Des objets vieux de 1 500 ans découverts lors de travaux à Ramat HaSharon
Rechercher

Des objets vieux de 1 500 ans découverts lors de travaux à Ramat HaSharon

Un pressoir à vin, une pièce d'or et une chaîne de lustre ont notamment été déterrés sur le site d'un nouveau quartier résidentiel

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Un ancien pressoir à vin dévoilé à Ramat Hasharon. (Crédit : Yoli Schwartz/Israel Antiquities Authority)
Un ancien pressoir à vin dévoilé à Ramat Hasharon. (Crédit : Yoli Schwartz/Israel Antiquities Authority)

Des découvertes de vieux objets sur un site de construction indiquent qu’il y avait une activité résidentielle et industrielle à l’emplacement d’une banlieue de Tel Aviv il y a environ 1 500 ans, a déclaré mercredi l’Autorité des antiquités d’Israël (IAA).

La ville moderne de Ramat Hasharon, où les fouilles ont été effectuées, a été établie en 1923 comme une communauté agricole par des immigrants juifs de Pologne.

Parmi les objets découverts sur le site d’un nouveau quartier résidentiel figuraient un pressoir à vin au sol en mosaïque, une chaîne de lustre et une pièce d’or qui semble avoir été signée de la main de son propriétaire.

La pièce a été frappée en 638 ou 639 de notre ère par l’empereur byzantin Héraclius, selon l’IAA. Une face montre l’empereur avec ses deux fils et l’autre la colline du Golgotha à Jérusalem, que la tradition chrétienne identifie comme le site de la crucifixion de Jésus.

Sur la pièce est gravée une inscription en grec, et peut-être aussi en arabe, que les experts estiment être le nom de son propriétaire, selon Robert Kool, chef du département de numismatique de l’IAA.

« La pièce renferme des données fascinantes sur le déclin de la domination byzantine dans le pays et les événements historiques contemporains, tels que l’invasion perse et l’émergence de l’islam, et fournit des informations sur le symbolisme chrétien et païen et sur la population locale qui vivait ici », a déclaré Kool dans un communiqué.

Pièce d’or du 7e siècle de notre ère, mise au jour lors de fouilles à Ramat Hasharon. (Crédit : Amir Gorzalczany/Autorité des antiquités israéliennes)

Le pressoir possède un sol en mosaïque et des installations plâtrées, ainsi que des fondations qui pourraient avoir été un grand entrepôt, a indiqué l’IAA.

« À l’intérieur des bâtiments et des installations, nous avons trouvé de nombreux fragments de jarres de stockage et de pots de cuisson qui étaient manifestement utilisés par les ouvriers travaillant dans les champs ici », a déclaré Yoav Arbel, directeur des fouilles au nom de l’IAA.

La chaîne de lustre est inhabituelle, a déclaré l’IAA, car de tels artefacts étaient généralement trouvés dans les églises. Elle supportait probablement des porte-lampes en verre.

Des mortiers et des meules en pierre, fabriqués en basalte des hauteurs du Golan et de la Galilée et utilisés pour moudre le blé, ont également été découverts sur le site, ainsi qu’un atelier de fabrication de verre et un entrepôt comprenant quatre « jarres gigantesques » enfoncées dans le sol. De telles jarres auraient été utilisées pour stocker le grain.

« À cette époque, les gens ne travaillaient pas seulement sur le site, mais y vivaient aussi, car nous avons découvert les restes de maisons et de deux grands fours de cuisson », a déclaré M. Arbel.

À l’aide d’indices glanés sur des lampes en poterie complètes ainsi que sur des articles de service locaux et importés, les archéologues ont pu évaluer que le site a été utilisé jusqu’au 11e siècle de notre ère.

L’archéologue du district de Tel Aviv de l’IAA, Diego Barkan, a déclaré qu’il s’agissait des premières fouilles effectuées sur le site, qui n’avait été que partiellement identifié lors d’une étude archéologique de terrain.

Il a ajouté que l’IAA a vu une « excellente occasion d’intégrer les vestiges antiques dans les plans du futur parc municipal ».

La déclaration n’a pas précisé quand les fouilles ont commencé ni quels objets ont été trouvés, mais elles sont intervenues alors que Ramat Hasharon se préparait à célébrer son centenaire dans deux ans.

Avi Gruber, le maire de la ville, a déclaré que le travail a déjà commencé pour intégrer les découvertes dans le futur quartier.

« Je souhaite que tous nos résidents prennent plaisir à découvrir la vie dans l’Antiquité et au Moyen Âge », a déclaré M. Gruber dans son communiqué. « Alors que nous planifions des événements liés au patrimoine pour le centenaire à venir, cela ouvre une toute nouvelle perspective sur la façon dont les gens vivaient autrefois dans cette partie du pays. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...