Des sauterelles affluent en Israël depuis la Syrie
Rechercher

Des sauterelles affluent en Israël depuis la Syrie

Un nombre inhabituel d'insectes a ravagé les récoltes de légumes à Moshav Alonei Habashan sur le plateau du Golan

Des nuées de sauterelles à Moshav Alonei Habashan  dans les Plateaux du Golan, le 4 juin 2019. (Capture d'écran : Kan)
Des nuées de sauterelles à Moshav Alonei Habashan dans les Plateaux du Golan, le 4 juin 2019. (Capture d'écran : Kan)

Juste quelques jours après que deux roquettes ont été tirées depuis la Syrie vers le mont Hermon d’Israël sur le plateau du Golan, une force d’intrusion d’un autre type a traversé la frontière – des sauterelles.

Malgré l’absence d’accord pour une libre circulation aérienne entre les deux pays, qui sont encore officiellement en guerre, des insectes ont traversé la frontière vers Israël au cours des derniers jours et ont envahi le moshav Alonei Habashan, à proximité de la frontière sur le plateau – et elles semblaient venir directement de Syrie.

Mardi, Buki Nagari de l’Université hébraïque a déclaré au diffuseur public Kan qu’il ne se souvenait pas de l’arrivée d’autant de sauterelles – même s’il s’agit d’un plus ancien groupe vivant d’insectes herbivores rongeurs sur la planète.

« C’est assez dérangeant, a déclaré Natan Ziffer, un membre du moshav, au diffuseur, puisque les insectes ont ravagé les feuilles de légumes qu’il cultivait et ses enfants ont imité ces créatures en sautant. Elles entrent dans votre maison, votre voiture, vos cheveux ».

Yaron Dekel, un chercheur de l’Institut de recherche Shamir de l’université de Haïfa, qui s’occupe de l’écologie de la vie sauvage, et de l’université Safed, a dit qu’il était inutile d’essayer de les éradiquer avec des produits chimiques.

« Si vous en tuez 200 en une journée, 2 000 autres vont venir dans la nuit », a-t-il dit.

Les nouveaux arrivants vont rapidement partir ailleurs, mais pas avant que les femelles n’aient pondu des centaines de milliers d’oeufs sur le sol d’Alonei Habashan.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...