Des rivières du Golan interdites en raison de taux de bactéries élevés
Rechercher

Des rivières du Golan interdites en raison de taux de bactéries élevés

L'annonce du ministère de la Santé survient quelques jours avant le début des fêtes ; l'épidémie de leptospirose de 2018 était liée à des cours d'eau contaminés dans le nord

De jeunes Israéliens se rafraîchissent dans une rivière du plateau du Golan, dans le nord d'Israël, le 10 aout 2018 (Crédit : David Cohen/Flash90)
De jeunes Israéliens se rafraîchissent dans une rivière du plateau du Golan, dans le nord d'Israël, le 10 aout 2018 (Crédit : David Cohen/Flash90)

Les autorités sanitaires ont fermé l’accès à plusieurs cours d’eau très fréquentés dans le nord d’Israël après que des taux élevés de bactéries dans l’eau ont été constatés.

D’après un communiqué des ministères de la Santé et de l’Environnement, six cours d’eau du plateau du Golan présentent « des quantités accrues de bactéries ». Ils en ont ordonné la fermeture jusqu’à nouvel ordre.

Les rivières concernées sont El Al, Banias, Zaki, Meshushim et Jilaboun, ainsi que le Jourdain de son extrémité nord jusqu’à la mer de Galilée. Plusieurs sentiers de randonnée sont également concernés par la mesure.

Les autorités sanitaires ont indiqué que les rivières seront de nouveau analysées dans les prochains jours et que la population serait informée de tout changement.

Cette annonce survient quelques jours avant le début des fêtes, où des centaines de milliers de familles israéliennes visitent des réserves naturelles et des parcs nationaux.

Les randonneurs nagent à la source de Zavitan sur le plateau du Golan dans le nord d’Israël, le 18 avril 2014. (Yaakov Naumi / Flash90)

L’année dernière, les autorités sanitaires avaient également interdit l’accès à plusieurs cours d’eau dans le plateau du Golan après qu’une dizaine de personnes ont été hospitalisées après avoir contracté la leptospirose, une infection bactérienne transmise par l’urine animale potentiellement mortelle.

En août 2018, le ministère de la Santé avait fait savoir que 42 personnes avaient été touchées de la maladie après s’être baignée dans le plateau du Golan, et 242 autres en étaient également peut-être atteintes.

Dr. David Raveh-Brawer avec Yuval Miskin (à gauche), infecté par la leptospirose dans le Golan, au centre médical Sharei Tzedek de Jérusalem,le13 août 2018. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les experts de la santé cités par des médias en hébreu avaient expliqué à l’époque qu’ils pensaient que l’apparition de la maladie était due au grand nombre de sangliers sauvages dans le plateau du Golan, associés à la sécheresse persistante de ces dernières années qui les avait poussés à se rassembler près des cours d’eau et à y uriner.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...