Des start-ups d’Israël se joignent à 100 sociétés arabes pour une conférence du Forum économique mondial
Rechercher

Des start-ups d’Israël se joignent à 100 sociétés arabes pour une conférence du Forum économique mondial

Les sociétés locales sélectionnées comblent des lacunes régionales ; certaines opèrent dans des conditions défavorables

De gauche à droite : le directeur des affaires commerciales, Murat Sonmez, le commissaire en chef de l'Autorité de la zone économique spéciale d'Aqaba, Hani Mulki, l'ancien Premier ministre britannique Gordon Brown, le vice-président de GE John Rice, le directeur général de Crescent Petroleum Majid Jafar et chef de la direction de Meridiam Infrastructure Thierry Deau participant à une table ronde au Forum économique mondial sur le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord en 2015, le 23 mai 2015, à la station balnéaire de Shuneh près de la mer Morte, en Jordanie (Crédit : AFP / Khalil Mazraawi)
De gauche à droite : le directeur des affaires commerciales, Murat Sonmez, le commissaire en chef de l'Autorité de la zone économique spéciale d'Aqaba, Hani Mulki, l'ancien Premier ministre britannique Gordon Brown, le vice-président de GE John Rice, le directeur général de Crescent Petroleum Majid Jafar et chef de la direction de Meridiam Infrastructure Thierry Deau participant à une table ronde au Forum économique mondial sur le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord en 2015, le 23 mai 2015, à la station balnéaire de Shuneh près de la mer Morte, en Jordanie (Crédit : AFP / Khalil Mazraawi)

Des start-ups d’Israël, des États-Unis et de la France rejoindront une centaine de sociétés de pays arabes, comprenant le Qatar, l’Arabie saoudite, la Syrie et le Liban, qui devraient façonner la « Quatrième révolution industrielle » lors d’une réunion qui aura lieu près de la mer Morte en Jordanie la semaine prochaine.

Le Forum économique mondial et la Société financière internationale (SFI), le groupe représentant le secteur privé du Groupe de la Banque mondiale, se sont associés pour organiser ce rassemblement, le premier du genre, a déclaré le site. Et alors que les start-ups israéliennes, américaines et françaises participeront à ce forum, l’accent sera mis sur le monde arabe.

Les start-ups arabes ont été choisies en collaboration avec des experts et des entrepreneurs opérant dans la région. Les représentants des entreprises sélectionnées rencontreront 1 000 dirigeants des entreprises, des gouvernements et de la société civile au Forum économique mondial sur le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord à la mer Morte en Jordanie, du 19 au 21 mai.

Une grande majorité des 100 entreprises développent leur modèle d’entreprise, leurs produits et leurs services sur de nouvelles technologies comme l’intelligence artificielle, la chaîne des blocs et la technologie des satellites et sont les « pionniers de la transformation générationnelle au Moyen-Orient et en Afrique du Nord – tout en répondant aux besoins fondamentaux tels que le transport, la communication ou le traitement des paiements », a déclaré le Forum économique mondial dans un communiqué.

La mer Morte du côté de la Jordanie (Crédit : CC BY jemasmith, Flickr)
La mer Morte du côté de la Jordanie (Crédit : CC BY jemasmith, Flickr)

Parmi les technologies développées par les entreprises, il y a ceux qui permettent à leurs utilisateurs de commander des aliments préparés à la maison par des réfugiés, d’apprendre aux enfants à codifier, d’obtenir un soutien médical en ligne, de faire des paiements en toute sécurité et de discuter avec des robots en arabe.

En fait, de nombreuses start-up comblent des lacunes spécifiques aux régions dans le domaine des services et des produits, par exemple en fournissant des services de télésanté en arabe, en vérifiant les sources d’informations en arabe, en utilisant le GPS pour guider les livraisons de produits ou en facilitant les réservations d’hôtel par téléphone pour les utilisateurs qui n’ont pas suffisamment confiance pour payer en ligne, indique le communiqué.

Les participants discuteront de la façon dont les nouvelles technologies peuvent être utilisées pour créer de l’emploi, encourager l’esprit d’entreprise et favoriser la croissance dans une région qui a une population jeune.

« Vous pouvez voir l’impact et l’ingéniosité des start-ups arabes partout dans le monde arabe. Nous voyons un élan impressionnant et – avec des fonds souverains et des entreprises familiales traditionnelles – l’émergence d’un tout nouveau type d’investisseur en capital-risque. Pour moi, c’est la plus grande histoire la moins décrite dans la région », a déclaré Mirek Dusek, le dirigeant de la branche du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord au Forum économique mondial.

Les entrepreneurs qui se joindront au Forum économique mondial sur le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord viendront du pays hôte, la Jordanie, de l’Algérie, du Bahreïn, de l’Égypte, de l’Iraq, du Koweït, du Liban, de la Libye, du Maroc, d’Oman, des Territoires palestiniens, du Qatar, de l’Arabie Saoudite, de la Syrie, de la Tunisie, des Émirats arabes unis et du Yémen.

Beaucoup d’entreprises ont été fondées dans des circonstances extrêmement difficiles. Un logiciel de reconnaissance vocale arabe a été développé en Syrie, le premier portefeuille e-mobile en Libye, un marché du travail au Yémen et des jeux mobiles par une équipe à Gaza, a précisé le communiqué.

« Alors que l’initiative cherche des start-ups spécifiquement dans le monde arabe, compte tenu de l’impératif clair de l’entrepreneuriat là-bas, la réunion intégrera également des start-ups internationales sélectionnées aux États-Unis, en France, en Israël et ailleurs », a expliqué le communiqué.

« Il est rafraîchissant d’entendre les histoires d’entrepreneurs au Moyen-Orient et en Afrique du Nord qui parlent d’espoir, d’opportunités et créent des emplois pour les jeunes », s’est réjoui Philippe Le Houérou, le directeur général de l’IFC. « La région a besoin de paix et de sécurité. Il a également besoin d’un secteur privé dynamique – avec des entrepreneurs dynamiques qui ouvrent la voie – pour contribuer à une croissance inclusive et durable ».

L’initiative a le soutien du roi Abdallah II et de la reine Rania Al Abdallah, qui participeront à la conférence. Cette année marque la neuvième réunion du Forum en Jordanie et la 16e réunion dans la région.

Plus de 1 000 dirigeants politiques et d’hommes d’affaires, ainsi que des représentants de la société civile, des organisations internationales, des jeunes et des médias de plus de 50 pays participeront à la conférence sous le thème « Permettre une transformation générationnelle », a conclu le communiqué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...