Des soldats déjouent une attaque au couteau à Kiryat Arba
Rechercher

Des soldats déjouent une attaque au couteau à Kiryat Arba

Un adolescent palestinien blessé par des tirs alors qu’il tentait d’attaquer des Israéliens en dehors de la Cisjordanie, selon l’armée

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Un adolescent palestinien a tenté ce vendredi de poignarder des Israéliens à l’extérieur de l’implantation de Kiryat Arba en Cisjordanie, avant de recevoir des tirs de la part des forces de sécurité israéliennes, a déclaré l’armée.

Aucun blessé israélien n’est à déplorer.

L’attaquant, âgé de 14 ans selon les médias palestiniens, a reçu une balle et a été soigné sur place, selon l’armée israélienne. Son état n’est pas connu à l’heure actuelle.

L’adolescent palestinien, qui n’a pas encore été identifié, serait arrivé un arrêt de bus situé à l’extérieur de l’implantation depuis un verger avoisinant.

Une photo de la scène semble montrer l’attaquant au sol près de buissons, derrière l’intersection Elias.

Des rapports non confirmés ont indiqué la présence d’un deuxième suspect palestinien, arrêté sur les lieux. Un porte-parole de l’armée a indiqué que les détails de l’incident sont en train d’être examinés.

La tentative d’attaque a pris place au même carrefour dans lequel, vendredi dernier, deux Palestiniens ont mené une attaque à la voiture bélier dans un arrêt de bus, avant que les forces de sécurité israéliennes n’ouvrent le feu. Trois adolescents israéliens ont été légèrement blessés en essayant de s’enfuir.

L’attaque présumée était la dixième du genre dans la même semaine. La majorité de ces attaques ont eu lieu à Jérusalem et dans la région de Hébron, où les Palestiniens vivent à proximité des résidents d’implantations et des troupes israéliennes.

Cette recrudescence de violence a pris les Israéliens par surprise. En effet, l’année 2015 a été marquée par de nombreuses attaques, et ces dernières semblaient s’être amenuisées en 2016. La crainte des attaques régulières est de nouveau d’actualité.

Mardi matin, un jeune palestinien a été tué par balle alors qu’il tentait de poignarder un soldat israélien près de Bani Na’im, à l’extérieur de Hébron, selon l’armée, marquant ainsi cinq jours d’attaques consécutifs en Cisjordanie et à Jérusalem. Lors d’une fouille à un checkpoint, l’attaquant avait « tenté de poignarder soldat », mais ne l’a pas blessé, a déclaré l’armée.

« L’attaquant a été abattu par les forces de sécurité », a déclaré l’armée dans un communiqué. Le ministère de la santé palestinien l’a identifié. Il s’agit d’Issa Salemn Tarayah, âgé de 16 ans.

Par ailleurs, des heurts ont opposé vendredi des soldats israéliens à des émeutiers palestiniens près de la barrière de sécurité entre Israël et la bande de Gaza, selon une porte-parole de l’armée israélienne.

Celle-ci a indiqué à l’AFP que les soldats avaient riposté contre les « principaux instigateurs parmi des dizaines de Palestiniens qui lançaient des pierres et des pneus enflammés vers la barrière de sécurité ».

Uu Palestinien a été touché par balles selon l’armée. Le porte-parole du ministère de la Santé dans la bande de Gaza, dirigée par le groupe terroriste palestinien du Hamas, a fait état de six blessés, dont un grièvement.

Lundi soir, un groupe de soldats de l’armée israélienne a arrêté un Palestinien qui tentait de les poignarder.

Les soldats ont remarqué cet homme durant leur patrouille dans le quartier d’Abu Sneina, et lui ont demandé de décliner son identité. Il a alors « tenté de poignarder un soldat », mais n’y est pas parvenu. L’homme a été emmené en garde à vue.

« Le soldat a déjoué l’attaque et neutralisé l’attaquant sans avoir recours aux armes », ajoute l’armée dans son communiqué.

Lundi, deux résidents de Hébron ont tenté de poignarder un groupe de gardes aux frontières, près du tombeau des Patriarches. Les soldats ont ouvert le feu sur les attaquants, selon la police.

Les responsables craignent que cette nouvelle vague de violence ne soit due aux fêtes juives à venir et ne fasse suite à la fête musulmane de l’Aïd al-Adha.

Les fêtes et le mois de septembre sont toujours susceptibles de générer des aggravations dans les activités violentes de la part de palestiniens », a déclaré de manière anonyme un responsable de l’armée, samedi.

« La motivation et l’inspiration de mener des attaques contre les Israéliens restent importantes. »

La reprise récente des attaques fait redouter à Israël une nouvelle flambée de violences avec les grandes fêtes juives de Rosh HaShana, Yom Kippour et Souccot à partir de début octobre. En 2015, ces célébrations s’étaient déroulées sous vive tension.

L’an dernier, Israël a subi une vague d’attaques solitaires, qui ont couté la vie à 35 israéliens et quatre ressortissants israéliens depuis le mois d’octobre 2015. Plus de 200 Palestiniens ont été tués au cours de l’année écoulée. Les forces de police et l’armée indiquent que la plupart de ces palestiniens étaient des attaquants, ou étaient impliqués dans des affrontements avec les forces de sécurité.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...