Des stèles juives détruites dans une ville grecque
Rechercher

Des stèles juives détruites dans une ville grecque

La communauté de Trikala condamne une "attaque directe et inexcusable". Seuls dix membres ont survécu à la Shoah, certains après avoir été cachés par la princesse britannique Alice

Photo d'illustration de stèles détruites dans un cimetière juif (Crédit : AP/Hans Punz)
Photo d'illustration de stèles détruites dans un cimetière juif (Crédit : AP/Hans Punz)

Des individus qui n’ont pas été identifiés ont détruit huit stèles dans un cimetière juif de Grèce, notamment celle de l’ancien responsable communautaire local.

Cet incident est survenu la semaine dernière à Trikala, une ville du centre de la Grèce située à environ 240 kilomètres au nord-ouest d’Athènes, a fait savoir le bureau central des communautés juives du pays dans un communiqué émis vendredi.

C’est dans la même ville qu’avait eu lieu l’une des plus importantes liquidations de la communauté juive par les forces nazies. Dix personnes seulement avaient survécu à la Shoah dans une communauté constituée de centaines de personnes.

Sur les Juifs épargnés, plusieurs avaient été secourus par la princesse Alice, l’arrière-grand-mère du Prince William du Royaume-Uni, qui vivait à l’époque dans la région d’Athènes.

Une stèle détruite à Trikala, en Grèce, sur une photo partagée le 12 octobre 2018 (Autorisation : Bureau central des communautés juives en Grèce)

Au mois de septembre 1943, les membres de la famille Cohen, de Trikala, l’avaient appelée à l’aide. Elle avait caché plusieurs proches jusqu’au départ des nazis, en octobre 1944.

La communauté juive de Trikala a porté plainte suite à la profanation de ce cimetière et a demandé aux autorités de traduire ses auteurs en justice.

Robert Singer, directeur-général et vice-président exécutif du Congrès juif mondial, a indiqué dans une déclaration que ce vandalisme « est une attaque inexcusable et directe contre la communauté juive, qui doit être condamnée au plus haut niveau ».

En Grèce aujourd’hui, a-t-il ajouté, « de telles démonstrations viles de haine et d’opposition sont devenues banales contre les Juifs et contre les autres minorités. Nous ne pouvons pas et nous ne devons pas tolérer de telles injustices ».

La belle-mère de la reine Elizabeth II, la princesse Alice de Battenberg, avec une de ses filles vers 1910. (Crédit : Wikimedia Commons / JTA)

Un cimetière juif situé à Nikaia, à proximité d’Athènes, a été profané à l’aide de symboles nazis au mois de mai. Plusieurs pierres tombales y avaient déjà été détruites il y a deux ans.

Le cimetière juif de Trikala a déjà fait l’objet d’actes de vandalisme dans le passé, a noté la communauté locale.

La ville accueille également certaines des plus anciennes stèles de Grèce, et plusieurs remontent à plus de 450 ans.

Avant la guerre, la communauté avait trois synagogues. La plus grande avait été utilisée comme écurie par les Allemands. C’est la seule qui avait subsisté jusqu’à la fin de la guerre et elle est encore exploitée aujourd’hui, selon le musée juif de Grèce.

Aujourd’hui, la communauté compte environ 40 membres.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...