Des parlementaires français rencontrent Benjamin Netanyahu
Rechercher

Des parlementaires français rencontrent Benjamin Netanyahu

« Le plus important est donc de désigner le Hezbollah comme une organisation terroriste et je pense que cela devrait être fait immédiatement », a déclaré le Premier ministre

Une délégation de parlementaires français en visite en Israël a rencontré mercredi 17 juillet le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. (Crédit photo : Haim Zach - GPO)
Une délégation de parlementaires français en visite en Israël a rencontré mercredi 17 juillet le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. (Crédit photo : Haim Zach - GPO)

Le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu a annoncé ce mercredi sa rencontre avec la délégation des parlementaires français actuellement en visite en Israël. La rencontre a eu lieu dans ses bureaux, à Jérusalem.

Parmi les députés présents, on retrouve notamment Aurore Bergé (LREM), présidente du groupe d’amitié France-Israël à l’assemblée, Meyer Habib (UDI), Simon Sutour (PS) ou encore Joachim Son-Forget (UDI).

« Il est très important que la France et le reste de l’Europe fassent exactement ce que l’Argentine a fait récemment, à savoir déclarer le Hezbollah comme un groupe terroriste, a déclaré le Premier ministre durant la rencontre. Il s’agit de la principale organisation terroriste au Moyen-Orient et dans le monde, qui opère des terroristes sur le sol européen. »

« Le plus important est donc de désigner le Hezbollah comme une organisation terroriste et je pense que cela devrait être fait immédiatement », a-t-il ajouté.

Mardi soir, la délégation avait participé à un diner de gala dans le quartier de Mamilla à Jérusalem. Amir Ohana, ministre israélien de la Justice, était également présent en tant qu’invité d’honneur.

« Je crois que c’est très important qu’il y ait des contacts réguliers entre les parlementaires français et les institutions israéliennes, avec parfois des points de vue différents », a déclaré Simon Sutour.

« J’ai un amour profond pour ce pays. Par ailleurs, je pense qu’il y a un travail pédagogique à faire. On le voit avec la forte montée de l’antisémitisme, et c’est très important qu’il y ait une délégation parlementaire ici », a affirmé Joachim Son-Forget.

Dans un entretien au JPost mercredi, Constance Le Grip, députée LR et ancienne conseillère du président Nicolas Sarkozy, a, elle, affirmé que « la France devrait être plus courageuse dans sa politique étrangère et davantage capable d’identifier ses vrais amis dans la région ». La responsable a ajouté souhaiter que « [son] pays soutienne davantage la démocratie israélienne et, sur certains points, ne soit pas si naïf ».

« Israël est un pays ami et allié et notre enjeu est de banaliser les relations entre les deux pays indépendamment du conflit israélo-palestinien », avait auparavant déclaré Aurore Bergé.

Un groupe de responsables politiques français se rend dans un ancien tunnel sur le site archéologique et touristique de la Cité de David, géré par la fondation de droite Elad et l’Autorité israélienne de la nature et des parcs, dans le quartier palestinien de Silwan à Jérusalem-Est, le 16 juillet 2019. (Crédit photo : MENAHEM KAHANA / AFP)

Plus tôt dans la journée, le groupe avait visité le site archéologique israélien controversé de la Cité de David, à Silwan, quartier de Jérusalem-Est, à proximité de la Vieille Ville. Le site accueille chaque année 500 000 visiteurs.

Le voyage parlementaire, organisée par le groupe Elnet, qui œuvre au renforcement des relations bilatérales entre l’Europe et Israël, a pour but de célébrer les 70 ans de relations diplomatiques entre la France et l’Etat juif. Il s’agit de la plus grande délégation d’élus français à s’être rendus en Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...