Rechercher

Des publicités contre l’antisémitisme (encore) bloquées par l’algorithme de Facebook

Les responsables de l'organisation juive du comté de Broward dénoncent dans une lettre à Facebook une "conséquence calamiteuse de vos efforts pour réduire les discours de haine".

Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, prononce le discours d'ouverture de la conférence des développeurs de Facebook, à San Jose, en Californie, le 1er mai 2018. (AP Photo / Marcio Jose Sanchez, File)
Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, prononce le discours d'ouverture de la conférence des développeurs de Facebook, à San Jose, en Californie, le 1er mai 2018. (AP Photo / Marcio Jose Sanchez, File)

JTA – Juste avant Hanoukka, la Fédération juive du comté de Broward en Floride a essayé d’acheter une publicité sur Facebook, un simple post attirant l’attention sur le problème de l’antisémitisme dans le cadre d’une nouvelle campagne nationale américaine baptisée « Shine a Light ».

Mais le système automatisé de Facebook a rejeté la publicité sans explication, ce qui a conduit les responsables de la fédération à soupçonner que le message avait été accidentellement piégé par un filtre conçu pour bloquer les discours de haine.

Malheureusement, Facebook a inexplicablement rejeté nos publicités, vraisemblablement parce qu’elles contenaient les mots « haine » et « antisémitisme », ont écrit le président du conseil d’administration de la fédération, Alan Cohn, et le président-directeur général par intérim, Mark Freedman, dans une lettre adressée à la société mardi. « Nous pensons qu’il s’agit là d’une conséquence involontaire, mais calamiteuse, de vos efforts pour réduire les discours de haine ».

S’ils ont raison, ce ne serait pas la première fois qu’une telle chose se produit.

A LIRE – Enseignement de la Shoah/Négationnisme : Quand les algorithmes les confondent

Depuis le moment où Facebook a interdit le négationnisme sur ses plateformes en octobre dernier, les musées juifs et d’autres institutions qui font de l’éducation et de la sensibilisation à l’antisémitisme ont signalé des difficultés à faire publier du contenu.

« C’est un véritable problème pour nous », avait déclaré un responsable du musée et mémorial américain de l’Holocauste à la Jewish Telegraphic Agency en juin.

Alors que les algorithmes régissant ce qui peut être publié semblent s’emballer, des réviseurs humains sont censés intervenir et distinguer la haine des efforts pour la combattre. Mais de nombreuses personnes ont constaté que l’examen et l’approbation de leurs messages par une personne peuvent prendre des mois, si tant est que cela se produise.

Dans un cas récent notable, des rabbins Habad de tout le pays ont signalé que leurs efforts pour promouvoir un cours en quatre parties sur l’antisémitisme sur Facebook avaient été bloqués, sans qu’il soit possible de savoir si l’algorithme appliqué pour empêcher la haine était en cause.

La lettre de la Fédération du comté de Broward, adressée à Mark Zuckerberg et Sheryl Sandberg de Facebook, a déclaré que les efforts visant à restreindre les discours de haine sont appropriés, mais que le système actuel de Facebook « fait autant de mal que de bien ».

La fédération a demandé à Facebook de laisser passer sa publicité et a appelé l’entreprise à amplifier les voix qui combattent la haine.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...