Des résidents d’implantation attaquent des Palestiniens et des activistes juifs
Rechercher

Des résidents d’implantation attaquent des Palestiniens et des activistes juifs

L'incident, qui a été filmé, a bien eu lieu, a confirmé l'armée ; des activistes de gauche ont été agressés et les Palestiniens ont jeté des pierres aux soldats

Des habitants d'implantation attaquent des Palestiniens dans le sud des collines de Hébron près du village palestinien d'al-Tuwani, le 24 avril 2021. (Crédit : Eyal Huravni/ B'Tselem)
Des habitants d'implantation attaquent des Palestiniens dans le sud des collines de Hébron près du village palestinien d'al-Tuwani, le 24 avril 2021. (Crédit : Eyal Huravni/ B'Tselem)

Des habitants d’implantation israéliens ont agressé des Palestiniens et des activistes de gauche dans le sud des collines de Hébron, samedi, a fait savoir l’organisation de défense des droits de l’Homme BTselem.

Dans une vidéo, des individus jettent des pierres sur une voiture appartenant à une famille palestinienne originaire d’al-Tuwani, une localité située aux environs. Deux Palestiniens et deux activistes de gauche ont été blessés au cours de cet incident et ces derniers auraient aussi été frappés par les habitants d’implantation, selon BTselem.

Un porte-parole de la Division de Cisjordanie, au sein de la police israélienne, n’avait pas répondu à la demande de réaction soumise par le Times of Israel au moment de l’écriture de cet article.

Selon Suleiman al-Adra, résident d’al-Tuwani qui se trouvait sur les lieux, un certain nombre d’habitants s’était rendu dans les champs, hors du village, pour travailler la terre dans la journée de samedi. Les parcelles se trouvent à environ un kilomètre de la ville – entre al-Tuwani et l’avant-poste illégal de Havat Maon, a-t-il précisé.

« Et puis, de plus en plus de résidents d’implantation sont arrivés et certains étaient armés », a-t-il raconté au Times of Israel.

Si les parcelles agricoles concernées se trouvent à approximativement un kilomètre du village palestinien, elles sont situées à quelques centaines de mètres seulement de Havat Maon. L’avant-poste, où vit une vingtaine de familles, est considéré comme illégal au regard de la loi israélienne.

Un habitant d’implantation a alors lancé deux tirs d’avertissement pour effrayer les Palestiniens et les faire partir, a continué al-Adra.

Les activistes israéliens de gauche ont appelé à la rescousse l’armée et la police israélienne, tandis que les Palestiniens ont demandé aux habitants d’al-Tuwani de venir en renfort.

« Il leur a fallu une heure pour venir. Quand ils ont été là, ils sont restés derrière les habitants d’implantation et ils nous ont lancé des gaz lacrymogènes et des grenades incapacitantes », a poursuivi al-Adra.

Deux activistes israéliens de gauche – avec parmi eux David Shulman, lauréat du Prix Israël et fondateur du groupe radical Taayush – ont confié au quotidien Haaretz avoir été agressés par les résidents d’implantation présents.

Lorsqu’ils ont cherché à filmer l’incident en se rapprochant de leurs agresseurs, ces derniers leur ont jeté des pierres avant de les prendre en chasse et de les frapper, a déclaré Shulman à Haaretz. Sur des images, des individus masqués, parlant hébreu, jettent des pierres sur Shulman pour tenter de l’empêcher de les filmer.

L’armée israélienne a précisé avoir eu connaissance de l’incident, ajoutant que les soldats avaient essuyé des jets de pierres de la part des Palestiniens. Aucune image ne peut confirmer cette information dans les vidéos qui ont été postées sur les réseaux sociaux.

L’armée n’a procédé à aucune arrestation, que ce soit du côté israélien ou palestinien, a confirmé un porte-parole militaire israélien.

« Il y avait peu de soldats en comparaison avec le nombre de personnes impliquées dans les affrontements. Ils n’étaient pas en mesure d’arrêter des dizaines de personnes et ils ont œuvré à contenir les frictions à l’aide de moyens de dispersion d’émeute », a noté le porte-parole.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...