Des scientifiques israéliens annoncent une possible révolution pour l’Alzheimer
Rechercher

Des scientifiques israéliens annoncent une possible révolution pour l’Alzheimer

Des chercheurs de l’université de Tel Aviv ont réussi à modifier chez les souris un gène associé à la maladie

Le campus de l'université de Tel Aviv. Illustration. (Crédit : Andrew Tobin)
Le campus de l'université de Tel Aviv. Illustration. (Crédit : Andrew Tobin)

Des scientifiques de l’université de Tel Aviv pensent avoir fait une découverte importante qui pourrait aider à traiter la maladie d’Alzheimer, a annoncé l’université mercredi.

Les chercheurs dirigés par le professeur Daniel M. Michaelson ont réussi à changer la nature du gène APOE chez la souris. Le gène a été associé à la maladie neuro-dégénérative et débilitante.

Le gène présente une forme saine, appelée APOE3, et une forme liée à la pathologie, APOE4, qui est retrouvée chez 60 % des malades.

« Les chercheurs ont développé un nouveau mécanisme et une nouvelle approche qui convertit le ‘mauvais’ APOE4 en ‘bon’ APOE3 », a déclaré l’université dans un communiqué.

Les résultats de l’étude, menée avec l’entreprise californienne Artery Ltd., ont été publiés le mois dernier dans le Journal of Alzheimer’s Disease.

« APOE4 est une cible très importante et peu étudiée », a déclaré Michaelson, mais il a noté que ce n’était qu’une dimension pour tenter de trouver un traitement à la maladie. « Y a-t-il vraiment une solution miracle ? Un traitement qui couvrirait tous les aspects de l’Alzheimer ? Probablement pas », a-t-il déclaré.

Les chercheurs ont montré pendant l’administration d’un traitement que les souris, qui, avant le traitement présentaient un comportement désorienté et semblaient perdues, étaient capables avec le traitement de localiser une île submergée au milieu d’une mare artificielle.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...