Des scientifiques découvrent un « géant » des mers vieux de 500 millions d’années
Rechercher

Des scientifiques découvrent un « géant » des mers vieux de 500 millions d’années

Le Titanokorys gainesi ne mesurait peut-être qu'un demi-mètre de long, mais sa taille dépassait celle de la plupart des autres organismes marins de l'époque

Des chercheurs canadiens ont découvert les restes d’une nouvelle espèce d’arthropode primitif (invertébré au corps formé de segments articulés) qui vivait il y a quelque 500 millions d’années et qui était un géant par rapport à la plupart des autres formes de vie océanique de l’époque.

Selon les paléontologues du Musée royal de l’Ontario, le Titanokorys gainesi nouvellement découvert atteignait environ un demi-mètre de longueur.

La plupart des créatures marines d’il y a un demi-milliard d’années n’étaient pas plus grandes que l’auriculaire d’un humain.

Les fossiles de Titanokorys ont été découverts dans le parc national de Kootenay, situé dans les Rocheuses canadiennes.

L’ancienne créature avait des yeux à facettes multiples comme la plupart des insectes et des arthropodes, une bouche bordée de dents en forme de tranche d’ananas, une paire de griffes et un corps doté de plusieurs volets utilisés pour nager.

Selon les chercheurs, le Titanokorys avait également une grande carapace sur la tête, semblable à la carapace d’un crabe ou d’une tortue.

Le fossile du Titanokorys. (Crédit : Jean-Bernard Caron/ Musée Royal de l’Ontario)

« La taille même de cet animal est absolument époustouflante. C’est l’un des plus grands animaux de la période cambrienne jamais découverts », a déclaré l’un des auteurs de l’étude, Jean-Bernard Caron, dans un communiqué.

La créature nouvellement découverte fait partie d’un groupe d’arthropodes primitifs appelés les radiodontes.

« Le Titanokorys fait partie d’un sous-groupe de radiodontes, appelé hurdiidés, caractérisé par une tête incroyablement longue couverte par une carapace en trois parties qui prenait des formes innombrables », a déclaré Joe Moysiuk, co-auteur de l’étude.

« La tête est si longue par rapport au corps que ces animaux ne sont en fait guère plus que des têtes qui nagent », a ajouté M. Moysiuk.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...