Les sirènes entendues à Nahal Oz étaient une fausse alerte
Rechercher

Les sirènes entendues à Nahal Oz étaient une fausse alerte

Pas de blessés ni de dommages n'ont été signalés

Un soldat israélien se promenant dans le kibboutz Nahal Oz  temporairement abandonné dans le sud d'Israël, alors que les terroristes du Hamas à Gaza continuent de tirer des roquettes sur Israël au 34ème jours de l'opération Bordure protectrice, le 10 août 2014 (Crédit : Edi Israël / Flash90)
Un soldat israélien se promenant dans le kibboutz Nahal Oz temporairement abandonné dans le sud d'Israël, alors que les terroristes du Hamas à Gaza continuent de tirer des roquettes sur Israël au 34ème jours de l'opération Bordure protectrice, le 10 août 2014 (Crédit : Edi Israël / Flash90)

Des bulldozers de Tsahal opéraient juste avant le déclenchement des sirènes le long de la frontière de Gaza, selon l’agence de nouvelles palestinienne, Maan.

L’agence de nouvelles Maan, citant des témoins, a rapporté que quatre bulldozers se sont déplacés sur plusieurs mètres dans le sud de la bande de Gaza, dans une zone à l’est de la ville de Rafah, et ont travaillé à niveler le sol près de la frontière.

Des drones ont été vus survolant les engins de Tsahal pendant leur travail.

Selon Maan, il s’agit de la dernière incursion d’une série d’une demi-douzaine au cours des dix derniers jours.

Israël a déclaré dans le passé qu’il tenait le groupe terroriste du Hamas, basé à Gaza, comme responsable de toutes les attaques lancées à partir de l’enclave côtière palestinienne.

Toutefois, mercredi dernier, un haut responsable du ministère de la Défense a indiqué qu’il ne s’attendait pas à une escalade des violences avec le Hamas.

« La bonne nouvelle est que notre force de dissuasion fonctionne toujours », a déclaré Amos Gilad, directeur du Bureau des affaires politico-militaires du ministère, lors d’une conférence sur les difficultés financières de la bande côtière assiégée.

« Ils disent que cet été sera « chaud ». Ce sera seulement en raison des températures élevées », a-t-il poursuivi, faisant allusion à la tendance des conflits locaux à avoir lieu durant les mois chauds de l’été.

« L’économie seule ne peut pas résoudre [les problèmes de Gaza]. L’économie n’est pas la solution primordiale », a déclaré Gilad dans son discours.

« Tant que le Hamas gouvernera la bande de Gaza, a-t-il ajouté, il n’y aura pas de paix. »

Amos Gilad (photo credit: Yossi Zamir/Flash90)
Amos Gilad, directeur du Bureau des affaires politico-militaires du ministère de la Défense. (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...