salué Yassin pour avoir rapporté ces objets anciens à l’Autorité et expliqué qu’il espérait que son acte permettrait d’élargir la coopération avec les communautés arabes, qui ne sont pas suffisamment au courant du travail mené par l’Autorité en termes de préservation de l’héritage de toutes les cultures et de toutes les civilisations ayant habité le Levant.

Les découvertes de Yassin suggèrent l’existence jusqu’alors inconnue d’une implantation dans cette zone spécifique, estime l’expert. Il y a de nombreuses implantations connues dans le secteur de l’ouest de la Galilée mais, à Araba, personne n’avait encore découvert d’habitation du village remontant à 2 500 ans avant l’ère commune.

« Cette grotte funéraire découverte par hasard par Ahmed nous révèle l’existence d’une période de recherche dans la zone qui nous était jusqu’alors complètement inconnue, et sa décision consciencieuse [de nous ramener ses découvertes] contribuera au puzzle archéologique de la terre d’Israël », se réjouit Nir Distelfeld dans le communiqué de presse.

Le secteur d’Araba, dans le nord d’Israël, où ont été découverts des objets anciens de 4500 ans dans une grotte funéraire (Crédit : Nir Distelfeld/Autorité israélienne des antiquités)

Dans la mesure où les constructions sont fréquentes à Araba, affirme Nir Distelfeld au Times of Israel, l’Autorité israélienne des antiquités va lancer une nouvelle étude de la zone sur la base des découvertes faites par Yassin et déployer des enquêteurs sur le terrain pour superviser les travaux, notamment routiers.

La grotte funéraire elle-même, note l’inspecteur, a été détruite, et aucune fouille supplémentaire n’est envisagée. Il a offert les objets anciens à la municipalité pour qu’elle les expose, mais n’a obtenu pour le moment aucune réponse de la part des responsables du village. Les artefacts resteront entre-temps entre les mains de l’État.

Expliquant sa motivation à faire connaître ses découvertes, Yassin a déclaré dans une vidéo de l’Autorité que dès qu’il avait porté le regard sur les poteries, il avait compris qu’il avait sous les yeux des objets historiques.

« Je les ai transmis à ceux qui pouvaient correctement les traiter. J’espère que les gens vont commencer à comprendre qu’un jour, tout ce qui a été découvert, tout ce que nous apprendrons de ces objets chargés d’histoire, serviront à tous, quelles que soient nos origines », a-t-il commenté.

Ahmed Nassar Yassin avec les artefacts vieux de 4500 ans qu’il a découverts dans une grotte funéraire près d’Araba, dans le nord d’Israël (Crédit : Nir Distelfeld/Autorité israélienne des antiquités)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...